Publicité

marc jacobs regrette d'avoir fait porter des dreadlocks à des mannequins blanches

« Je me suis peut-être montré insensible. »

par Hannah Ongley
|
11 Août 2017, 12:31pm

Marc Jacobs spring/summer 17. Photography Mitchell Sams.

Marc Jacobs n'a jamais aimé les filtres Instagram, pour le meilleur et pour le pire. Son dernier faux pas remonte à son défilé printemps/été 2017, durant lequel un casting majoritairement composé de mannequins blanches arborait des dreadlocks pastel, une idée qui lui aurait été inspirée par son amie Lana Wachowski. Accusé de réappropriation culturelle, Marc Jacobs s'est défendu en essayant de dresser une comparaison entre les femmes blanches portant des dreadlocks et les femmes de couleur qui se lissent les cheveux. « Le fait de pouvoir tout apprécier et puiser son inspiration n'importe où me semble être quelque chose de beau » a t-il écrit à ses détracteurs. « Pensez-y. » Il s'est ensuite excusé dans un post commençant par « I HAVE READ ALL YOUR COMMENTS… » soit « J'AI LU TOUS VOS COMMENTAIRES... »

Près d'un an après, Jacobs a présenté ses excuses pour avoir été incapable de mieux considérer l'histoire complexe des dreadlocks, en affirmant auprès de InStyle « Je me suis peut-être montré insensible. » Il semble en avoir pris de la graine et affirme avoir réfléchi à ce sujet. « Ce que j'ai appris et qui m'a incité à faire une pause après cette histoire, c'est je me suis peut-être mal exprimé et que j'ai certainement aussi été insensible parce que j'ai trop l'habitude de travailler dans ce vase clos qu'est la mode ».

Cela n'a pas empêché le créateur de faire référence à d'autres cultures avant que n'enfle la controverse. Son défilé automne/hiver 2017 prouvait qu'il avait compris son erreur avant de l'admettre publiquement, dans un hommage à la naissance de la culture hip hop new-yorkaise porté par un casting cosmopolite, incluant notamment Winnie Harlow, Adwoa Aboah, Slick Woods et Lineisy Montera. Son titre ? « Respect ».


Texte Hannah Ongley
Image via Instagram