Photographie Ian Dickson/Redferns

7 looks qui ont fait de prince le roi du style

Parce que le monde de la mode lui doit (presque) autant que celui de la musique.

par Brittany Natale
|
14 Novembre 2019, 1:28pm

Photographie Ian Dickson/Redferns

Jamais dans le genre à suivre la tendance, Prince a élevé d’une seule main les standards musicaux de son époque et en a fait autant pour le style. Ses looks minutieusement pensés ont challengé à la fois le design et les normes de genre. Son style, unique, a laissé une empreinte indélébile sur le monde de la mode – inspirant des designers de renom tels Versace – et sur un nombre incalculable de musiciens, le plus récent exemple étant sûrement le phénomène Lil Nas X. Les Mémoires de Prince, The Beautiful Ones, publiés il y a quelques jours, viennent explorer encore un peu plus l’influence monumentale et durable de Prince sur la pop culture, palpable bien après sa mort en 2016.

Pour honorer le Nain (mais que par la taille) de Minneapolis, i-D a compilé certains des looks les plus dingues qui ont ponctué sa carrière légendaire.

Le live de « Get Off » aux MTV VMA 1991
Pour sa performance aux MTV Video Music Awards de 1991, Prince monte sur scène en costume en dentelle jaune et bottines jaunes – le tout assorti d’une guitare… vous l’avez deviné : jaune. Mais l’image la plus osée de la soirée reste le moment où Prince tourne le dos au public pour lui dévoiler un pantalon sans rien derrière, et expose ses fesses nues au monde entier. Mais il se trouve que la tenue était plus subtile que ça. Dans une interview de 2017 à une publication du Minnesota, la teinturière historique de Prince, Marliss Jensen, dévoilait que ce qui semblait être des trous dans la dentelle étaient en fait des morceaux de tissus, travaillés pour être de l’exacte même couleur que la peau de Prince et nous faisant croire qu’il nous montrait ses fesses, alors que pas du tout.

Le clip de « Raspberry Beret »
Même si – malheureusement – Prince n’a pas opté pour un « béret couleur framboise » dans le clip de son morceau du même nom, disons qu’il se rattrape avec ce qu’il faut de chemises à jabot et de costumes excentriques. Dans ce clip en particulier (oui, celui où Prince toussote au début), on le voit vêtu d’une veste bleu clair couverte de motifs nuages, et d’un pantalon et de bottes évidemment assorties. Si ça ne suffisait pas, il ajoute à tout ça une sangle de guitare aux imprimés dalmatiens. Le clip était réalisé par Prince lui-même, et agrémenté d’animations créées par le cofondateur de Colossal Pictures, Drew Takahashi.

« Welcome 2 America » Tour, Madison Square Garden, 2011
En 2011, Prince monte sur scène au Madison Square Garden, à New York, vêtu de haut en bas en tenue d’or pailletée, les talons au diapason. Ses différents looks pour cette tournée, « Welcome 2 », se caractérisent par des ensembles en brocart, des tuniques à sequins et d’inévitables jabots en veux-tu en voilà. Dans une interview de 2016 pour Allure, sa coiffeuse de longue date racontait que l’entière garde-robe de Prince était faite sur mesure, et qu’il ne possédait pas un seul jean dans ses placards. D’ailleurs, Prince était tellement investi dans son style qu’il arborait les mêmes tenues élaborées pour jouer au basket – jusqu’aux talons de 10 centimètres.

1573055422717-GettyImages-85025003
Photo by Ian Dickson/Redferns

Le concert à la Wembley Arena, Londres, 1995
Pendant sa tournée « The Ultimate Live Experience » de 1995, Prince danse en tenue rose vif recouverte d’énormes sequins. Pour ajouter à ce choix vestimentaire déjà incroyable, à l’époque, Prince joue souvent avec le mot « Slave » écrit sur la joue au marqueur. Ce geste à la fois petit mais puissant est alors une manière de dénoncer la façon dont les larges corporations traitent les musiciens, et l’emprise qu’elles ont sur eux – un problème encore bien présent en 2019. Dans une interview donnée à Rolling Stone en 1996, Prince évoquait la relation qu’il entretenait avec son label en ces termes : « Les gens disent que je suis fou parce que j’écris sur mon visage, mais si je ne peux même pas faire ça, qu’est-ce que je peux faire ? Si on empêche un homme de rêver, il devient un esclave. C’est la position dans laquelle j’étais. Je ne possède pas la musique de Prince. Si tu ne possèdes pas ton œuvre, ton œuvre te possède. »

Le clip de « Purple Rain »
Le clip mythique de « Purple Rain », qui est aussi une scène du film éponyme, contient tous les éléments qui font la signature Prince : la chemise à jabot, le blazer éblouissant, les couleurs vives et la sangle de guitare excentrique – dans ce cas-là, d’un imprimé animal. Les designers Louis Wells et Marie France ont collaboré à la création du film et la garde-robe du clip, tirant leur inspiration du romantisme, de la mode européenne des 17ème et 18ème siècles et d’un croisement entre James Brown et l’esthétique punk.

Le live de « Kiss » à Paisley Park, Jour de l’An 1999
En bon roi du nouveau siècle qui se respecte (il a écrit « 1999 », après tout), Prince organise une fête d’anthologie pour le Jour de l’An 1999, où il se donne en concert dans une combinaison bleue métallique, avec les talons de rigueur et une sangle de guitare en fourrure du plus bel effet. Le concert se tient à Paisley Park, la propriété privée/complexe de production musicale de l’artiste, à Chanhassen, Minnesota. Une décennie avant cette fête, Prince engageait un architecte d’alors 23 ans, Bret Thoeny, pour qu’il lui construise cet endroit à son image, parmi lequel on compte une zone de méditation appelée la Galaxy Room, une immense salle de répétition, un night-club privé et du violet un peu partout, évidemment. Aujourd’hui, les quelques 6000m2 d’espace servent de musée, ouvert au public.

1573055048125-GettyImages-2279638
Photographie Scott Gries/ImageDirect

Prince lors d’une conférence de presse, 2000
En 2000, Prince est photographié lors d’une conférence de presse, vêtu d’un col roulé blanc en tricot et de petites lunettes teintées, prouvant que son style excentrique peut aussi bien s’exprimer de façon très épurée. C’est à l’occasion de cette conférence de presse que Prince annonça au monde qu'il redevenait « Prince ». Depuis 1993, après une dispute avec Warner Bros. Records, il avait choisi comme nom de scène un symbole qui combinait à la fois les symboles traditionnels masculin et féminin, et était donc appelé, à la place de « Prince », le « Love Symbol ». Au fil d’une interview avec Larry King en 1999, il expliquait que l’usage commun de la phrase « the artist formerly known as Prince » avait en réalité été créé par les médias, bien embêtés, qui ne savaient pas comment prononcer son symbole.

Cet article a été initialement publié dans i-D US.

Tagged:
purple rain
PRINCE
VMAs
Paisley Park
Musique