avoir 20 ans à new york en 1950

Le livre "Washington Square" rassemble les clichés du photographe Dave Heath qui a passé sa carrière à capturer les rebelles, poètes, beatniks et bohémiens dans le légendaire parc et ses alentours.

par Alice Newell-Hanson
|
30 Novembre 2016, 4:05pm

Le Washington Square Park est l'un des lieux de rencontre les plus mythiques de New York. Depuis toujours, toutes les strates de la population new-yorkaise s'y croisent, les adolescents y partent en escapades et les étudiants de NYU en font leur point de ralliement et de révolte. À l'âge de 15 ans Jean Michel Basquiat fuguait et faisait du parc son alcôve, tandis que Larry Clark, lui, y plantait quelques années plus tard le décor de Kids

A la fin des années 1950, le photographe Dave Heath déménage à New York et commence à capturer la vie du parc - l'endroit faisait déjà parler de lui. Dans le communiqué de presse d'un livre qui réunit les photos du parc prises par Heath, une citation de Simone de Beauvoir décrit le Washington Square de la moitié du siècle comme « un mélange cosmopolite de touristes, d'intellectuels, d'étudiants, et une collection plutôt louche de beatniks, hippies et bohémiens qui se rassemblent alors que les chanteurs folk et blues hantent les clubs et cafés mal éclairés. » 

Les images de Heath capturent tout cela en noir et blanc. Une fille en sweat Jean Seberg, un chaton dans les bras, prise en photo dans un moment de distraction la bouche entrouverte ; deux adolescent qui s'enlacent ; un jeune musicien, son chapeau et sa copine anxieuse… Heath s'est aussi glissé dans les cafés les plus populaires de la zone, comme la 7 Arts Coffee Gallery, où il prend en photo Allen Ginsberg, Gregory Corso et Jack Kerouac en pleine lecture. Tous les trois apparaissent dans le livre, et le poème Howl de Ginsberg sert d'introduction à cette série de photos.

« Même si le travail de Dave au Washington Square Park peut être considéré comme de la photo de rue, lui était plus intéressé par les reflets personnels de l'existence vue à travers ses sujets, » assure son galeriste de Toronto, Stephen Bulger. « Sa photographie capturait des gens rencontrés dans la rue et son but était de relever la diversité des traits humains. »

Quand Heath déménage à New York en janvier 1955, il est encore jeune. Après s'être battu en Corée, et y avoir pris des photos de ses compatriotes mitrailleurs, il bute pendant deux semestre à la Philadelphia Museum School of Art et se dirige à Manhattan après un bref détour par Chicago. En regardant ses photos on dénote une sorte de solitude, et une envie de se lier avec ces artistes, ces jeunes dans le vent. Dans l'introduction de son livre de 1965, A Dialog with Solitude, Robert Frank décrivait l'humeur de ses photos comme « la fin d'un vendredi après-midi dans l'univers. » On pourrait dire la même chose de Washington Square.

Heath est décédé le jour de son 85ème anniversaire, en juin dernier, peu de temps avant la finalisation du livre. « Ses photos communiquent une beauté et une émotion sur lesquelles il est difficile de mettre des mots, » nous dit son éditrice Rachel Stanley. « J'espère qu'on a rendu justice à son travail ; qu'on a créé quelque chose qui perdurera. »

"Washington Square" de Dave Heath est publié chez Stanley/Barker, en collaboration avec les galeries Howard Greenberg et Stephen Bulger.
stanleybarker.co.uk

Credits


Texte Alice Newell-Hanson
Photographie Dave Heath, courtesy Stanley/Barker

Tagged:
New York
Photographie
dave heath
washington square