en france, l'art et la mode ne seraient rien sans charles et marie-laure de noailles

Initié par Jean-Pierre Blanc et fruit du travail de recherche de l'équipe de la villa Noailles, un nouveau livre retrace la vie et l'oeuvre audacieuse de ce couple de mécènes qui a marqué l'art et la mode du XXème siècle.

par Antoine Mbemba
|
20 Novembre 2018, 3:40pm

Construite en 1924 par Robert Mallet-Stevens, la villa Noailles commandée par Charles et Marie-Laure de Noailles, a accueilli jusqu’en 1973 quelques Man Ray, Alberto Giacometti, Jean Cocteau, Luis Buñuel, André Breton et autres Salvador Dali. Ce qui les réunissait dans ce château cubiste situé au sud de la France, à Hyères, c’est justement la longue, pérenne et audacieuse œuvre de mécénat menée par ce couple.

Ré-ouverte et transformée en centre d’art en 2003, dirigée par Jean-Pierre Blanc, la villa Noailles se présente depuis 15 ans comme le prolongement de l’intention libre et généreuse de Marie-Laure et Charles de Noailles - notamment via le Festival International de Mode et de Photographie organisée chaque année. Un héritage célébré depuis 2010 avec une exposition permanente consacrée aux mécènes historiques, mais au-delà de ça très peu documenté. Ce manquement est résolu, aujourd’hui, avec la sortie du livre Charles et Marie-Laure de Noailles, Mécènes du XXème siècle, initié par Jean-Pierre Blanc et fuit du travail de recherche de l’équipe de la villa Noailles – Stéphane Boudin-Lestienne et Alexandre Mare en tête. « Jusqu’à présent, il n’existait qu’un documentaire réalisé par Patrick Mimouni avec Arte dans les années 1990, qui parlait de leur vie, leur œuvre, rappelle Jean-Pierre Blanc. Avec l’exposition permanente à Hyères, ce livre, fait avec la famille et beaucoup d’archives, vient compléter ce film qui, j’espère, sera édité un jour – c’est un bijou. »

Le livre retrace l’histoire de ces deux mécènes dont il faut rappeler le contexte pour comprendre l’apport de leur travail. « À l’époque il n’y avait pas de Ministère de la Culture, explique Jean-Pierre Blanc . Le mécénat avait un rôle plus déterminant qu’aujourd’hui. Et celui de Charles et Marie-Laure de Noailles était incroyablement fidèle, libre, généreux, éclectique. Tous les secteurs étaient couverts : la danse, la littérature, le cinéma, la peinture, la musique, la sculpture, le design, la mode. » Et cet éclectisme, cette conduite artistique, qui peut paraître évident aujourd’hui, ne l’était pas du tout – en tout cas pas toujours – à l’époque. « Ces gens ont été malmenés à certains moments et j'espère que ce livre leur rendra leur juste place dans l'histoire des arts décoratifs et de l'art moderne au XXème siècle. »

Écrit par Alexandre Mare et Stéphane Boudin-Lestienne, le livre donne à voir, en textes et en images, toutes les facettes du mécénat de Charles et Marie-Laure de Noailles en allant piocher de nombreuses sources inédites (correspondances, photographies, œuvres, documents) et dressant le portrait d’un couple hors-norme. « Patrick Mimouni disait d'eux que ce sont deux personnages de roman qui ont vraiment existé, donc c'est dur de se situer dans une filiation. Mais ce que je peux vous dire, c'est que depuis mes débuts dans ce merveilleux endroit, je me suis toujours demandé si les expositions que l'on faisait leur plairaient. »

Soutenu – comme l’exposition permanente – par Chanel, le livre apporte, selon Jean-Pierre Blanc, autant d’informations sur le passé prestigieux de ces deux personnalités, mécènes, producteurs, collectionneurs, qu’il ne contient de pistes et de devises pour notre futur. « Aujourd'hui, plus que jamais, il faut être libre, courageux, fort, et ne pas avoir peur de ce qui nous entoure, de ces enfermements qui nous rapprochent. Je pense que c'est un exemple de liberté et de vie qu'on peut appliquer à la nôtre aujourd'hui. Les artistes sont des armes exceptionnelles et fortes. J'espère qu'on aura une forme d'hommage national à ces deux personnalités exceptionnelles qu'étaient Charles et Marie-Laure de Noailles. En tous les cas, j'essaierai d'y travailler. »

Studio Rey : vue de la piscine depuis le plongeoir, Hyères, 1929, tirage d’époque.
Studio Rey : vue de la piscine depuis le plongeoir, Hyères, 1929, tirage d’époque.
Charles et Marie-Laure de Noailles réalisant une acrobatie chez Denise et Édouard Bourdet, villa Blanche, La Seyne, 1928, tirage d’époque.
Charles et Marie-Laure de Noailles réalisant une acrobatie chez Denise et Édouard Bourdet, villa Blanche, La Seyne, 1928, tirage d’époque
Pierre Clémenti et sa carpe, Hyères, 1965
Pierre Clémenti et sa carpe, Hyères, 1965
Roger Guilleminot : vue du fumoir, place des Etats-Unis, Paris, photographie publiée dans Connaissances des arts, octobre 1964.
Roger Guilleminot : vue du fumoir, place des Etats-Unis, Paris, photographie publiée dans Connaissances des arts, octobre 1964.
Marc Allégret : André Gide au bar de la piscine, Hyères, janvier 1930, tirage d’époque.
Marc Allégret : André Gide au bar de la piscine, Hyères, janvier 1930, tirage d’époque.
Marie-Laure de Noailles (?) faisant le pont, Hyères, ca. 1930, tirage d’époque.
Marie-Laure de Noailles (?) faisant le pont, Hyères, ca. 1930, tirage d’époque

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram, Twitter et Flipboard.

Tagged:
Art
Features
Feature
livre
Hyères
villa noailles
Jean-Pierre Blanc
Charles et Marie-Laure de Noailles