The VICEChannels

      mode Sophie Abriat 7 février 2017

      pourquoi le style militaire continue-t-il d'envahir la mode ?

      L’inspiration militaire est une tendance qui envahit de façon cyclique les fashion weeks. Elle signe son grand retour dans les collections printemps-été 2017. L’occasion pour i-D de se questionner sur la signification et la longévité de cette tendance.

      Versus Versace, Kenzo et Stella McCartney (printemps-été 2017)

      Dans les années 1960, Yves Saint Laurent crée son fameux caban nautique, inaugurant ainsi une longue série de vêtements directement inspirés du vestiaire militaire. Il sera ensuite suivi par Dries Van Noten, Balmain et Givenchy, entre autres. Les accessoires sont aussi touchés par cette vague : lunettes d'aviateur chez Gucci et toile « monogramouflage » de sacs créée par Takashi Murakami pour Louis Vuitton. En 2016, Donatella Versace imagine une collection entièrement camouflage, incluant des tenues de soirée. Le camouflage est une norme désormais, visible partout, sur des baskets Nike jusqu'à des collants pour enfants… Il fait partie intégrante de nos vestiaire. « Il y a aujourd'hui dans la rue plus de gens arborant un look militaire que de gens dans l'armée » indiquait déjà la journaliste Julia Reed dans The New York Times en 1998, citée dans l'ouvrage Le style militaire envahit la mode, de Timothy Godbold à paraître chez Phaidon en mars. Les jeunes portent aujourd'hui des vestes de treillis alors que le service militaire était déjà supprimé quand ils sont nés. Si le port des vêtements militaires par des civils fut un temps le signe de protestation politique, que signifie-t-il aujourd'hui ?

      Lemaire, Louis Vuitton, Rick Owens (printemps-été 2017) 

      Quand le port de vêtements militaires était un acte politique

      Notre fascination pour le style militaire n'est pas nouvelle. « Durant le Premier Empire tandis que les maréchaux paradent, festonnés, brocardés et boutonnés, les femmes, elles, portent l'épaulette et leur chapeau s'apparente au shako. La mode masculine raffole de la botte à revers. Sous le Second Empire suite à la campagne d'Italie menée par Napoléon III, la veste dite « à la zouave » est à la mode. Mais c'est surtout au 20ème siècle et durant les conflits mondiaux que l'influence est plus présente. Par exemple le look officier à l'allure stricte, aux lignes nettes et structurées qu'on retrouve dans les collections printemps 2017, apparaît - et règne - durant la Seconde Guerre Mondiale » explique Xavier Landrit, co-commissaire de l'exposition « Mission mode, styles croisés » à Marseille qui est revenue récemment sur l'histoire du style militaire.

      Dans les années 1960, le port du vêtement militaire est politique. « Les Mods s'approprient la parka kaki de l'armée tandis que les hippies américains adoptent les vestes, l'imprimé camouflage et les pantalons américains de la Navy pour dénoncer la guerre du Vietnam (de plus, les surplus américains ne sont pas bien chers) » indique Timothy Godbold dans Le style militaire envahit la mode. En 1966, le guitariste Eric Clapton arbore une veste d'officier, achetée à la boutique de surplus militaire I was Lord Kitchener's Valet de Portobello Road, à Notting Hill. Mick Jagger avec une veste de grenadier et Jimi Hendrix avec une tenue de 1850 lui emboîtent le pas. En 1967, sur la pochette de leur disque Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, les Beatles optent également pour des vestes à galons et franges. Une façon pour tous ces artistes de s'approprier l'habit d'officier et de contester l'autorité militaire, en pleine guerre du Vietnam. « Dans les années 1970, le port de vêtements militaires par les jeunes était considéré comme un signe de protestation et de dérision contre les conflits militaires. Ces treillis, battle-dress et chemises Army couleur kaki bon marché provenaient des puces et des surplus militaires fréquents à cette époque. Entre mode militaire et mode contestataire, un nouveau style unisexe est apparu qui fut ensuite récupéré par le prêt-à-porter» poursuit Xavier Landrit.

