christelle kocher nous a parlé des femmes qui ont changé sa vie

À l'occasion du Women's History Month, des personnalités nous ont parlé des femmes qui avaient, à un moment ou à un autre, changé leur façon de voir la vie. La créatrice de mode française s'est prêtée au jeu.

par Marion Raynaud Lacroix
|
28 Mars 2019, 9:28am


Simone de Beauvoir.
J'ai commencé à la lire quand j'avais 17 ans, au moment où je suis partie vivre en Angleterre. J'ai découvert de Beauvoir avec Le Deuxième Sexe, avant de me plonger dans des textes portant sur sa vie personnelle. Ils m'ont beaucoup aidée à comprendre sa vision, et ont été très inspirants pour moi. Cette littérature, ce personnage très féministe, très engagé, la liberté avec laquelle elle a vécu son couple avec Jean-Paul Sartre... tout chez elle était extrêmement avant-gardiste.

Rei Kawakubo. C'est une femme qui m'a beaucoup inspirée par la radicalité dont elle fait preuve. Sa recherche constante, son souci de la forme, du design, de la coupe et des volumes m'intéresse beaucoup. Et puis il y a ce lien avec le Japon, qui est ancré en moi, et qui influence énormément ma façon de travailler.

Michèle Lamy. Je l'ai rencontrée à Paris via des connaissances en commun, en mai 2014. C'est quelqu'un qui m'a vraiment encouragée et soutenue à l'époque où je travaillais encore pour Bottega Veneta et Chanel et que j'envisageais de créer ma marque. Elle s'est montrée hyper généreuse et enthousiaste sur le projet dès le départ et je pense que sa force, son univers, sa créativité, son audace et sa liberté ont été déterminantes. Michèle dégage quelque chose de vraiment fort tout en étant très humaine, elle est tellement belle et lumineuse ! Je me souviens du jour où je l'ai retrouvée pour prendre un café et où nous sommes restées trois heures à discuter. Le soir-même, dans la nuit, je démissionnais de chez Bottega et je posais les premiers jalons de ma marque : elle a ce don de faire en sorte que les choses se passent. C'est ma première supportrice, un peu comme une marraine, qui a donné beaucoup d'énergie à ce projet. Une femme visionnaire qui m'a poussée à garder mon indépendance, à aller encore plus loin dans mon individualité, dans ma personnalité, et dans ma radicalité.

Gabrielle Chanel. Je pense qu'il y a une forme d'identification, parce qu'il s'agit d'une femme issue d'un milieu modeste qui a su tracer sa route – ce qui était très audacieux pour l'époque. On lui doit l'invention d'une nouvelle élégance, d'une simplicité intemporelle. Elle a réussi à créer un empire par sa force, sa persévérance, son sens aigu du commerce. Tout ça en s'élevant, en imprimant une mode avec un style à son image.

Tracey Emin. J'ai eu la chance de voir ses toutes premières expositions quand je suis arrivée « new British artists ». Elle a un discours super féministe qui s'articule à une dimension très personnelle. Elle utilise le textile, les broderies pour évoquer son histoire et en même temps, elle arrive à porter un discours universel sur la condition féminine. C'est quelqu'un d'extrêmement fort et audacieux dont le parcours a eu une réelle importance dans mon travail.

Les popstars. En y réfléchissant, je crois que c'est très important de le dire aussi : j'ai toujours adoré les grandes figures de l'industrie de la pop. Je pense à Beyoncé, en qui je vois une l'incarnation très forte de la power lady. Et puis Björk, la créatrice ultime, qui a su développer son propre vocabulaire, son univers complètement excentrique, et qui assume totalement ses choix.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram et Twitter.

Tagged:
Womens History Month
Köche
Christelle Kocher
8 mars