Image tirée du film Climax de Gaspar Noé

on tient les 5 films de danse les plus flippants de 2018

En salle depuis hier, l'adaptation de « Suspiria » par Luca Guadagnino n'a pas volé sa place.

par Hannah Ongley
|
15 Novembre 2018, 9:14am

Image tirée du film Climax de Gaspar Noé

Si je dis « danse », il y a de fortes chances pour que la première image qui vous vienne en tête soit associée à un moment de célébration : qu'il s'agisse de la joie collective d’une file de Soul Train, ou du jour où vous avez essayé de reproduire la choré de Toxic dans votre chambre. Pourtant, dans bien des films, la danse se rapproche plus d'une forme de catharsis, qui lorgne parfois du côté de l'exorcisme sur fond de synthés gémissants. C’est le cas de beaucoup de films d’horreur portés sur la danse sortis sur nos écrans cette année. L’un des les plus attendus étant sans doute Climax, l'horrifique comédie musicale de Gaspar Noé que le Guardian a décrite comme « une affreuse plongée dans la folie et dans un désespoir infernal » tandis qu’i-D y voyait « une rencontre entre Paris Is Burning et The Shining ». Bref, si vous pensiez voir quelque chose qui vous rappelle Sexy Dance 2, passez votre tour. Et ce n'est pas fini : après le sublime Call Me By Your Name, Luca Guadagnino s'est lancé dans le remake de Suspiria - en salle depuis le 14 novembre - livrant sa propre version du ballet cauchemardesque de Dario Argento. Un peu plus tôt cette année, Jennifer Lawrence a creusé le sillon sanglant à travers le rôle d'une espionne russe. Et bientôt, pile pour la saison des fêtes, des ados d’une petite ville se verront obligés de « se battre, de tuer et de chanter pour survivre » dans un film intitulé Anna and The Apocalypse. Si Black Swan ne vous a pas fait prendre en horreur les danseuses ingénues et qu'il vous en faut plus pour vous empêcher de danser, voilà cinq films que vous pourrez voir cette année.

Climax
Seulement six personnes ont quitté la salle pendant la première du film de Gaspar Noé au festival de Sundance, mais parmi ceux qui ont tenu bon, certains ont considéré que c’était la meilleure œuvre de Noé depuis sa première réalisation Seul Contre Tous, sortie en 1998. Issus de la scène underground du street voguing, de jeunes danseurs se contorsionnent après avoir enchaîné les verres de sangria lors d’une répétition dans une école vide. Parmi eux, on retrouve l’actrice et danseuse franco-algérienne Sofia Boutella, surtout connue pour ses rôles dans de gros blockbusters, dont les pas de danse font littéralement exploser le film. Climax jouit également d’une soundtrack démente, portée par Sangria – ça ne s’invente pas – la nouvelle chanson de Thomas Bangalter, la moitié de Daft Punk. Bref, ce film pourrait bien devenir à l’emoji vin ce que Call Me By Your Name est devenu à l’emoji pêche.

Madeline’s Madeline
Dans ce film d’apprentissage spectaculaire et bordélique, Helena Howard incarne une jeune actrice prodige. Le pitch ? Une répétition d’une pièce de théâtre expérimentale portant sur les troubles bipolaires et l’anxiété. Fan absolue de Black Swan, Helena Howard s'est reconnue dans la métamorphose du personnage de Nina et dans son désir de plaire. Sans gâcher le plaisir du film, on peut dire que Madeline’s Madeline s’achève sur l’une des scènes de danse les plus terrifiantes de ces dernières années, un genre d'exorcisme surréaliste où apparaissent des membres et des masques de cochons. Le genre de délire qui ne laisse pas indemne : Howard en a d'ailleurs fait l'expérience pendant le tournage. « Quand je sortais avec des gens, ils me demandaient si j’allais bien » a t-elle révélé plus tôt cette année. « Je ne m’en rendais pas compte à l’époque, mais c’est parce que j’étais toujours dans mon personnage ».

Red Sparrow
Six ans après que Jennifer Lawrence nous a montré ses talents de danseuse de salon face à Bradley Cooper dans Happiness Therapy, l’actrice s’est métamorphosée en ballerine du Bolshoï pour le Red Sparrow de Francis Lawrence. Si une blessure met prématurément un terme à la carrière de ballerine du personnage de Lawrence, la danse reste au cœur de l’intrigue du film, puisqu’elle entame une double vie d’espionne dans laquelle les cours de ballets lui servent pour séduire ses victimes. Pour ce film, Jennifer Lawrence a passé quatre heures par jour, cinq jours par semaine à travailler sous la houlette du chorégraphe Kurt Froman dans le garage de sa maison californienne. C’est peut-être pour cette raison qu’elle a réussi à survivre à la dernière cérémonie des Oscars sans trébucher une seule fois.

Suspiria
Le nouveau film de Luca Guadagnino est loin de l’idylle torride ambiance villa italienne de Call Me By Your Name. Dans ce remake du grand classique de Dario Argento, on suit la jeune danseuse Suzy (Dakota Johnson) en voyage à Berlin pour suivre les cours d’une prestigieuse école de ballet, lors duquel se déclenche une série d’événements surnaturels. Le tournage de Suspiria a été si traumatisant pour Dakota Johnson qu’il l’a envoyée tout droit en thérapie, a t-elle révélé à Elle cette année. Il n'a pas non plus manqué de provoquer des réactions extrêmes chez son public...

Anna and the Apocalypse
Touche festive mêlée à une apocalypse zombie, cette comédie musicale de Noël met en scène une bande de lycéens qui « se battent, tuent et chantent pour leur survie » dans un petit bled écossais. Il semblerait que le film, qui a été mystérieusement décrit par Variety comme « une rencontre entre High School Musical et L’Armée des Morts », contienne d'exceptionnelles séquences dansées et des ballades pop addictives, parmi lesquelles une reprise sexy du tube de 1953 d’Eartha Kitt Santa Baby – dont nous espérons de tout cœur qu’il devienne l’équivalent de Jingle Bell Rock dans Lolita Malgré Moi. C’est Sarah Swire qui signe la chorégraphie du film, où elle apparaît aussi en tant qu'actrice dans le rôle d'une militante lesbienne amie d'Anna.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram, Twitter et Flipboard.

Cet article a été initialement publié sur i-D US.