10 temps forts de la Fashion Week de Paris Automne/Hiver 2021-2022

Pour la saison brumale prochaine, on se la joue libre et décontracté sans rien perdre de son élégance. On ose les patchworks, on adopte le skiwear, on se pare de maille et de bijoux, et on ressort les tenues de soirées clinquantes et électriques.

par Julie Le Minor
|
11 Mars 2021, 12:16pm

Chloé

Pour sa première collection dans la Maison Chloé, la créatrice uruguayenne Gabriel Hearst a présenté une collection féminine et engagée sur les pavés de Saint-Germain-Des-Prés. Placée sous le signe de l’artisanat, les tenues présentent des classiques revisités dans des matériaux bruts et des patchworks de motifs et de matières où fusionnent luxe et artisanat. Les trenchs sont matelassés, les doudounes en tissus sont fleuries, les jupes et les robes se portent longueur midi, en cuir uni ou en maille rayée multicolore. L’élégance se la joue décontractée dans des teintes telluriques et on arbore fièrement son poncho, que l’on peut même intégré à sa doudoune. Pour inaugurer son travail chez Chloé, la créatrice a souhaité montrer la voie de la durabilité avec une collection quatre fois plus engagée que celles réalisées jusqu’à présent par la Maison qui fête cette année les 100 ans de la naissance de sa fondatrice, Gaby Aghion.

Louis Vuitton

C’est dans les galeries du musée du Louvre que les mannequins de Louis Vuitton ont défilé entre les statues grecques, étrusques et romaines. Sous le son des Daft Punk et de l’iconique Around the world, les silhouettes rétrofuturistes de Nicolas Ghesquière se présentent comme un pont entre différents âges et vestiaires où motifs d’époque se marient avec des pièces contemporaines. L’art s’expose sur les vêtements avec les œuvres de l’italien Piero Fornasetti que l’on retrouve sur les pièces maîtresses  de la collection et sur les sacs. Dans ces tenues hybrides, les silhouettes s’allongent et les volumes et proportions se réinventent marqués par des parkas XXL, des pantalons fuseaux, des jupes longueurs midi ou de longues tuniques à franges. La veste se porte sous toutes les coutures, version blouson ou cape, imprimées ou bi-matiéres, elles sont volumineuses, oversized ou épaulées. Les its du défilé : des spartiates d’hiver et le retour de la jupe boule.

Givenchy

Une élégance obscure définit le premier défilé de Matthew Williams pour la maison parisienne Givenchy. Dans un espace clos, immense et sombre, les silhouettes du créateur d’Alyx ont défilé sous le son techno du musicien Robert Hood. Seuls des spotlights blancs viennent éclairer les mannequins. Les couleurs sombres de l’hiver sont adoucies par le mauve, le beige et le blanc. On porte du noir, beaucoup, en all over, de la tête au pied, sur des vestes, des jupes, des costumes et des bottes. On manie parfaitement l’art de l’habillé-déshabillé, on s’emmitoufle dans des doudounes matelassées, la fausse fourrure orne les vestes et les gants, et on assume les robes légères et translucides où les tissus laissent entrevoir la peau. On joue avec les volumes et les matières, le tailoring et l’oversize. Et on n’oublie pas sa cagoule pour affronter le froid de l’hiver Givenchy.

Hermès

Pour cette nouvelle présentation digitale, Nadège Vanhee-Cybulski dévoile la collection automne-hiver 2021-2022 avec une performance chorégraphique en trois actes filmée à Paris, New York et Shangaï par le documentariste Sébastien Lifshitz. La maison parisienne s’inspire de l’élégance des cavalières pour créer un vestiaire marqué par des looks monochromes et des coupes droites et ceinturées. Blouses à manches ballons, pantalons en twill et ponchos viennent habiller les danseuses Hermès. Jupes crayons, cols roulés et robes babydoll en mousseline ponctuent ces silhouettes hivernales. Le denim s’invite aussi dans le vestiaire Hermès, on le porte brut et toujours assorti à son sac Birkin. On ose le rouge carmin, le rose orangé et le bordeaux que l’on peut twister à l’aide de pois. On porte toujours des teintes telluriques, des pièces en daim ou en agneau, et on assume les franges.

