ex-ile, un hommage sincère à la jeunesse banlieusarde

La petite vingtaine, Tarik et Léo composent derrière le nom EX-ILE dans la ville qui les a vu grandir, Noisy-le-Sec. Ensemble, ils portent un autre regard sur la banlieue parisienne, loin des stigmates, dans leur nouveau clip « J'attends la Chance...

par VICE Staff
|
22 Mai 2017, 11:00am

La banlieue s'est rarement autant imposée comme terrain de création. Pourtant, elle est encore le territoire condamné d'un urbanisme excluant et réprouvant. Certains préfèrent la regarder de loin pour mieux la maudire. D'autres tentent de la célébrer. Depuis les émeutes de 2005, elle est devenue le laboratoire de prédilection des politiques et l'objet de nouveaux anathèmes : "zones de non-droits", "intervention au karcher", "Grand Paris", "gentrification"- la banlieue est restreinte à l'image qu'on veut bien lui donner. Pourtant, sa jeunesse semble vivre plus fort que jamais. Et une autre jeunesse, celle de Paris, la fantasme comme rarement. Un constat que nous avions déjà fait avec le photographe Yanis Dadoum, les membres de Boukan Records ou le duo derrière Goulag. Aujourd'hui, c'est un nouveau duo, musical cette fois-ci, qui lui rend hommage.

La petite vingtaine, Tarik et Léo composent derrière le nom EX-ILE, un vocable en référence au territoire qui les a vus grandir, Noisy-le-Sec. « On a toujours un peu eu l'impression de vivre sur une île, quelque chose d'un peu autarcique et dépendant d'une centralité, d'une métropole. Le nom EX-ILE exprime à la fois ce constat d'isolement, de marge, et aussi l'envie de le transcender par l'emploi du préfixe EX » expliquent-ils. Derrière leurs ordis, Tarik et Léo combattent l'ennui de l'adolescence, les stigmates qui collent à leur banlieue et une définition trop essentialiste de la jeunesse banlieusarde. « Un banlieusard n'est pas seulement qu'un banlieusard. On est autant banlieusard qu'étudiant à Paris ou français, ou encore européen, etc. Ce rapport d'un individu par rapport à son identité, ne peut être abordé qu'en étant conscient de la très grande pluralité qui la constitue. » Dans leur titre, J'attends la chance dont le clip est à découvrir sur i-D, ils évoquent l'errance et la fuite, la conscience d'une altérité forcée : « Le titre évoque le rapport d'un jeune banlieusard lambda face à ces différents aspects qui, de l'extérieur, identifie la banlieue : l'ennui, l'enclavement, la galère, la peur, les grecs , etc. C'est de la prise de conscience de cette altérité définie par l'autre, que naît un certain sentiment de fierté territoriale » explique le duo. Dans un clip en noir et blanc, tout en lenteur, Tarik et Léo déploient leur vision de la banlieue, et la subliment. Inspirés par la scène d'introduction du film Manhattan de Woody Allen dans laquelle des images du quartier new-yorkais défilent comme des cartes postales, Tarik et Léo font défiler leurs images de Noisy-le-Sec. La vidéo a été réalisée « en famille » (de cœur) nous ont-ils confié. Et le résultat est brûlant de poésie.

Tagged:
banlieue
Noisy-le-Sec
ex-ile
j'attends la chance