7 films pour faire sa rentrée au lycée (et à l'américaine)

Pom pom girls, uniformes et bal de promo.

par Leah Thomas
|
17 Septembre 2019, 10:53am

Vous ne courrez peut-être plus après les agendas pailletés et les stylos 4 couleur en prévision de la rentrée des classes, et pourtant, l’arrivée de l'automne ne vous aura jamais autant rappelé à votre vie d’écolier. Pour se téléporter sous le préau du lycée et vous rappeler l’époque où votre plus grand tracas était de savoir si vous seriez dans la même classe que votre crush printanier, i-D a sélectionné pour vous 7 films qui parlent d'adolescence, de nerds et d'uniformes.

Dazed and Confused


Comme c’est parfois le cas dans l’histoire du cinéma, ce flop au box office a fini par devenir un classique – et l’un des films préférés de Quentin Tarantino. Réalisé en 1993, Dazed and Confused (on ne se fait toujours pas à sa traduction française Génération rebelle) ne nous gratifie pas uniquement de la présence (géniale) de Matthew McConaughey et de Ben Affleck. On doit aussi au film de Richard Linklater une bande-originale 70’s hallucinante – le titre puise son inspiration dans le morceau éponyme des Led Zeppelin. Soyons bien clairs : ce film ne parle d’absolument rien d’autre que de fumer de la weed et de boire de la bière tiède dans un lycée texan des années 1970. Mais franchement, c'est largement suffisant.

Dix bonnes raisons de te larguer


Le graal des tourments adolescents, incarnés par la jeune Julia Stiles et le regretté Heath Ledger. C'est sans doute le propre des bons films autour de l'adolescence : celui-là a beau avoir 20 ans, il est éternel. Kat et Patrick ne sont pas vraiment les héros de comédie romantique dont on a l’habitude. Ils sont tourmentés, marginaux et plus branchés Hot Topic que Abercrombie. Et pourtant, le film ne cherche jamais à les changer. Plutôt à montrer leur lutte pour se faire accepter, dans un monde qui ne les comprend pas vraiment.

Fatal Games


Un film aussi sombre que drôle dans lequel s’affrontent différentes tribus, trois filles diaboliques qui se prénomment toutes Heather, tout ça sur fond de meurtres, au fin fond de l’Ohio. Pour résumer, on pourrait aussi dire que Fatal Games (Heathers en anglais) est la rencontre réussie entre Stephen King et Lolita malgré moi. Si les épaulettes et les drama sont évidemment au rendez-vous, le film aborde des sujets plus graves comme les troubles du comportement alimentaire, les agressions sexuelles et le harcèlement moral. Il y a Winona Ryder et Shannen Doherty et franchement, votre adolescence (très) difficile vous semblera forcément un peu banale quand vous réaliserez qu’elle n'a pas fait de vous un(e) serial killer.

The Breakfast Club


Cinq étudiants réalisent qu’ils ont plus de choses à partager ensemble qu’avec leurs groupes d’amis respectifs – le genre de constat que l’on finit généralement par faire lorsqu'on se retrouve sur les bancs de l’université. Molly Ringwald – la reine de promo typique du genre – est au casting de ce film réalisé par John Hughes, construit autour d’un rendez-vous lycéen absolument inévitable : les heures de colle. En le revoyant, vous comprendrez pourquoi le morceau « Don’t You Forget About Me » vous emplit immédiatement de nostalgie pour cette période aussi belle qu’ingrate – une réponse pavlovienne à ce film absolument culte.

La Folle Journée de Ferris Bueller


Y a t-il un comportement plus intrinsèquement adolescent que de s'abonner à l’école buissonnière ? Quitte à sécher les cours, autant marcher dans les pas du jeune Matthew Broderick : emprunter la Ferrari du meilleur ami de son père, esquiver son principal psychotique et interrompre un défilé par un accident. Encore un film de John Hughes sur l’adolescence dans lequel le personnage incarné par Maytthew Broderick brise le quatrième mur, prenant à parti le spectateur pour l’inviter, lui aussi, à profiter de la vie.

Lolita malgré moi


Adaptation du roman de Rosalind Wiseman, ce film de Tina Fey est sans doute le plus grand recueil de citations au monde (et je pèse mes mots). Un bon moyen de se rappeler que la vie ne se résume pas à la clique que l’on côtoyait lorsqu’on avait 16 ans, aux fêtes déguisées où l’état d’ivresse se résumait (encore) à deux Kronembourg tièdes et où vous n’aviez d’autre choix que de vous tenir à la table qui vous avait été arbitrairement attribuée à la cantine. Tout près des toilettes.

Clueless


Si Fatal Games est une version irréaliste du lycée, Clueless en est le pendant idéaliste. Imaginez plutôt : de riches lycéens de Beverly Hills dont les dressings roulants contiennent des robes de soirée Alaïa conduisent des Jeep Wranglers et percutent d’autres voitures sans conséquences. Un film intemporel, des looks éternels, une Alicia Silverstone inoubliable (sans oublier Paul Rudd). Vous n’oublierez jamais le tailleur jaune et noir, l’astuce de Cher destiné à rendre un garçon jaloux (se faire envoyer des fleurs et des chocolats à sa propre adresse), et évidemment, les deux mots applicables à n’importe quelle réflexion : « as if ».

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram et Twitter.