Hopper wears jacket CK Jeans. T-shirt AG Jeans.

hopper penn, le rêve adolescent (4ever)

Il est le fils de Sean Penn et Robin Wright, doit son nom à Dennis Hopper, est féru de skate, de pizza, et a frôlé la mort à l'adolescence. Il est la star montante d'Hollywood.

par Dean Kissick
|
22 Décembre 2016, 3:25pm

Hopper wears jacket CK Jeans. T-shirt AG Jeans.

« J'avais un peu bu et fumé avec des potes » se souvient Hopper Penn, 23 ans, lorsqu'il raconte comment il a frôlé la mort, adolescent, et pourquoi une énorme cicatrice lui barre encore le nez. « Je voulais descendre une colline en skate, très connue à Malibu, qui s'appelle Gray Fox. Je l'avais déjà descendue plusieurs fois auparavant, mais comme j'étais nouveau dans mon lycée, je voulais montrer aux autres gosses que je pouvais le faire. J'ai commencé à rouler, et rapidement à trembler à cause de la vitesse. Je me suis cogné contre un caillou, et comme j'avais bu et fumé, je n'ai pas eu le réflexe de mettre mes mains en avant. Je me suis planté la tête la première. J'avais un œdème au cerveau, on a dû m'opérer en urgence. Deux heures de plus, et j'étais soit mort soit dans le coma. »

T-shirt Lotties. Jean AG Jeans. Casquette vintage, de Vintage Archive.

On remarque deux choses, très rapidement, en observant le nez d'Hopper Penn. Déjà, il ressemble à s'y méprendre à celui de son père. Et puis, cette cicactrice une cicatrice qui, à une époque, s'ouvrait jusqu'à l'os et qui, aujourd'hui, lui donne pas mal d'allure. « Merci. Je la déteste, mais je m'y suis habitué. »

Hopper est très détendu. Son père est Sean Penn, sa mère Robin Wright, mais il n'a rien du rejeton hollywoodien typique. En fait, il déteste Los Angeles, tout le monde y est bien trop égocentrique (« Soyez vous-mêmes, putain. N'essayez pas d'être cette fausse personne qui veut ressembler à Johnny Depp et qui porte quinze écharpes en été. Je sais que je porte un bonnet, mais c'est parce que je me suis rasé la tête, et c'est vraiment moche. »), mais on se retrouve quand même là, sous le soleil de Santa Monica, à 20 minutes de marche de la plage, le matin de l'élection américaine. Hopper débarque sur son skate, avec des baskets usées, un jean bleu, un t-shirt blanc et un bonnet à motifs flocons de neige. Un mec ordinaire. Sa planche est une Tony Trujillo verte, avec un dessin du personnage défoncé joué par son père dans Fast Times at Ridgemont High, assis un bong à la main, déclarant « I'm sooo wasted ». Mais le tout reste assez difficile à décrypter, tant la peinture a été malmenée par les slides et autres figures. 

Chemise American Eagle Outfitters. Pantalons Dickies. Baskets Vans. Bonnet CK Jeans.

Notre lieu de rendez-vous a une vue imprenable sur le skatepark Cove, un park entièrement bétonné, avec des rampes assez terrifiantes. C'est ici qu'il aime faire du skate. Son meilleur trick, dit-il assez timidement, c'est un Frontside Smith Grind sur une des rampes, qui fait 5 mètres de haut, accomplie quand il avait 16 ou 17 ans. Hopper touche un skate la première fois quand il a 4 ans, alors qu'il vit en Australie, où son père tourne un film. « Pendant 5 mois, je ne faisais que m'asseoir sur ma planche pour faire des descentes, se souvient-il. Puis on est revenu aux États-Unis et mon père m'a dit 'je ne t'ai pas acheté un skate pour faire ça. Mets-toi debout sur ta planche.' Mon père faisait du skate quand il était jeune, et c'est un très bon surfeur. Très vite, je suis devenu accro au skate, j'en faisais tous les jours, toute la journée. » Sa carrière d'acteur a commencé de la même manière, quand Hopper demande à son père s'il peut bosser en tant qu'assistant de production sur un film qu'il réalise, The Last Face : « Il m'a dit 'non, tu vas jouer dedans.' Je lui ai dit 'va te faire foutre, j'ai pas envie de devenir acteur.' Ça ne me plaisait vraiment pas, ça m'embarrassait, j'étais très timide. Puis il m'a montré la paye que je pouvais décrocher, et je lui ai dit 'Ok, on le tente !' J'ai lu le script pour le personnage, mon père m'a dit, 'il te ressemble un peu de toute façon. Toi tu ne pilotes pas d'hélicoptère, mais c'est un stoner. Et c'est un pilote.' Je me suis dit que j'avais au moins un de ses traits de caractères. J'avais juste à apprendre à faire voler un hélico et j'étais bon. »

Plus récemment, Hopper était au Moyen-Orient pour tourner War Machine, une comédie noire réalisé par David Michôd basée sur le bouquin de Michael Hasting, The Operator : The Wild and Terrifying Inside Story of America's War in Afghanistan. Il y joue Nick, un artilleur des marines, aux côtés de Will Poulter, Keith Stanfield et Brad Pitt. « C'était l'expérience la plus cool de ma vie, d'aller à Abu Dhabi et de bosser sur ce film. On arrivait à onze heures du soir, on dînait, prenait un verre, et on se réveillait à quatre heures du matin, on se rasait la tête et on s'équipait. L'équipement pèse près de 40 kilos. À sept heures du matin là-bas, il fait déjà 40 degrés. On était dans un camp d'entraînement au milieu de nulle part. On nous avait prévenu que ça durerait 8 jours, mais on avait aucune idée de ce qui nous attendait. » Le premier jour, tout le monde a vomi, mais ça a créé des liens. « C'était cool de vivre cette fraternité. Ils ont voulu pousser nos limites à fond. Avec quelques-uns de mes potes, on s'en donnait à cœur joie tous les soir, à se bourrer la gueule au Jim Beam. On voulait être dans le mal tous les matins. Ce fut le cas, et je trouve que ça rend plutôt bien. »

Veste Louis Vuitton. Casquette Vintage, de Vintage Archive.

Alors, que réserve le futur à ce jeune homme qui aime jouer la comédie et qui déteste Los Angeles ? Un indice est peut-être à trouver sur le t-shirt qu'il porte, qui vient de Lamonica, une boutique du Westwood Village qui fait faire sa pâte à pizza à Brooklyn et la fait voyager à travers tout le pays (ça à l'air fou comme ça, mais les pizzas sont vraiment dégueulasses dans cette ville). « En ce moment, tout ce que je veux faire, c'est du théâtre. Si je peux. Je vais essayer de déménager à New York, quand mes finances me le permettront. New York est ma ville préférée. Les femmes que j'y vois… Je tombe amoureux dix fois par jour là-bas… »

Credits


Texte Dean Kissick
Photographie Bruno Staub
Stylisme Julian Jesus
Grooming Ramsell Martinez, Streeters, avec R+Co
Technicien digital Morgan Acaldo
Casting Keegan Webb.

Tagged:
Culture
Sean Penn
the big issue
hopper penn