les 9 groupes qui ont fait le sonar de reykjavik

i-D s'est rendu au Sónar à Reykjavik pour écouter la nouvelle génération d’artistes islandais approuvés par Björk. Voici les quelques pépites que nous y avons découvertes.

par Frankie Dunn
|
09 Mars 2017, 1:30pm

Vous saviez que le Sónar s'était exporté en Islande ? Connu pour ses trois jours de fêtes à Barcelone en Juin, le festival s'emparera d'Istanbul en mars, de Hong Kong en avril et de Reykjavik en février. Le Sónar Reykjavik est plutôt intimiste. Il accueille des artistes locaux et internationaux dans l'impressionnante Harpa, une salle de concert située dans le port de la ville. Après vous avoir présenté les acteurs clés de la scène hip-hop islandaise en 2015 et réalisé un film pour célébrer leur talent en 2016, on a pensé qu'il était temps d'entamer un nouvel épisode. Voici une liste - pas seulement hip-hop - des jeunes artistes islandais que nous avons découverts lors du Sónar Reykjavik 2017. 

CYBER

Johanna et Salka sont des membres éminents du collectif rap féministe Reykjavikurdaetur.  Ayant emprunté le nom d'un rouge à lèvres qu'elles utilisaient toutes les deux lorsqu'elles sont devenues meilleures amies à 16 ans, les CYBER ont déjà sorti deux super EP et ont impressionné tout le monde lors de leur set au Sónar. Ces « Barbies d'Aspen » comme l'indique le nom du morceau ci-dessus, sont vraiment très cool et ont de beaux jours devant elles.

Alvia Islandia

Alvia, marraine d'une trap minimal et céleste, a sorti son premier album Bubblegum Bitch l'année dernière. Avec son esthétique inquiétante et familière - quelque part entre la Gwen Stefani des années 1990 et les plus belles pièces du Cyberdog à Londres - elle s'est déchaînée sur scène au Sónar et a jeté plein de chewing-gums « Hubba Bubba » à son Gum Gum Clan présent dans la foule.

Aron Can

Le rêve du jeune Aron Can a pris forme en 2016 avec son tube Eginn Morall (sans honte). Ses visuels lo-fi et son clip, dans lequel il se balade dans la ville encerclé par un brouillard violet, donne envie de reprendre ce commentaire YouTube : « Je comprends rien de ce qu'il dit mais ça a l'air super cool, lol. »

Samaris

Voilà quelque chose qu'on imagine plus facilement figurer dans une liste de musiques islandaises. « Je suis obsédée par son groupe Samaris depuis quelques années » disait Björk à propos de la jeune chanteuse Jofriður Akadottir dans le Guardian l'an dernier. Jofriður est aussi connue pour Pascal Pinon, le groupe qu'elle a créé à 14 ans avec sa sœur jumelle, son mystérieux groupe de musique électronique GANGLY, et son nouveau projet solo JFDR. Un vrai talent.

HRNNR & Smjorvi

Ces deux jeunes semblent être de grands fans de leur compatriote GKR. Des visuels lo-fi et des voix autotunées, le tout délivré avec une énergie que seul des jeunes de 16 ans peuvent avoir. Leur concert au Sónar s'est conclu par une invasion de la scène, une bataille de sabre laser et des membres du crew pilotant des voitures pour enfants. Il a finalement fallu qu'un coup de feu se fasse entendre sur la piste du dernier morceau pour stopper tout cela. Folklo. 

Glowie

OMG, des fringues vintage, de la glace et des maillots de bain arty ! Il semblerait que cette princesse de la pop islandaise ait beaucoup de points communs avec les reines de la pop du monde entier. Le clip de son morceau le plus connu, No Lie, brille de partout et propose d'assister à une chorégraphie sur un terrain de basket. Nous avons assisté à sa première performance live, elle arborait un survêtement rose devant de grandes lettres roses et brillantes qui formaient son nom. Elle a récemment posté une photo d'elle dans les locaux d'Universal à Londres, autant dire qu'on devrait la revoir très prochainement. 

Auður

La totalité de l'album visuel d'Auður, Alone, a été tournée dans une centrale électrique abandonnée dans la banlieue de Reykjavik - en une seule prise. Des projections spatiales changent de couleur et tournent autour du chanteur, qui faisait précédemment partie d'un groupe de musique hardcore avant de se laisser séduire par le R&B (et après avoir vu James Blake en concert au Sónar). 

Shades of Reykjavik

Même s'ils semblent dire « Ass So Fake » lors du refrain de cette chanson, les Shades of Reykjavik parlent en réalité du fait d'avoir beaucoup d'argent (Non !? Sérieux ?) Le collectif gravite autour de la scène islandaise depuis 2011 et les gens les apprécient même si l'un d'entre eux semble être un démon lorsqu'il rappe. 

SiGRÚN

Sigrún a joué en première partie de Björk lors de la tournée Volta alors qu'elle était encore à l'école. Elle a ensuite joué lors d'une tournée de Sigur Rós. Puis Florence and the Machine. Entre ces concerts elle a étudié la composition et fait désormais de la musique expérimentale et industrielle teintée d'harmonies abstraites. Après avoir déjà sorti deux EP, Hringsja et Tog, elle joue aujourd'hui en live avec un groupe et leur concert au Sónar était le quatrième. Bon travail SiGRÚN !

Tagged:
Islande
aron can
alvia islandia
auður
glowie
hrnnr & smjorvi
sigrun