robots, zombies, dragons : laylow a (presque) tout mis dans son nouveau clip

Le rappeur toulousain sort aujourd'hui le clip barré de « Maladresse », extrait de son nouvel EP, « .RAW-Z ».

par Antoine Mbemba
|
05 Décembre 2018, 2:02pm

Cette semaine, Spotify a publié les chiffres des artistes les plus écoutés en France en 2018. Vous avez deviné, c’est sans appel : David Guetta arrive en 16ème position et avant lui il n’y a que des rappeurs. Damso, Jul, Vald, Booba, Niska, Orelsan ou Moha La Squale sont les rois cette année. Ce n’est pas surprenant. Ils l’étaient déjà l’an dernier, ils le seront – eux et d’autres encore dans l’ombre – l’an prochain. Réaffirmer la puissance du rap en 2018, c’est devenu banal et tant mieux.

Mais il faut maintenant aller creuser un peu, voir ce que cette vague va sculpter dans les récifs de l’histoire de la musique française. Essayons de nous tourner vers les clips de rap. En la matière, 2018 aura été l’année du lâchage, des tournages en Ukraine, des effets dans tous les sens, des références japonaises, des montages inhumains, d’une esthétique digitale aussi débridée que ceux qui ont le courage d’en faire la bande-son. Cette esthétique-là, il y en a un qui la travaille depuis longtemps, c’est Laylow.

Son délire, c’est la « digitalisation ». Une forme de DIY, nous expliquait-il en avril dernier pour la sortie de son projet .RAW. « Se faire soi-même avec les outils du numérique. C’est le régal. » Dans son cas, ça se traduit par des prods sévèrement virtuoses et les clips tout aussi inventifs de son collectif TBMA, qui viennent soutenir son flow et sa créativité débordante. Cette semaine, le rappeur toulousain rempile avec une suite, une extension : .RAW-Z, nouvel EP de dix titres. Le ton est plus mélancolique mais les instrus sont encore plus évolutives qu'avant, et les clips toujours plus « digitalisés ». Celui de « Maladresse » sorti cette nuit en est le plus bel exemple.

Il suffit d'y regarder Laylow en transhumain robotique, en zombie aux yeux noircis ou en ombre chinoise, perché au clair de lune sur un building, sniper à la main et grillz de requin à la bouche pour s’en convaincre. Et vu qu’il a pris la vague de cette digitalisation en avance sur beaucoup de ses confrères et consœurs, on l’imagine bien la surfer comme nul autre. Pour finir, en décembre 2019, dans le top Spotify des artistes les plus streamés de l’année ? On lui souhaite.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram, Twitter et Flipboard.

Tagged:
Rap
Clip!
Musique
laylow
maladresse
TBMA
RAW-Z