Paco Rabanne

Cette saison, le vestiaire de Paco Rabanne s’embourgeoise. Julien Dossena présente des silhouettes précieuses, brillantes et satinées qui contraste avec un vestiaire de jour plus sage dans des teintes classiques où domine le noir, le marron, le gris et le blanc. Tout se joue dans les détails de cette collection. Col claudine, collerette et lavallière bordent les robes, les pulls et les chemises. Une myriade de motifs se dévoile : pois, rayures, imprimés et même des petites fleurs. Le vêtement se pare de tous les artifices et le bijoux se porte partout, tout le temps, avec des chaînes, des perles, des grosses pierres et des boucles d’oreilles oversize.

Isabel Marant

Pour l’automne-hiver 2021-2022, Isabel Marant propose un style folk et électrique. La créatrice parisienne poursuit son ode à la fête avec un vestiaire à la croisée du look cowboy et futuriste où se mêlent l’esprit bohème cher à la créatrice et l’énergie du dancefloor. Les robes sont longues et fendues avec des fleurs colorées ou des imprimés Paisley comme une inspiration sixties. La guipure se décline en top et en robe tandis que le bleu, le rouge et le noir en vynile viennent électriser le show comme un rappel des nuits techno des nineties. La robe se porte aussi mini, les parkas sont XXL et les bottes westerns viennent conclure ces silhouettes avec une petite touche rock’n folk.

Lanvin

Lanvin aussi est en fête. Le directeur artistique Bruno Sialelli donne un avant goût des festivités de l’hiver prochain dans une vidéo filmée dans l’opulent hôtel Shangri La. La tribu Lanvin défile en tenue de soirée sur la chanson Rich Girl de Gwen Stefani et Eve qui fait même une apparition surprise à la fin de la vidéo. Légèreté et frivolité caractérisent cette collection où l’on porte des pièces glamour ornées de plume d’autruches et de fausses fourrures colorées. Les robes se portent courtes et à motifs, uni et dos-nu, ou en bustier. Le costume aussi est de sortie, monochrome et de couleurs vives, tout comme le léopard qui s’impose en total-look ou par petites touches sur les robes, les manteaux et même les sacs. Pour les hommes, le temps est au luxe décontracté et on ose les paillettes, le velours, le satin et même le léopard.

Miu Miu

L’hiver 2021-2022 de Miuccia Prada sera froid et coloré. C’est en Italie, dans les Dolomites enneigés que s’est tenu le défilé Miu-Miu de cette saison sous le signe du skiwear. Au  Miu Miu Mountain Club, les visages sont recouverts par des cagoules en maille unie ou bicolore, les moon-boots et les gants se portent XXL et la fourrure fait son grand retour. Ces pièces hivernales se portent avec des nuisettes légères en satin de soie, en maille ou en dentelle. On chausse des plateformes, on porte la doudoune oversize dans des teintes pastels assorties à sa tenue et on enjambe la montagne d’un pas conquérant sans rien perdre de sa légèreté ni de sa féminité.

Chanel

La fête encore et toujours, chez Chanel cette fois. La Maison parisienne dirigée par Virginie Viard a choisi Castel, la célèbre institution nocturne du Paris socialite, pour présenter sa dernière collection. Dans un décor de boudoir, les mannequins défilent dans une ambiance skiwear version clubbing. Les filles Chanel arborent des combos mini-jupes et boots de neige, des tops ornés de parures clinquantes et des manteaux en chenille noire. Ce soir, on brille, semblent dire ces silhouettes qui avancent au rythme de la bande-son de Michel Gaubert. On ose même le déshabillé sous les manteaux longs, les justaucorps et les sous-vêtements apparents, le maquillage smoky ou on opte pour le costume de nuit. Le dancefloor, comme si on y était déjà.

Dior

C’est n’est ni plus ni moins au Château de Versailles que Maria Grazia Chiuri a présenté la collection Dior automne-hiver 2021-2022. Telles des héroïnes de temps modernes, les mannequins Dior proposaient une réincarnation des contes de fée de notre enfance. Mais ces rêves de jeunesse ont laissé place à une réécriture sombre de ces mythes. Le look “Petit Chaperon Rouge” se décline sous toutes les coutures. La tête est souvent recouverte de longues et épaisses capuches, de foulards monogrammés ou à motifs, et de serre-têtes. Les vestes sont matelassées, les silhouettes sont parsemées de fine dentelle et certaines matières sont translucides laissant la peau se dévoiler sous des tenues hivernales où l’on ne craint plus le froid.

Tagged:
Paris
FASHION WEEK
Chloe