entre rap et dancehall, santi secoue le nigéria et fait bouger le monde

« Les artistes de la nouvelle scène nigériane peuvent changer le monde avec leurs idées, » assure le musicien de 26 ans.

par Frankie Dunn
|
18 Avril 2019, 11:13am

Cet article a été initialement publié dans le n°355 d'i-D, The Homegrown Issue, printemps 2019.

« La scène musicale est incroyable en ce moment, c’est un monde ouvert, avec plein de destinations différentes, et toutes ont quelque chose de plus à apporter. Les possibilités sont infinies. » Il y a cinq ans, Santi quittait sa ville natale de Lagos, au Nigéria, pour aller étudier à Dubaï. Aujourd’hui, il vit entre les deux. « Lagos est une ville fondamentale pour moi, » assure le musicien de 26 ans, évoquant l’énergie frénétique, les individualités et les films d’horreur cultes qui ont peuplé son enfance et ont inspiré bonne part de son esthétique actuelle. Mais Dubaï a offert quelque chose de nouveau ; un isolement qui lui a permis d’expérimenter davantage et de créer un son signature, ce dancehall qui ne ressemble a aucun autre. « Ça m’a ouvert les yeux, dit-il. Les photographes, designers et musiciens sont très talentueux. La manière qu’ils ont d’être solidaires et plein d’amour envers les uns et les autres m’ont appris beaucoup de choses, que j’ai pu ramener chez moi. »

Santi est aujourd’hui un incontournable de la scène alté, cette nouvelle vague d’artistes de Lagos qui repoussent les limites en célébrant l’individu et la liberté d’expression dans une société où il est traditionnellement plus facile de rentrer dans des cases. Avec ses collaborateurs, il est connu pour sa patte nostalgique lo-fi, et son don pour la fusion des racines nigérianes et d’influences occidentales. « Les artistes de la nouvelle scène nigériane peuvent changer le monde avec leurs idées, assure-t-il, fièrement, lui qui se prépare à sortir son premier album. L’objectif, c’est de montrer au monde entier ce que nous pouvons faire. Ce que nous créons vient des endroits les plus purs de notre âme. Il faut qu’un maximum de personnes le reçoive. »

SANTI TSE

Crédits


Photographie TSE

Tagged:
the homegrown issue