erika lust, la cinéaste qui révolutionne le x

La réalisatrice suédoise érige une nouvelle forme de pornographie féministe en défiant le prisme masculin qui règne dans le cinéma érotique.

par i-D Staff
|
31 Mars 2017, 11:15am

Grâce à sa boîte de production Lust Films & Publications, Erika Lust fait souffler un vent révolutionnaire dans l'industrie du cinéma pornographique. Depuis ses bureaux barcelonais, la réalisatrice réinvente la pornographie et y impose un regard éminemment féminin. Le sexe y est montré à travers une esthétique soignée, des scénarios minutieux et une approche réaliste. Elle s'est donnée pour mission de célébrer la féminité et donner corps aux fantasmes féminins - largement occultés dans le porno mainstream. Nous avons rencontré Erika pour parler d'érotisme, de désir et de féminité. 

Qu'est-ce qui différencie ton cinéma du cinéma pornographique « mainstream » ?
Je pense qu'un nouveau genre de films pour adultes est en train d'émerger. Je fais partie de ceux qui le créent. En fait, beaucoup de gens le font. Les films que je réalise ne sont pas uniquement faits pour les femmes et même s'ils sont réalisés d'un point de vue féministe, ils sont destinés à tous les amateurs d'érotisme à la recherche de films de qualité. Je fais des films érotiques indépendants et cherche à briser les clichés de la pornographie mainstream. Vous pouvez appeler ça du porno si vous voulez, puisqu'on filme des rapports sexuels de manière explicite, mais la production est de grande qualité, les scénarios sont intelligents, l'esthétique est très précise et les mises en scène minutieuses. Les valeurs véhiculées dans ces films diffèrent elles aussi de ce que l'on retrouve habituellement dans le porno mainstream. Nous défendons le droit des femmes à se montrer telles qu'elles sont et comme elles le souhaitent. Et bien entendu les hommes peuvent eux aussi apprécier mes films. Il n'y a rien de plus excitant qu'une femme qui prend du plaisir, si ?

Ces dernières années tu as partagé tes productions sur internet, mais tu ne crois pas qu'internet a tué l'érotisme ?
Internet a surexploité l'érotisme, mais ne l'a pas tué. La sexualité reste une partie intégrante de la vie humaine donc il est toujours possible de travailler avec l'érotisme. Mon but est de créer une nouvelle vague de films érotiques, une bouffée d'air frais pour le genre au même titre que le cinéma indépendant a su bouleverser l'industrie du cinéma. Plutôt que de parler de la mort de l'érotisme, nous devrions parler de sa renaissance. Aujourd'hui il faut reprendre le mouvement et créer des films plus artistiques, intelligents et créatifs. 

Dans XConfessions, tu rassembles les fantasmes d'anonymes et les transformes en courts-métrages érotiques. À quoi reconnait-on un bon scénario érotique ?
C'est un projet très dynamique qui montre l'incroyable diversité des fantasmes humains. On filme 26 courts-métrages par an, donc il faut qu'ils soient différents que ce soit au niveau des personnages, des situations, des intrigues, des objets de fétichisation, etc. Cette diversité est extrêmement importante. Mais un fantasme vaut le coup d'être mis en scène et filmé s'il offre un maximum de possibilités et si un grand nombre de gens peuvent s'y identifier ou simplement découvrir un fantasme en eux, qu'ils ne soupçonnaient pas.

Certains experts s'inquiètent des dangers du porno sur les adolescents qui y sont de plus en plus confrontés. Penses-tu que cette exposition au porno peut pousser certains adolescents à penser les femmes et leur sexualité de façon négative ?
La pornographie c'est l'éducation sexuelle du 21ème siècle ! Un tiers du trafic internet est lié à la pornographie. La réalité c'est que les adolescents regardent du porno sur internet avant même d'avoir eu leur première relation sexuelle. Aujourd'hui il faut faire passer le bon message pour que le sexe soit perçu comme quelque chose de naturel, sain et qui procure du plaisir. La pornographie est importante. Bien plus que ce que les gens pensent. C'est précisément pour cette raison - et pour éviter que le rôle des femmes soit mal compris - que je fais ces films. Dans mes films, les hommes comme les femmes ont le premier rôle. Ils se comportent naturellement, ils s'amusent et prennent du plaisir ensemble. Voilà l'image que je veux que les jeunes aient du sexe. Le sexe est quelque chose de beau, on n'est pas dans la performance, l'agressivité ou l'humiliation.

Quel conseil donnerais-tu aux futurs réalisateurs et réalisatrices de films pornographiques ?
Premièrement, soyez créatifs. Réaliser un film pornographique ne veut pas dire filmer uniquement l'acte sexuel, il faut créer un contexte. Deuxièmement, faites attention à l'intimité, si vous vous filmez avec votre partenaire, assurez-vous que les conditions de distribution sont claires. Troisièmement, soyez naturels et ne filmez pas l'acte sexuel si vous ne vous sentez pas à l'aise. Si vous respectez ces trois points, vous pouvez foncer ! Ce genre de films est encore trop rare. Si vous êtes original, ça marchera. Pour plus de conseils vous devriez lire mon ebook, Let's make a porno.

Le selfie est en train de devenir un genre érotique en lui-même. Que penses-tu du fait d'utiliser son téléphone portable pour produire et consommer du porno ?
Les téléphones portables sont des outils très utiles mais très dangereux. Beaucoup de personnes utilisent le selfie comme un moyen d'expression pour exploiter leur propre image et leur sexualité. Les selfies sont un choix personnel et en tant que tels ils peuvent devenir une arme pour combattre la censure. En revanchen il arrive que les gens qui les publient sur internet soient très jeunes et oublient qu'une fois que la photo est postée sur la toile, on en perd complètement le contrôle. 

En tant que féministe, que penses-tu des Femen et de la façon dont elles utilisent leurs corps pour combattre le patriarcat ?
Je crois au pouvoir du consentement. Le féminisme c'est la possibilité pour les femmes de décider de leurs actions et de leurs pensées sans être jugées ou censurées. Les actions des Femen sont souvent extrêmes et donc controversées, mais en prenant des décisions concernant leurs propres corps, elles ont été capables de transmettre un message puissant.

Que penses-tu de l'approche de la pornographie de certains réalisateurs comme Lars Von Trier dans Nymphomaniac ?
Lars Von Trier utilise le sexe comme une ressource visuelle et c'est une part importante de ses projets, qui sont d'ailleurs très souvent récompensés. Le public évolue et il y a de plus en plus de demandes pour des films comme les miens. Nous sommes sur le point de normaliser le sexe.

Quels sont tes prochains projets ?
Xconfessions.com est un projet de long terme : on tourne 26 courts-métrages par an et ça continuera tant que les retours seront aussi positifs. En parallèle, je prépare de nouveaux long-métrages. 

Credits


Texte Emilio Calzada
Photographie Erika Lust

Tagged:
Culture
Feminisme&
érotisme
erika lust
pornographie
fantasme