le futur de l'afrique du sud commence avec eux

En 2016, Le Cap fait partie des villes les plus vibrantes du monde. i-D s'y est rendu pour interroger sa jeunesse et s'imprégner de son énergie. Straight-Ups.

par i-D Staff
|
15 Juin 2016, 5:20pm

Lenina Tembisile, 20 ans, artiste/mannequin/étudiante

D'où viens-tu ?
J'ai vécu au Cap toute ma vie, bien que personne ne vienne d'ici dans ma famille. La famille de mon père vit en Amérique du Nord, celle de ma mère à Limpopo, en Afrique du Sud. 

Tu fais quoi à l'université ?
J'étudie pour devenir ambulancière. Ce sera le cas à la fin du mois de juin.

Qu'est-ce qui te passionne ?
L'urgence sanitaire et l'approche multidimensionnelle du féminisme.

Qui sont tes modèles ?
Frida Kahlo est ma plus grande inspiration. Même si son style n'influence pas directement mon art, sa vie et ses luttes m'inspirent. Autrement, Ed Hodgkinson, un artiste qui m'a aidé à me trouver, à créer mon propre style. Et puis bien sûr mes profs de lycée et de prépa d'art qui m'ont donné la force, le courage et le niveau nécessaire pour produire mon art.

De quoi as-tu hâte ?
De simplement continuer mes études, de travailler avec des gens qui ont la même passion pour les gens et nos communautés que moi.

Le meilleur conseil qu'on ne t'a jamais donné ?
Ce que les gens disent de toi et la manière dont ils te traitent n'est pas le reflet de toi, c'est le leur. Ça m'aide à prendre conscience que je ne mérite pas toujours la négativité des autres et qu'elle ne reflète en aucun cas ma bonté.

Qu'aurais-tu aimé qu'on te dise plus tôt ?
J'aurais aimé, quand j'étais enfant, que quelqu'un prenne au sérieux mes souffrances en rapport avec ma sexualité et mon instabilité mentale, plutôt que de les résumer à une "phase".

@simplicityinart

Ulfah Davids, 24 ans, designer et modeliste

Qu'est-ce qui te passionne ?
La création d'un streetwear féminin qui résiste à l'épreuve du temps.

À quel moment tout a changé pour toi ?
Certainement au moment de ma participation sur Between 10 and 5, qui a mis en avant la collection que j'avais conçue pour mon diplôme. Et aussi mon design pour la première collection capsule femme de TwoBop, juste après mon diplôme en avril 2016.

Sur qui tu mises en 2016 ?
Sur moi ! Je me suis fait un réseau de malade et j'ai gagné une sacrée expérience dans le milieu.

De quoi es-tu hâte ?
De montrer ma collection femme automne/hiver 2016-2017 en juillet, de faire partie de TwoBop et de présenter leur collection printemps/été 2016-2017 à la Fashion Week sud-africaine.

Où est-ce que tu emmènes les gens qui viennent au Cap ?
Au Spur steak ranches.

Le resto ?
Ouais. Mais pour ce qui est de la création, je les emmène à First Thursday pour qu'ils goûtent à l'émulation artistique locale.

Qu'est-ce qui fait le charme du Cap ?
On a tout ! La montagne, la mer, la forêt, et une scène artistique en totale ébullition. De la super bouffe et quatre saisons en une journée.

Le meilleur conseil qu'on ne t'a jamais donné ?
Rester patiente. Tout viendra le moment venu. Travailler dur paye toujours.

Qu'aurais-tu aimé savoir plus tôt ?
Qu'il faut rester humble en toute situation et que le réseau est le plus important dans ce métier - il faut lécher le cul des gens avec un grand sourire.

@FahDavids

Tameez Vayej, 26 ans, directeur artistique

Parle-nous d'une œuvre qui t'a marqué.
Le livre qui a changé ma vie, c'est Le jeu de la vie et comment le jouer, de Florence Scovel Shinn. Et l'un des films qui m'a le plus inspiré : The Pursuit of Happyness.

De quoi as-tu hâte ?
D'être à notre prochain défilé de mode, Blanc, et de shooter notre première campagne dans la foulée.

Apprends-nous quelque chose sur le Cap.
Au Cap il y a un canon qui est mis à feu tous les jours à midi.

Quel son écoutes-tu en boucle ?
Le remix de Golden par Kaytranada.

Le meilleur conseil qu'on ne t'a jamais donné ?
Ne jamais mettre la charrue avant les bœufs.

Qu'aurais-tu aimé savoir plus tôt ?
Qu'accomplir de grandes choses prend du temps. 

@tvayejxx

Anees Petersen, 28 ans, designer

Que fais-tu ?
Je suis le directeur artistique d'une marque de vêtement, Young and Lazy. Je partage aussi un espace de vente avec deux autres marques et j'assiste certains stylistes du Cap.

Qu'est-ce qui t'influence ?
La musique, les rencontres avec des gens venus de partout et bien sûr les designers que j'admire, comme Yohji Yamamoto, John Galliano et Junya Watanabe.

Qu'est-ce qui te passionne ?
La confection d'une pièce de vêtement et l'exigence de qualité. Récemment je me suis aussi intéressé à la fabrication et à l'exploration de différents textiles.

Parle-nous du moment où tu as percé ?
Un jour, Virgil Abloh a demandé à quelqu'un quel t-shirt il portait - et c'était un Young and Lazy ! Ça n'a rien changé, mais c'était pour moi une belle percée.

De quoi as-tu hâte ?
De voyager encore plus et de répandre la marque dans le monde.

Apprends-nous quelque chose à propos du Cap.
C'est un endroit magnifique à visiter, mais quand tu y vis et que tu travailles dans certains milieux, le Cap peut vitre devenir très petit et étouffant.

Le conseil que tu aurais aimé qu'on te donne ?
J'aurais aimé que quelqu'un me dise qu'il n'est jamais trop tôt pour entreprendre des projets d'adultes. C'est raté pour moi !

@youngandlazy

Check out part one to meet more Cape Town legends.

Credits


Photographie Russell Kleyn

Tagged:
Cape Town
société
straight ups