In French we say: “Frissons !”

6 scènes cultes sélectionnées par Love French Movies pour frémir d’horreur. En plein lockdown, sueurs froides et sursauts sont à l’honneur. Avis aux amateurs de sensations fortes, l’horreur s’invite sur vos écrans. Frissons garantis.

par Camille Laurens
|
23 Mars 2021, 1:38pm

L’horrifique est, avec les romances à l’eau de rose, l’un des genres les plus prisés des cinéphiles. A la fois pétrifié et en pleine délectation, l’adrénaline provoquée par la peur est aussi addictive que répulsive. Les réalisateurs se gaussent des possibilités offertes par l’effroi, même si les classiques réutilisent certains codes : la folie, le sang, les invitations démentielles, et autres maladies psychiques glaçantes. Et pourtant, aussi préparés que nous le soyons, l'effet escompté saisit de stupeur les plus aguerris. Des cris, aux pleurs, jusqu’aux rires, impossible de rester de marbre face aux films d’horreur. Surtout depuis que les réalisateurs poussent plus loin encore les scénarios les plus morbides et en réinventent les ficelles. i-D a sélectionné pour vous les plus terrifiants. Choisissez bien vos voisins. 

1. Le plus dystopique

IMG_0047.JPG
Climax de Gaspar Noe (2018)

Plus besoin d’être présenté, Gaspard Noé, c’est le cinéaste le plus corrosif et borderline du septième art. Entre Love, Enter The Void et Irréversible, le spectateur subit autant qu’il savoure les atmosphères glaçantes dont le réalisateur se régale. Alors lorsqu’il propose un film mêlant Voguing, chorégraphies endiablées et substance illicite, le tout sous sangria, le cocktail est explosif. Une transe épileptique et technicolore entre Eros et Thanatos, filmée comme un trip sous LSD. Climax choque une Quinzaine des réalisateurs en proie à une danse macabre dont on ne sort pas indemne. Le tout sur une B.O portée par le tube de Cerrone, Supernature, et avec comme simple synopsis “Naître et mourir sont des expériences extraordinaires. Vivre est un plaisir fugitif.” Un climax sensoriel.

2. Le plus démoniaque

IMG_0056.JPG
Sheitan de Kim Chapiron (2006)

Réalisateur phare du cinéma indépendant, Kim Chapiron est un virtuose qui jongle aussi bien entre les films d’angoisse et le drame social comme dans Dog Pound. Avec son collectif Kourtrajmé qu’il crée avec le réalisateur Romain Gavras, autre pointure du cinéma, il révolutionne le septième art français. Sheitan est le premier long métrage du réalisateur qui le fait entrer directement dans le cour des grands : un Vincent Cassel métamorphosé pour l’occasion dans un village aux allures d’asile. Si le titre du film signifie Satan, en arabe, on vous invite à découvrir le pourquoi. Devenu culte avec le temps, il réunit pour un premier film les têtes du cinéma d’aujourd’hui et de demain. Plus jamais les campagnes n’ont eu le même visage. 

3. Le plus cannibal 

IMG_0052.JPG
Grave de Julia Ducoumau (2017)

Véritable ovni, Grave a autant fasciné par le fond que par la forme du film. Salué unanimement par la critique, Le Monde allant même jusqu'à, je cite, déclarer « Rares sont les premières œuvres aussi fiévreuses, aussi électrisantes, d'un romantisme aussi échevelé et d'une si complète désinhibition”, le film est un succès. Trash, c’est peu dire. Durant la projection au Festival de Toronto, deux personnes ont perdu connaissance. Sanglant, sensuel, sanguinolent, Grave propose une lecture outrageuse ou le sang prend une dimension nouvelle. Si le végétarisme est aujourd’hui un mode de vie répandu, la réalisatrice offre un scénario inverse.  L’appel viscéral de la chair prend peu à peu part au film qui vrille en cannibalisme spasmodique. Entre appartenance, et appétit malsain, jamais le désir de l’autre n’avait été si charnel. Littéralement. 

4. Le plus schizophrénique

IMG_0049.JPG
Haute Tension de Alexandre Aja (2003)

Cécile de France, Maïwenn et Philippe Nahon réunis, tout s’annonce comme un film classique sauf quand le réalisateur Alexandre Aja, maître du genre, notamment connu pour La colline à des yeux, ou Furia est aux commandes. Prenez une maison de campagne esseulée, un massacre nocturne et un psychopathe en liberté et vous obtiendrez l’un des films les plus alarmants à voir. Saupoudrez le tout d’une course poursuite sur fond de schizophrénie, on vous aura prévenu, la nuit s’annonce bien pire que sous “haute tension”.

5. Le plus déroutant

IMG_0057.JPG
Ils de David Moreau (2006)

Commencer un film “basé sur des faits réels" est déjà gage de curiosité, mais quand il s'agit d’un film d’épouvante, elle devient malsaine. Même s’il s’agit d’une légende urbaine, la

tension est déjà palpable. Un couple de trentenaire en Roumanie, isolé dans la banlieue de Bucarest dont la vie va sombrer le temps d’une nuit dans un cauchemar lugubre. Toutes les clés d’une épouvante sont présentes dans ce thriller horrifique. Enfermée chez eux, leur survie dépend du bon vouloir d’une bande d’adolescents dont le sadisme seraient venus d’un constat innocent: « Ils ne voulaient pas jouer avec nous… ». Sans rire. 

6. Le plus glaçant

IMG_0053.JPG
Martyr de Pascal Laugier (2008)

Quand la vengeance devient un moteur d’existence, le scénario n’a rien d’exceptionnel mais lorsqu’il s’accompagne d’hallucinations sous forme de créatures terrifiantes, on tient un film d’horreur solide. Morjana Alaoui et Mylène Jampanoï sont saisissantes en “Martyr”. De quoi ? Entre société maléfique, secte satanique, torture, âmes sensibles s’abstenir car le film de Pascal Laugier est un traumatisme mental et visuel à ne pas prendre à légère. Sur ce, beau visionnage et belle soirée (hantée?) !

Tagged:
Film
horreur
français