Publicité

vous n'êtes pas prêts pour cette basket / escarpin

La créatrice Ancuta Sarca mélange vieille baskets de sport, chaussures à l'élégance classique et recyclage.

par Sara Jane Strickland
|
26 Juin 2019, 8:40am

La créatrice Ancuta Sarca fait beaucoup parler d'elle avec ses mules à talons recyclées à partir de vieilles chaussures de sport – des Nikes plus précisemment. « Je veux transposer les baskets dans un autre contexte et leur donner une nouvelle fonction en repoussant les limites de leur esthétique propre,» affirme Sarca. Pourquoi Nike? « J'ai toujours aimé l'esthétique Nike, elle occupe une grande place dans l'histoire du sportswear et le logo est plutôt amusant et inattendu sur la chaussure

L'idée lui est venue au moment de déménager, quand elle s'est rendu compte qu'elle possédait beaucoup trop de chaussures de sport. Au lieu de les jeter à la poubelle, elle a décidé de les transformer. Sarca a appris à fabriquer des chaussures il y a 4 ans, pour la collection qui sanctionnait son diplôme. Très attachée au travail manuel, elle passe alors plusieurs mois à découdre des chaussures de sport pour comprendre leur composition et leur assemblage, afin de mieux les adapter à une nouvelle semelle.

Sarca a récemment collaboré avec Sportsbanger, une marque de sport punk londonienne, créant des pièces recyclées et fabriquées à partir de restes de matelas gonflables. Ayant pris l'habitude de travailler avec du caoutchouc recyclé, elle a déjà confectionné des robes en vinyl avec des cols en serviettes de table brodées. Ces robes sont inspirées par celles qu'elle portait plus jeune dans une ville traditionnelle de la Roumanie post-communiste, où elle suivait sa scolarité dans une école pour jeune fille. Son travail est un mélange d'élégance et de trash : « L'idée d'un faux glamour et d'une fausse élégance composés d'immondices m'attire beaucoup, j'aime bien fabriquer des vêtements sexy/chics avec des univers a priori opposés — comme [mes] chaussures noires et oranges fabriquée à partir de tongues.»

Concernée par l'impact que notre consommation a eu sur l'environnement jusqu'ici, la créatrice met un point d'honneur à réutiliser autant de vêtements que possible. D'après Tamsin Blanchard dans Fashion, Environment, Change publié par Fashion Revolution, la production de vêtement a doublé ces 15 dernières années, et depuis 2018, seulement 15% des vêtements sont réellement recyclés (en incluant les dons). Le changement climatique modifie la perception que nous avons de la mode, bien qu'aucune organisation ne gère le gaspillage dans la production vestimentaire ni avant, ni après l'achat. Et les jeunes créateurs comme Sarca l'ont bien compris.

1560807088738-unnamed-1
1560807100452-unnamed-4
1560807118395-unnamed-2
1560808844999-unnamed-2

Cet article a initialement été publié sur i-D US.