      Dans les années 1970, le port de vêtements militaires par les jeunes était considéré comme un signe de protestation et de dérision contre les conflits militaires.

      Mais aujourd'hui « l'influence militaire sur la mode est si répandue que nous ne la voyons presque plus », indiquait Alice Fisher de The Guardian en 2015. Comprendre : s'habiller en guerrier, ça n'a plus de sens. Les trenchs, shearling coats, cabans et autres n'ont plus de liens avec leurs origines militaires. Même chose pour le tee-shirt car oui le tee-shirt est un descendant de la US Navy. Il a été créé pendant la guerre hispano-américaine de 1898. A l'époque, il s'agissait d'un sous-vêtement et tout le monde le cachait sauf les travailleurs manuels. A la fin de la seconde guerre mondiale, l'armée vend ses surplus et les jeunes tombent amoureux de la pièce. Le tee-shirt glamour arrive dans les années 90 quand Helmut Lang lui ajoute un logo et fait de lui une pièce luxe. On a oublié d'où il vient.

      Sacaï, Christian Dior, Balmain (printemps-été 2017)

      La tenue de combat comme symbole d'affirmation individuelle

      S'habiller en guerrière ou guerrier peut aussi être une manière de représenter le pouvoir, plus précisément son pouvoir individuel. Chez Dior, la nouvelle femme part en lutte pour le féminisme, chez Balmain pour l'acceptation d'elle-même. Le style militaire apporte de la prestance et du prestige à celui qui le porte. « Le vêtement militaire permet de jouer des ambiguïtés. La tenue de combat qui évoque la virilité, sert à l'affirmation de la féminité » explique Xavier Landrit. Le style militaire regorge de symboles. Et les designers misent sur ces images lorsqu'ils présentent des pièces kaki sur les podiums : archétype de la femme aventurière ou du soldat courageux. Utiliser la passementerie peut aussi être perçu comme une façon de s'auto-sacrer. En 1984, lors d'une rencontre avec le président Reagan, Michael Jackson arborait une veste bardée de franges, galons et rubans, symbole de son pouvoir de roi de la pop.

       Le vêtement militaire permet de jouer des ambiguïtés. La tenue de combat qui évoque la virilité, sert à l'affirmation de la féminité.

      « Voir le pas cadencé du style militaire sur les podiums est troublant surtout en période de guerre » disait Suzy Menkes en 1996 dans The New York Times. Utiliser la symbolique militaire n'est jamais seulement purement esthétique car les références militaires ont toujours le pouvoir de provoquer. « Quand Beyoncé habille ses danseurs de cuir noir pour le Superbowl en 2016, elle créé la polémique car ces costumes rappellent beaucoup ceux des Black Panthers, parti politique controversé à la fin des années 1960 », écrit Colin Mcdowell dans « Le style militaire envahit la mode ». Ainsi, même si aujourd'hui, les origines militaires des vêtements civils sont parfois bien lointaines, le poids historique et symbolique du style militaire ne peut être effacé. Si les collections de l'été prochain contiennent autant de références militaires c'est sûrement parce qu'aujourd'hui, « les conflits armés et les attentats demeurent malheureusement la réalité quotidienne de bien des gens. Et que les créateurs de mode, comme bien d'autres, s'inspirent de l'actualité » indique Xavier Landrit.Mais une telle utilisation esthétique - sans protestation ni critique perceptible de la violence de nos sociétés - du vestiaire militaire comporte un risque, celui de nous habituer de manière insidieuse à une bien triste réalité. 

      Comme des Garçons Shirt, Yohji Yamamoto (printemps-été 2017), Vetements (automne-hiver 2017)

      Crédits

      Texte : Sophie Abriat

      Rejoignez i-D ! Suivez-nous sur Facebook, sur Twitter et sur Instagram.

      Tags:mode, militaire, valentino, dries van noten, balmain, givenchy, versace, yves saint laurent, takashi murakami, louis vuitton, combat

      comments powered by Disqus

      Aujourd'hui sur i-D

      Plus d'i-D

      featured on i-D

      encore