être jeune à marseille en 2019

Entre le festival du Bon Air et les rues de Marseille, le Vieux Port et les quartiers nord, i-D a documenté le style marseillais dans sa diversité.

par i-D France
|
09 Juillet 2019, 10:52am

Elliott, 15 ans

1561126980262-vceruhficezj

Tu viens d’où ? Je vis à Marseille, dans le quartier du Vieux Port.

Tu traînes dans quel coin à Marseille ? Je traîne pas mal par ici, dans le Vieux Port, vers l’Escale Borély aussi et La Castelane vers le cinéma.

Qu’est-ce qui te plaît ici ? L’architecture aussi, dans le quartier du Vieux Port on sent que c'est très ancien, c'est un peu l'origine de Marseille, c’est très beau.

Qu'est ce que tu as appris en grandissant à Marseille ? L’entraide et la solidarité, à Paris par tout va vite et c’est un peu chacun pour soi. Ici, c’est différent, le rythme de vie est plus lent.

Dans l’idéal, comment aimerais-tu voir évoluer Marseille ? Je trouve que c’est un peu sale. Dernièrement, il y a eu pas mal de manifestations à ce sujet. Il faudrait rendre la ville plus propre.

Est-ce que tu te vois vivre ici pour les 20 prochaines années ? Non ! J’aimerais vivre ailleurs qu’en France. Pas forcément aux États-Unis parce que je sais pas si j’aurais les moyens mais ce serait le rêve. Un pays anglophone. Loin de la France.

Cléa, 20 ans

1561126924405-vi

Tu habites où ? Je vis dans le 13e, dans les quartiers nord de Marseille.

Tu as toujours vécu à Marseille ? Non, mais je suis revenue car Marseille me manquait. Il y a une qualité de vie ici qu’on ne retrouve nulle part; les gens sont beaucoup moins snobs et bourgeois.

À ton avis, qu'est-ce qui attire les gens ici ? Je connais des gens qui ont eu un coup de foudre pour Marseille parce que la ville a un côté anarchiste, on se définit aussi comme ça. C’est ce qui fait qu’il y a beaucoup plus d'évènements culturels et populaires, on profite de notre diversité et on en fait quelque chose de cool.

Où traînes-tu à Marseille ? Le cours Julien, c'est vraiment le symbole de ce qu'est en train de devenir Marseille, c'est l'endroit que tout le monde connaît. Là-bas, il y a autant de bobos que de teufeurs ou de skateurs. Sinon juste à côté, il y a Noailles, le quartier des restaurants africains, antillais, des supérettes exotiques, des salons de coiffures pour les cheveux afros, c'est encore une autre atmosphère, c'est un autre monde.

Quel(le) artiste représente le mieux Marseille selon toi ? Moi !

Est-ce que tu te sens inspirée par ta ville ? Inconsciemment oui, dans ma manière de penser ou de faire. La diversité culturelle à laquelle j'ai été confrontée depuis toute petite est aussi liée à Marseille, et comme je fais de la peinture, je pense que ça se retranscrit dans mon travail.

C'est comment d'être jeune à Marseille ? C'est avoir une vision complètement différentes des autres grandes villes de France. Qu'on vienne des quartiers nord ou des quartiers suds, on a fait de notre diversité notre identité. Il y a un rapport moins communautaire, on vit vraiment tous ensemble. Mes amis parisiens me disent qu'il y a moins de compétition ici, parce qu'il y a encore beaucoup de choses à faire, ça commence à peine à se débloquer réellement.

Est-ce que tu dirais qu'il y a un style marseillais ? Le classique c'est le survêt, ou même le maillot de l'OM que certains portent comme un vêtement à part entière. C'est tellement diversifié... C'est peut-être ça finalement le style marseillais.

Tom, 16 ans

1560963595358-P1010430

Tu viens d'où ? J’habite à Marseille depuis que je suis né, là je suis dans le 13e arrondissement.

La ville a changé selon toi ? Quand j'étais petit je ne sortais pas trop de mon quartier, donc pour moi c'était juste la cité. Mais quand je me suis mis à sortir, j'ai compris que Marseille était une ville où tu pouvais tout faire.

Où traînes-tu à Marseille ? Au Vieux Port, aux Terrasses, au Bol et un peu partout dans les rues. On skate avec mes potes, et on va à la plage aussi !

Comment décrirais-tu Marseille ? La vie est cool ici, il y a plein de terrains et de parcs, et plein de lieux pour faire du skate. Les gens disent souvent que c'est une ville sale où il y a plein de règlements de compte. À ces gens qui pensent ça, j'aimerais leur dire : venez ! Vraiment, il y a la mer, le soleil, il y a des milliards de cultures différentes, c'est trop bien. Il faut arrêter de croire ce qu'on dit.

Quels sont les artistes qui sont les plus représentatifs de ta ville ? Soprano ! Et Jul évidemment. Je suis allé à un de ses concerts une fois, sa musique, c’est pas mon truc mais l’ambiance est folle.

Ton cadre de vie marseillais t'inspire ? Oui il y a une atmosphère détendue, c'est vraiment particulier. J'ai déjà été dans d'autres villes comme Paris ou Londres, et ici quand on entre dans un bar c'est pas "Bonjour Monsieur que désirez-vous ?" mais plus "Oh chef qu'est ce que tu veux ?". C'est vraiment unique.

Keo, 15 ans

1560965335392-P1010430-copie-2

Tu viens d’où ? J’habite à La Belle de Mai. Je suis à Marseille depuis mes 8ans.

