Toutes les images © The Anonymous Project

avant instagram, la photo amateur c'était ça

À travers « The Anonymous Projet », Lee Shulman et Emmanuelle Halkin rassemblent des diapositives prises par des anonymes venant du monde entier.

par Ryan White
|
14 Août 2019, 8:51am

Toutes les images © The Anonymous Project

Il y a quelques années, lorsque Lee Shulman achète sur un coup de tête une boîte de diapositives anciennes, il ne se doutait en rien de l'obsession qu'il allait développer pour ces images d'un autre temps. En ouvrant la boîte et en découvrant les diapositives, il remarque que les photos de famille et autres portraits de couples colorés sont souvent très bien cadrés et dégagent tous une émotion particulière. « J'ai toujours été fasciné par les diapositives, et en tant que réalisateur, j'aime les images projetées, affirme Lee. Ces moments intimes, figés dans le temps, me bouleversent. Ils sont pleins d'émotions

À mesure qu'il découvre de nouvelles boîtes, ce qui a d'abord commencé comme un hobby s'est rapidement transformé en une occupation à plein temps. Le résultat est The Anonymous Project : un catalogue des plus belles images anonymes du monde entier, que Lee Shulman et Emmanuelle Halkin ont trouvé et classé. Beaucoup de ces photographies ont été prises dans les années 1950 - l'âge d'or de la photographie amateur, quand les appareils photos étaient moins chers et la pratique encore nouvelle. Lee et Emmanuelle n'ont absolument pas pour but de trouver leurs propriétaires et auteurs, au contraire. Lee Shulman souhaite constituer des archives d'images anonymes, subjectives et personnelles qui ont le pouvoir de nous émouvoir sans nous renseigner sur leurs auteurs. Des images spontanées, nous liant à la génération précédente d'une manière inattendue. « Ce travail de recherche se fait au quotidien, avec passion, ajoute-t-il. Nous avons étudié un peu plus de 800 000 diapositives jusqu'à maintenant et c'est un travail monumental, mais ça nous passionne. Au début, j'achetais les diapositives sur internet, mais comme le projet prenait de l'ampleur, des anonymes ont commencé à nous envoyer beaucoup d'images spontanément. Maintenant, nous recevons des boîtes entières toutes les semaines.»

1564668809286-The-anonymous-project8

Vous passez beaucoup de temps à chercher l'origine des images que vous trouvez et à les cataloguer. Qu'est-ce que ce travail d'archive vous apporte personnellement ?
Nos choix d'images sont très subjectifs. C'est ce qui rend le projet unique. Si je ressens quelque chose de particulier devant une image, je l'intègre directement à la collection. C'est la partie la plus gratifiante de mon travail. Toutes ces diapositives sont uniques, comme des oeuvres d'art miniatures, chacune ayant sa propre histoire. Il y a un côté intriguant, le mystère entoure les photographies : qui étaient ces personnes ? À quoi ressemblait leur vie ? En tant que réalisateur, c'est aussi une manière pour moi d'explorer de nouvelles manières d'associer les images pour créer des histoires, c'est un projet essentiellement narratif.

1564668930214-The-anonymous-project17

Qu'est-ce qui vous passionne le plus dans les diapositives ?
Techniquement, la qualité et les couleurs semblent tellement fraîches et modernes, même si ces objets ont plus de 60 ans. J'aime leur profondeur, elles ont presque un côté 3D quand on les porte à la lumière. J'aime aussi le côté cinématographique des diapositives, le fait qu'elles puissent être projetées à la maison sur un grand écran. J'aime aussi les imperfections de la photographie amateur, c'est ce qui la rend honnête, intime et intéressante. Ces images sont pleines d'innocence - elles expriment quelque chose de très sincère à propos de la vie.

1564668877162-The-anonymous-project15

Comment choisissez-vous les images que vous publiez sur internet ?
C'est totalement subjectif. J'aime publier au moins une ou deux de nos trouvailles quotidiennes sur Instagram. Ça dépend vraiment de ce que je ressens devant l'image… Si elle me parle.

En ce qui concerne le cadrage, qu'est-ce qui a changé ces 50 dernières années ?
À l'époque on ne pouvait pas recadrer, ajouter un filtre ou retoucher une photo. Le procédé était beaucoup plus brut. Il fallait avoir un décor acceptable. Il était plus difficile de prendre des photos puisqu'on ne pouvait pas maîtriser aussi précisément certains paramètres comme le cadrage et l'exposition. Et il fallait ensuite envoyer ses films à un laboratoire pour pouvoir recevoir les diapositives un mois après, on devait également avoir un projecteur pour regarder le résultat final ! C'est tout un procédé, un acte de foi quasiment, totalement opposé à notre pratique actuelle.

Il était très courant par exemple d'organiser des soirées et d'inviter sa famille et ses amis proches pour montrer et projeter ses diapositives - comme une forme primitive de réseau social. J'ai souvent l'impression nos époques sont finalement très similaires.

1564669014764-The-anonymous-project11

Pouvez-vous nous parler de The House, votre nouvelle exposition aux Rencontres Photographiques d’Arles ?
Je m'intéresse à ce qui fait qu'une maison peut devenir un foyer. Cette question est au coeur de l'exposition et par l'intermédiaire de la scénographie et du classement des images, j'ai tenté d'explorer cette notion. Bien souvent, le foyer est l'endroit où chacun se sent le plus en sécurité. C'est le lieu où nous pouvons simplement être nous-même sans considérer les conventions et les codes sociaux. Ces images capturent des moments familiaux très intimes, mais je pense que certains souvenirs collectifs nous appartiennent à tous. On peut tous un peu se retrouver et s'identifier dans ces photographies.

1564669034095-The-anonymous-project4

Y a-t-il une image qui vous touche particulièrement ?
Le choix est très difficile. J'aime toutes ces images pour tellement de raisons différentes. Il y a tout un ensemble d'images des années 1950 que nous avons reçu et que j'appelle « la boîte des amoureux ». La boîte elle-même est magnifique. Très chic, avec des lanières en cuir. Les images racontent l'histoire d'un jeune couple fou amoureux. C'est étrange, elles montrent le couple dans des moments très intimes et leur proximité est vraiment visible. j'ai rapidement compris qu'ils avaient utilisé un minuteur pour se prendre en photo, comme un selfie vintage. C'est une histoire d'amour incroyable. Je me demande souvent qui ils sont.

1564669285044-The-anonymous-project12
1564669309637-The-anonymous-project21
1564669049262-The-anonymous-project27
1564669218244-The-anonymous-project3

Crédits


Toutes les images © The Anonymous Project

Cet article a initialement été publié sur i-D UK.