avec le clip, la jeunesse russe se réapproprie son passé soviétique

Nostalgie VHS, campagne grise et tours bétonnées. Le collectif de réalisateurs moscovites The Great Fruit examine l'histoire de la Russie pour mieux saisir son présent.

par Anastasiia Fedorova
|
10 Octobre 2016, 2:20pm

Les reflets VHS et granuleux de la vidéo laissent apparaître des mecs en survêt' au volant d'une vieille Mercedes noire, avant de couper sur l'horizon austère d'où s'élèvent les tours de la banlieue moscovite. Le tout soutenu par les éclats sonores d'une techno de Detroit. On croirait assister à une expérimentation filmographique russe des années 1990 ; un peu floue et très oubliée. Il n'en est rien - la vidéo est sortie en 2015. Elle est l'un des nombreux travaux du collectif basé à Moscou, The Great Fruit, qui s'attache à ressusciter l'esthétique rétro de la Russie ; une imagerie qui touche aujourd'hui toute une nouvelle génération dans le monde.

« Certaines des personnes qui apparaissent dans cette vidéo ont un casier judiciaire. Ils sont venus avec leurs propres voitures, leurs propres flingues. On a économisé sur les accessoires, » raconte le producteur Roman Ruktansky. « Ça faisait longtemps qu'on pensait à un shoot dans le genre. Et quand cette idée s'est télescopée avec le son de Détroit de MGUN, qui venait de sortir un truc sur Wicked Bass, le label d'un pote, on s'est dit que c'était le moment. Il y a une partie de la vidéo qui a été tournée d'un hélicoptère, pendant un vol que le cofondateur de The Great Fruit, Valdis Bielykh, avait offert à sa future femme. »

The Great Fruit se lance en 2011. Ce n'est alors qu'un petit studio de design monté par Valdis Bielykh et Ed Blagievsky. Avant cela, Bielykh avait bossé pendant longtemps en tant que styliste pour la pub télé, rêvant secrètement de monter sa propre compagnie de production vidéo, avec un attrait prononcé pour le style et l'atmosphère de la Russie soviétique. Les deux potes sont finalement rejoints par Roman Ruktansky et ses dix années d'expérience dans la vidéo, et Tim Motskus. Ils commencent à faire des vidéos en 2014.

Après cette échappée sauvage avec nos lascars tout droit sortis des années 1990 dans la vidéo Frosted Lakes, la suite ne s'est pas fait attendre. Leur clip pour Ytro, un groupe de rock underground, nous emmène en virée mélancolique dans la campagne russe, au coin d'une maison en bois, à l'air des champs et l'ombre des dunes qui bordent un lac. Pour le producteur russe Lay-Far, ils ont opté pour l'histoire d'amour un peu gênante, et l'énigmatique Voin Oruwu s'est vu livré un voyage mystique en eau profonde et incandescente. Mais leur projet préféré est Sirenas, pour lequel ils ont créé un faux groupe au style soviétique pour qu'il joue un doux et charmant son de Lapti and Nocow.

The Great Fruit a une esthétique rétro très reconnaissable, et les responsables ne nient pas sa qualité nostalgique. « Le passé est bien évidemment passé, » explique Bielykh. « Mais la nostalgie est un écho qui se reflète dans certains fragments de modernité, y compris notre travail. On s'inspire de la musique et des gens qui nous entourent. Des gens beaux, des vieilles voitures, de l'architecture soviétique et de la jungle russe. » Leurs références sont tout droit extirpées de souvenirs - les leurs et ceux du paysage culturel désormais éteint. Les artifices visuels qu'ils utilisent - des survêtements aux types de lunettes bien précis, en passant par leur palette de couleur bien choisie - parlent à n'importe qui ayant grandi dans les années 1990. « Nos références viennent principalement de l'enfance : des films, des pubs. Un exemple probant est cette pub ZAZ de 1989, » poursuit Ruktansky. « On essaye de recréer une atmosphère proche de nous, et en travaillant on s'immerge énormément là-dedans. La plupart des vêtements que l'on voit dans les vidéos sortent de nos propres armoires. »

Les vidéos de The Great Fruit miment tellement bien le passé qu'on pense parfois regarder des images d'archives. Mais ce n'est pas le but. L'objectif est de réinventer et de réadapter cette esthétique pour créer une imagerie qui reflète le monde dans lequel nous vivons. « On filme tout nous-mêmes, » détaille Tim Motskus. « On en est arrivés à nos propres réglages de caméra, précis, à la fois analogique et numérique. Mais notre outil premier, c'est l'enthousiasme. »

Cette année, The Great Fruit a aussi fait sa première percée dans le monde de la mode avec la vidéo de relance d'une marque de chaussure soviétique, Dva Myacha. « On avait une super caméra japonaise qui enregistre en 8mm, une texture très reconnaissable des années 1960-70, » se souvient Bielykh. « Dva Myacha est une marque soviétique de chaussures de sport créée dans les années 1960 comme un projet exclusivement sino-russe. Cet été à Moscou, Evgeny Raykov a décidé d'en produire de nouveau. On a accompagné la vidéo d'une musique de nos amis de BOORANE, qui sont aussi très investis dans cette vieille esthétique soviétique avec leur label KingUnderground. L'association parfaite. »

Si le travail de The Great Fruit peut sembler rétro, il parle aussi de la nouvelle génération, de sa manière d'être de plus en plus consciente d'elle-même et de réévaluer son histoire. Dans le passé, les musiciens russes ont souvent préféré l'idée occidentale du glamour rétro - 25 ans après la dissolution de l'Union Soviétique, ils se retournent sur leur propre passé avec une curiosité grandissante. C'est peut-être aussi une manière d'accepter ses propres racines et de se faire à l'idée des changements historiques : d'utiliser l'esthétique post-soviétique pour raconter une nouvelle ère.

@great_fruit / thegreatfruit.com

Credits


Texte Anastasiia Fedorova
Image via thegreatfruit.com

Tagged:
Clip!
Russie
Moscou
Musique
the great fruit
esthétique post-soviétique