visiter florence par derrière

L'artiste Erik Benjamins a imaginé un guide touristique via les fessiers des statues qui ornent la ville la plus artistique d'Italie. Il les a réunies dans son livre, "Butts of Florence".

par Anastasiia Fedorova
|
28 Juin 2016, 3:25pm

Documenter, partager et nous glorifier de nos voyages est devenu bien banal pour le commun des mortels armé d'un smartphone. Le voyageur s'empresse, dès lors qu'il a passé la porte de son hôtel, d'un musée ou d'un club, de l'immortaliser avant de le transformer en carré Instagram. Ou en post Snapchat, peu importe. La vérité, c'est que la vue d'un paysage inconnu booste notre soif de créativité. 

Pour Erik Benjamins, artiste et théoricien, cette soif s'est étanchée à la vue successive des fesses qu'il a découvertes à Florence. Il en a tiré une collection de clichés en noir et blanc qui offre un regard forcément drôle sur la ville la plus chic d'Italie. À qui appartiennent les fesses ? Rassurez-vous, elles sont de marbre. Aucune chance que votre dernier séjour à Florence vous ait donné la possibilité de vous retrouver dans ce livre irrévérencieux. Erik n'a photographié que la cambrure des statues florentines.

"J'ai noué une relation très intime à Florence. J'y ai étudié pendant six mois alors que je n'avais pas 20 ans, se remémore-t-il. C'était la première fois que j'y retournais cette année et j'ai voulu trouvé une manière de lui rendre hommage avec beaucoup d'amour et une pointe d'humour. Les fesses m'ont tout de suite paru être la réponse appropriée aux sentiments que j'éprouve à son égard."

Aux côtés de ces paires de fesses fossilisées, l'artiste a choisi d'intégrer au livre son carnet de voyage. Fragmenté, sous forme de notes, d'adresses ou de pensées furtives griffonnées au coin d'une rue. "J'ai librement adopté une écriture très fragmentaire. C'était sans doute ce qui reflétait au mieux mon état d'esprit, mes réflexions face à la splendeur de la ville," explique-t-il.

Butts of Florence capture l'essence artistique de la ville. Submergée par la superbe nudité de nos ancêtres, - sa sensualité, à travers les pages de Benjamin, demeure intacte. Gravée dans le marbre. 

Amuse

Credits


Texte : Anastasia Fedorova pour Amuse

Tagged:
Culture
Art
florence
butts of florence
erik benjamins