5 documentaires pour comprendre le punk

Immersion dans les squats graffés des années 1980 avec les fans des Sex Pistols et les kids de la première vague punk. i-D a fait sa liste (non-exhaustive) des meilleurs documentaires punks disponibles en intégralité sur YouTube.

par Alice Newell-Hanson
|
10 Juin 2016, 1:10pm

1. 8 ans et déjà punk 
Ce documentaire de 1981, réalisé pour la chaine allemande VPRO, saisit la colère et l'ennui de toute une génération en suivant les ados énervés de San Diego et Los Angeles - entre les caves et les pogos des concerts de Suicidal Tendencies. Si vous ne parlez pas allemand, vous pouvez skipper l'introduction et passer directement aux interviews des groupes Suicidal Tendencies et The Germs qui sont, elles, en anglais. Spoiler : le documentaire ouvre sur la scène la plus touchante du monde soit les cris de Venus DeBraun, j'ai nommé la punk la plus jeune de l'histoire, qui, du haut de ses huit ans, formait le groupe Unit 3 and Venus avec ses parents. Ici, elle scande quatre mots en boucle "I don't like beer" dans une petite robe en velours. Mi-mi-mé-chant. 

2. Danse avec les rats dans les squats londoniens des années 1980
Le documentaire ouvre sur les mots d'un sage : "À quoi ressemble le punk moderne ? À une sale gueule pour beaucoup, mais il est avant tout un véritable mouvement créatif et révolutionnaire." Sorti en 1983, le documentaire suit les crêtes, les blousons de cuir et les errances des punks d'Islington à Londres, le long de King's Road tandis qu'ils alpaguent les touristes et prennent la pose contre quelques pièces de monnaie. De retour dans leur squat, le gang se confie, parle de famille, de sexe, d'amour et d'animaux de compagnie, tous cachés derrière une couche de maquillage de quelques centimètres. Bumbox, Scumbag, Animal, autant de personnalités incroyables que l'on découvre au gré des interventions du narrateur. "Impossible de savoir quel groupe est plus susceptible d'être porteur d'une maladie infectieuse, les punks ou les rats." 

3. L'histoire du punk contée par Don Lett
Sorti en 2005, le documentaire Punk : Attitude de Don Lett revient sur les origines et les nombreuses mues du punk, des années 1970 à aujourd'hui. Parsemé d'images d'archives rares des Stooges, Ramones et des Clash, le documentaire présente un tour d'horizon de la révolution punk, du garage au psyché en passant par la vague glam rock et leurs influences dans le paysage musical actuel. Sans oublier les apparitions des Talking Heads, de Siouxsie Sioux, Henry Rollins, Jello Biafra, Jim Jarmush et Thurston Moore. 

4. Les films punks faits-maison de Captain Zip
Vous retrouverez des images inédites de la scène punk londonienne des seventies, filmées au Super 8 et signées Captain Zip, aussi connu dans le monde des pubards sous le nom Phil Munnoch. Après un passage éclair par son dressing tous les soirs après le boulot, Munnoch a passé toutes ses soirées immergé dans le mouvement punk et l'a documenté sans trêve. Une double vie qui lui a permis d'accumuler une des plus belles collections de films et d'images des kids de Chelsea, alors en pleine rébellion punk dans leurs vestes en PVC, colliers de chien aux cous et leur pins par milliers. Un des documentaires les plus authentiques, bruts et réalistes qui soit. 

5. Punks et politiques en faca-à-face à la BBC
En 1977, la BBC diffusait une série de documentaires Bass Tracks, des épisodes d'une heure sur la dimension sociale et politique de la vague punk qui s'étendait sur toute l'Angleterre et provoquait une véritable panique morale dans tout le pays. "Pour beaucoup de gens, le punk menaçait le style de vie traditionnel anglais davantage que le communisme ou l'inflation pouvaient le faire" explique Brian Trueman face à la caméra. Le documentaire présente de nombreuses interviews et interventions des acteurs de l'époque, de "freaks" et de "fauteurs de troubles" ainsi que des images de la salle de concert la plus emblématique de Manchester, l'Electric Circus. En bonus, des face-à-face entre politiciens et punks et un entretien avec un pasteur tentant de répandre la volonté de Dieu auprès des punks de son quartier. 

Credits


Texte Alice Newell-Hanson
Image : extrait de Brass Tacks via YouTube

Tagged:
Punk
rock
documentaire
Londres
1980
1970