Tu traînes dans quel coin à Marseille ? J’aime bien venir au Cours Julien, les gens sont tout le temps de bonne humeur, il y a une bonne ambiance ici. Sinon, j’aime bien traîner vers Réformés, Longchamp, le quartier de La Canebière. J’aime bien les terrasses du Port aussi. En fait, je vais là où il y a du monde, je retrouve deux trois potes là-bas, on écoute de la musique, on discute et tout.

C’est comment d'être jeune à Marseille ? C’est facile, on s’y sent bien. Je ne me définis pas fondamentalement comme marseillais, mais ça compte quand même. Après, toutes les conneries qu'on fait en général, on les ferait pareil dans une autre ville !

Quels sont les artistes qui sont les plus représentatifs de ta ville ? Je dirais Soprano. Jul aussi, évidemment ! Et Alonzo. Je ne les écoute pas trop mais je pense qu’ils sont emblématiques parce qu’ils se revendiquent marseillais avant tout. Dans leurs clips, tu vois des endroits de Marseille, Soprano habite ici. Après on écoute plus ça pour délirer.

Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ? Plutôt du rap. J’écoute beaucoup Freeze Corleone et Lord Esperanza. Il y a Lyonzon aussi.

Est-ce que tu te vois vivre ici pour les 20 prochaines années ? Franchement ouais, ça ne me dérangerait pas du tout. C’est cool ici.

Est-ce qu'il y a un style marseillais selon toi ? Pour moi le style marseillais, c'est claquette chaussette et survêt. Et c'est sûr que si tu portes le maillot de l'OM, tu ne peux pas être autre chose que marseillais.

Mariama, 24 ans

1560963752800-18

D’où viens-tu ? J’habite à Marseille depuis 10 mois seulement.

Après avoir emménagé ici, est-ce que ton image de la ville a changé ? J'ai une bien meilleure image de Marseille. Je ne pensais pas m'intégrer aussi facilement, je viens d'une petite ville. Ici, tout le monde vient d'horizons différents et c'est super agréable de rencontrer des personnes différentes de soi.

Quels sont les artistes qui sont les plus emblématiques de ta ville ? Je dirais Alonzo, il est partout. Je pense que c’est surtout parce qu'il fait des collabs avec Corner street, et comme tous les jeunes y vont.... Moi je travaille dans les sneakers et on voit vraiment que c'est une figure emblématique du côté street, il représente bien la jeunesse marseillaise.

Comment qualifierais-tu l'atmosphère marseillaise ? Détente déjà, le sourire, les gens sont vraiment solaires, on sent bien que la ville est dynamique en été. Je me sens à ma place à Marseille, je suis tranquille, et puis je peux m'habiller comme je veux, même si quand t'es une meuf c'est un peu chaud la nuit, je me sens super bien ici.

Comment tu définirais ton style ? Je travaille chez Snipes, et je peux vraiment m'habiller comme je veux, je ne me sens pas jugée. Je pense aussi que le côté street est super important à Marseille. Dans ma vie quotidienne, je peux être moi-même, contrairement aux petits village où tout le monde te juge.

David, 24 ans

1560964557350-2

Comment décrirais-tu Marseille à quelqu’un qui ne connaît pas la ville ? Marseille c’est soit on l’aime, soit on la quitte ! C'est avant tout une diversité : il n’y a pas vraiment de profil marseillais, c’est presque impossible de définir Marseille et c’est ce qui fait sa spécificité.

Pourquoi le Bon-Air est un festival pas comme les autres ? C’est de la frappe. Ça change beaucoup de ce qu'on retrouve en général sur la scène musicale marseillaise. Et la Friche est un lieu dingue. C’est la quatrième édition du Bon Air et je n’en ai pas raté une seule.

Tu peux nous citer un morceau qui t’a marqué à un moment de ta vie ? Un gros classique de la musique techno : Vertigo de Roberto Capuano. Je kiffe.

Quelle place occupe la musique dans ta vie ? Je suis un grand fan de musique. Elle a une place énorme. J’ai mixé pendant quelques années, j’ai fait du piano au conservatoire de Marseille pendant 10 ans.

Quels artistes représentent bien Marseille selon toi ? Les rappeurs ! Toute la clique du Marseille City Gang. Ils ont tourné un gros freestyle dans le Cabaret Aléatoire, c’est très lourd. Ceux qui écoutent du rap reconnaîtront la puissance.

Eva (Nola Shiro), 29 ans

1560963714860-3

Qu’est-ce qui te plaît ici ? Le temps, c’est ce qui nous plaît à tous je crois. J’ai grandi à Marseille mais j’ai vécu dans le 94. Quand on revient ici, on apprécie la chaleur, l’ambiance, le mode de vie.

Quels sont les artistes qui sont les plus représentatifs de ta ville ? Jul ! Quand on arrive par le train à Marseille, on voit un tag énorme avec écrit « Jul, président ». On ne peut pas le rater, il fait partie de la culture ici. Et Alonzo aussi.

Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ? J’écoute que du hip-hop et du RnB américain, genre 2 Chainz, Gucci Mane, Lil Wayne, Young Thug, tout ce qui vient du sud des États-Unis et particulièrement d’Atlanta.

Qu'est ce que tu as appris en grandissant à Marseille ? Cette ville m’a apporté la tranquillité. À Paris, les gens sont stressés et fatigués. Ça fait du bien au moral d’être ici. On est moins déprimés.

Dans l’idéal, comment aimerais-tu voir évoluer Marseille ? J’aimerais qu’il y ait plus d’événements, un accès à la culture plus important, surtout pour la jeunesse. Il n’y a pas assez de choses qui sont faites pour nous. C’est pour ça que je suis partie. Je fais de la musique et je ne trouve rien ici. Il ne se passe rien.


Photographie : Vincent Vallon

Tagged:
Marseille
jeunesse
straight up
Festival Le Bon Air