bowie brillait déjà avant ziggy

En 1967, avant la gloire et les nombreuses métamorphoses, le britannique Gerald Fearnley a photographié le visage d'ange de l'icône.

par Abraham Martinez
|
03 Août 2017, 9:40am

Bowie Unseen offre un aperçu exceptionnel du Bowie pre-Ziggy Stradust. Ou de David Jones, pourrait-on dire, puisque c'est sous ce nom qu'il est encore connu à l'époque. Un patronyme qu'il change pour celui de « Bowie » en 1967, craignant d'être confondu avec David Jones, le chanteur du groupe The Monkees, une formation pop rock célèbre dans les années 1960.

Les photographies issues du livre sont l'oeuvre de Gerald Fearnley et proviennent d'une séance destinée à illustrer la pochette de l'album David Bowie sorti en 1967. L'année d'avant, Derek, jeune musicien, présente Bowie à son frère photographe, Gerald. Derek et Bowie finissent d'ailleurs régulièrement dans son studio de musique londonien.

Bowie a alors 20 ans et il porte des sweats et pantalons unis, les costumes colorés signés Kansai Yamamoto n'étant pas encore d'actualité. Mais cette séance annonce déjà le goût de Bowie pour l'expérimentation, qu'il dévoile à travers des chapeaux et un maquillage de clown.

En 1967, Bowie étudie le mime avec Lindsay Kemp, un légendaire chorégraphe britannique. « C'était un excellent élève, révélait Kemp au Guardian en 2016. Il est tombé amoureux de mon univers bohémien. » Un aspect perceptible sur les images de Fearnley et bientôt aussi dans toute la carrière de Bowie. L'un de ces portraits préfigure d'ailleurs le personnage de Pierrot le clown exploré par Bowie dans le clip « Ashes to Ashes ». La série inclue aussi la photo qui deviendra la pochette de l'album David Bowie : un simple cliché de l'artiste vêtu d'un manteau en tweed. Une image qui impose déjà sa stature de coqueluche internationale.

Même si l'album n'atteint pas le succès commerciaux de ses prochains disques, David Bowie marque un moment fondateur : la première transformation de Bowie, passant de la carrure de musicien de province à celle star du rock, prête à repousser toutes les limites.

« Je ne me souviens pas pourquoi j'ai pris ces photos, certainement parce qu'il ne connaissait personne d'autre qui avait un studio et un appareil photo, se remémore Fearnley dans ce livre. Je trouve ça génial qu'après tout ce temps, ces photos puissent resurgir. »

'Bowie Unseen' est publié par ACC Editions.

Credits


Texte Abraham Martinez
Photographie Gerard Fearnley

Tagged:
david bowie
1967
Bowie Unseen
acc editions
gerald fearnley