Courtesy of Alex Brunet

i-D a rencontré Lucas Bravo, l'acteur qui illumine la nouvelle série Netflix « Emily in Paris »

Avec le scénariste de «Sex and the City» aux commandes, Patricia Field aux costumes et une bande de comédiens fantastiques, on a jubilé de bonheur devant la nouvelle série «Emily In Paris» avec un coup de cœur pour le jeune acteur français Lucas Bravo.

par Patrick Thévenin
|
02 Octobre 2020, 9:00am

Courtesy of Alex Brunet

Écrite par Darren Star, qui nous a offert dans les années 2000, l’incroyable « Sex And The City », et ses quatre personnages devenus cultes, « Emily In Paris » est sans aucun doute la série feel-good qui va faire exploser les compteurs de Netflix cet automne tant elle est pétillante, légère, drôle et sexy comme un fil Instagram fashion, par sa manière de titiller et collectionner les clichés sur la ville lumière, l’esprit parisien et la mentalité française, mais aussi parce que c’est évidemment une romance. Bref une comédie avec toute la légèreté dont on a besoin en ces périodes troubles, même si les plus grincheux pointeront son manque de réalisme, alors que là n’est pas le but. L’histoire c’est celle d’Emily (Emily Cooper incroyable), jeune américaine dans sa vingtaine, qui se retrouve, parce que la compagnie où elle bosse a racheté une entreprise de parfum français, à partir travailler un an à Paris dans l’agence de communication qui gère les relations presse du parfum et amener son regard neuf et son expertise des réseaux sociaux. Sauf qu’évidemment, la directrice de l’agence, Sylvie Grateau (incarnée à la perfection par Philippine Leroy Beaulieu), ne l’entend pas de cette oreille et va tout faire pour mettre des bâtons dans les roues d’Emily, la dégoûter et espérer qu’elle prenne le premier avion de retour vers les États-Unis. Naïve, impulsive, têtue et bosseuse, Emily va s’accrocher, ne pas baisser les bras et faire ses preuves. Tout en découvrant les charme de la vie parisienne, ses beaux garçons et tomber amoureuse de Gabriel, son voisin d’immeuble, chef cuistot dans un petit restaurant. Un personnage entier, sexy et gentlemen, qui va en faire fondre plus d’une (et d’un) incarné à la perfection par Lucas Bravo. Un jeune acteur qui a fait ses débuts dans la « Crème de la Crème » de Kim Shapiron, qu’on a vu dans des publicités pour des marques comme Chanel ou Messika, ou la web-série « L’équipe » et qui est bien parti pour exploser. Du coup on a été le rencontrer, le titiller pour en savoir un peu plus sur ce garçon discret, et autant dire qu’il nous a charmé.

IMG_1365.JPG
Courtesy of Alex Brunet

Lucas Bravo, c'est ton vrai nom ?

J'en ai bien peur (rires). C'est drôle parce que toute ma vie ça a été un sujet de taquinerie avec mes amis, genre des applaudissements impromptus à des moments où ce n’était pas forcément nécessaire, et les journalistes américains qui m’ont interviewé pour la série me disent tous que c'est un nom génial. Du coup, j'essaie d'inverser la vapeur, de me convaincre que c'est cool, mais le fait qu'on me pose la question, c'est que c'est un nom particulier quand même !

Tu décrirais comment le personnage de Gabriel dans la série ?

C’est un peu l’archétype du parisien qui a envie se démerder tout seul, de s’en sortir sans l’aide de personne, qui se sent un peu émasculé par sa copine, qui a du mal à communiquer et qui est un peu perdu. C’est un peu un vieil ado en fait. Il cherche au début de la série une porte de sortie, à vibrer, à être heureux et Emily arrive sur le pas de sa porte, et il sent quelque chose, il est attiré par son énergie.

J’ai bien peur qu’après avoir vu la série, énormément de filles tombent amoureuses de toi. Ton cœur est déjà pris ? 

Mon cœur n’est pas déjà pris. Je me suis séparé récemment et en très bons termes d'ailleurs. Déjà, je leur dirais que ce n’est pas de l'amour pour les rassurer, c'est pas ça l'amour, mais en tout cas ce serait flatteur si le personnage de Gabriel arrive à provoquer quelque chose, ça veut dire que la série véhicule des émotions.

Il y a un rôle dont tu rêverais ? 

Mon film préféré, c'est « Danse Avec Les Loups » et depuis tout petit. C'est le film qui m'a transporté, partir à l'aventure, découvrir des nouvelles cultures sans jugement de valeur et découvrir qu'il y a d'autres façons de penser et de vivre ailleurs. J’adore le rôle de Kevin Costner qui veut voir la frontière avant qu'elle n'existe plus, qui arrive chez les Indiens, en tombe amoureux et finit par les défendre. 

Un réalisateur avec qui tu aimerais tourner ? 

J'en ai tellement, j'aime tout, je suis influencé par beaucoup de choses. J'adore Wes Anderson. J'aime beaucoup Nolan aussi parce qu'il y a cette notion de temps et de mindfuck permanent. « Interstellar » ou « Inception » ça nous pousse tellement à voyager et à redéfinir les choses telles qu'elles sont. J'adore ce genre de réalisateurs, ce serait un rêve de tourner avec eux c'est sûr. 

Un prénom que tu n'aurais pas aimé porter.

Ce ne serait pas cool pour le prénom que je vais donner, du coup je vais répondre par un que j'aurais aimé. C'est assez drôle, mais Gabriel (son prénom dans la série, ndr), je me suis toujours dit que c'était le prénom que je donnerais à ma fille ou à mon fils. 

Les pires vacances ce serait ?

Aller dans un endroit perdu où il y a plein d'opportunités, plein de rencontres à faire, être dans un super hôtel spa et ne pas le quitter. En fait ne pas avoir vu l'endroit où j'étais, juste être emprisonné dans une maison de luxe. 

La personne qui t'a le plus influencé dans la vie ?

Ma grand-mère parce qu'elle a eu un regard sur moi quelle a été la seule à avoir. J'ai toujours fonctionné à l'affect et à la confiance, alors que souvent les gens ont tendance à vouloir vous pousser vers l’orgueil. J'ai toujours été l'inverse, plus on me faisait confiance, plus j'étais capable de magie et ça me donnait des ailes. Ma grand-mère a été un peu la seule personne dans ma vie qui m'a traité comme ça, qui m'a donné confiance et m'a rassuré.

Un vêtement dont tu ne peux pas te passer ?

(rires) Je pense que c'est le short, il va dans toutes les pièces de la maison, pour cuisiner, pour dormir, faire du sport, le confort du short en coton. J'aurais aimé trouver quelque chose de plus luxe.

La pièce de ton vestiaire qui vaut le plus cher ?

Oh je n’ai pas grand-chose, je suis très fripes. Si j’ai une paire de Louboutin qui viennent d'un événement que j'ai fait et qui m'ont été offertes.

Quand tu ne tournes pas, que fais-tu ?

Pas en ce moment j’avoue, car j’ai des tournages, mais je voyage au maximum. J'essaie de partir loin, tout seul et de me perdre. 

Un objet fétiche dont tu ne peux pas te séparer ? 

J'ai une petite pierre que j'ai ramenée d'Alaska qui ressemble un peu à une labradorite, une pierre censée repousser les mauvaises énergies. Ce n'est pas une labradorite en fait, mais elle y ressemble, elle est en forme de cœur et je l'ai souvent sur moi.

IMG_1426.JPG
Courtesy of Alex Brunet

Si tu n'avais pas fait ce métier ?

Je dis tout le temps à mes amis que je vendrais sûrement des masques et des tubas sur une plage à Honolulu. Ce n’est pas fini, j'ai peut-être encore une chance.

Une ville où tu rêverais d'habiter ?

J'adore l'Italie et Florence, une ville ultra-stimulante qui donne envie de créer, de peindre, c'est un musée à ciel ouvert. Et quand on sort de la ville, les grandes vignes et les villas toscanes, c'est magique.

La personne que tu n'aimerais pas être ?

Quelqu'un qui n’a conscience de rien, imbu de sa personne, sans aucune empathie, qui est auto-satisfait en se levant le matin, qui ne se remet pas en question. Je n'aimerais pas être quelqu'un de pas connecté à la terre et surtout qui ne rend pas à la terre parce qu’il y a une question qu'on devrait tous se poser à la fin de la journée : « Aujourd'hui qu'est-ce j'ai rendu à la terre ? »  Ça peut être des petits gestes tous bêtes comme ne pas jeter ses cigarettes par terre ou utiliser le même contenant pour son eau.

Un groupe dont tu connais toute la discographie ?

Jungle et RY X.

Quelque chose dont tu dois te débarrasser ?

Surtout les fringues, toutes ces choses que l'on ne met plus depuis des années, mais qu'on ne veut pas jeter parce qu'elles ont une valeur affective, parce qu'elles ont été à tel endroit, qu’on les a portées pour tel voyage. Il paraît qu'il ne faut pas garder les choses qui font partie d'une vie ou d’une énergie précédentes, parce que les ondes restent. 

Ton pire défaut ce serait ?

De me déconnecter un peu trop facilement, perdre confiance quand je suis trop angoissé ou stressé par des choses qui n'en valent pas la peine.

Ta plus grande qualité ?

Je ne sais pas, difficile de répondre à cette question.

Dans quelles conditions tu es capable de mentir ?

Quand je n'ai pas envie de blesser. Même si de plus en plus, j'essaie de dire la vérité. On a peur de blesser, on se dit que la personne va mal le prendre, mais dans la plupart des cas, les gens sont bien plus solides qu'on ne le pense. Il faut dire les choses.

Qu'est ce qui te fait le plus peur dans la vie ?

La hauteur, j'ai le vertige et pourtant j'habite à Montmartre ! Quand je descends les marches, j'ai toujours une petite sueur froide qui me traverse, je me dis que si j'en loupe une, je me retrouve à Pigalle en deux minutes trente. 

Si tu pouvais changer quelque chose chez toi ? 

J'aimerais être un mathématicien, être bon avec les chiffres, être un peu plus binaire, j'ai l'impression que ça rend les choses plus fluides et ça donne un esprit moins évasif. 

Ton plus grand regret ?

De ne pas être parti faire un tour du monde avec un groupe d'amis il y a cinq ans. On avait tout prévu, on avait nos billets pour l'Inde, on devait partir un mois et demi et à une semaine du départ, je ne l'ai pas senti, j'ai eu l'impression que j'allais passer à côté d'opportunités, à côté de ma carrière, et je me suis dégonflé. Et ils sont rentrés les étoiles plein les yeux, avec un joli film et des souvenirs incroyables. Ils ont fait vraiment un grand tour et ils ont vu des choses, même qui n'existent plus aujourd'hui à cause de la situation actuelle dans le monde. Aujourd'hui ça reste mon plus grand regret. 

Qu'est-ce qui compte le plus chez la personne que tu aimes ?

L'honnêteté, j'aime les gens vrais qui disent la vérité. On ne peut pas se tromper quand on dit la vérité, en tout cas, quand on expose sa vérité.

« Emily In Paris », saison 1 en 10 épisodes, à partir du 2 octobre sur Netflix.

Tagged:
Paris
Netflix
Serie
Sex and the City