comment raf simons a rhabillé tilda swinton dans le remake de la piscine

La costumière Giulia Persanti raconte son expérience et sa collaboration avec Dior pour créer les tenues parfaites du thriller méditerranéen de Luca Guadagnino, A Bigger Splash.

par Larry Easley
|
12 Mai 2016, 11:50am

tilda swinton in 'a bigger splash'

Du sexe et du suspense ; la mer méditerranée pour décor. Voilà l'univers du thriller érotique A Bigger Splash, réalisé par l'italien Luca Guadagnino et sorti récemment en salles. Revisite très libre du cultissime La Piscine de 1969, le film s'articule autour de Marianna Lane (jouée par Tilda Swinton), une rock star au fond du trou en retour d'une opération des cordes vocales et son copain photographe (Matthias Schoenaerts). Alors que le couple s'exile sous le soleil brûlant de l'île italienne de Pantellaria, leur idylle est perturbée par l'arrivée impromptue de l'ancien amant de Marianna, Harry (Ralph Fiennes), accompagné de sa jeune et coquette fille Penelope (Dakota Johnson). Si la dynamique du scénario et le casting cinq étoiles portent le film avec panache, c'est d'abord la perfection des costumes qui frappe le spectateur. 

Et la responsable, le cerveau derrière les tenues luxueuses du film, c'est Giulia Piersanti, échappée de l'école Parsons à 19 ans avec une longueur d'avance dans la mode. Après être passée chez Lanvin, Missoni et Fendi, elle officie aujourd'hui chez Dior Homme et Balenciaga en tant que consultante. La mode est pour elle une seconde nature. Lorsque son ami Luca Guadagnino lui a proposé de collaborer avec Raf Simons et la maison Dior pour penser les costumes de A Bigger Splah, elle a dû se jeter bras le corps dans un univers bien moins familier ; celui du cinéma. i-D est allé à sa rencontre pour en savoir plus de cette expérience, vue des coulisses. 

Dans quelle mesure ton expérience dans le design a influencé la confection des costumes ?
Clairement, approcher Dior et son atelier est plus facile pour moi qu'approcher un atelier de costumes. C'est un peu différent. C'est une super expérience, de travailler avec une maison telle que Dior et pouvoir être très précis sur ce qu'on veut. On a conçu le design des costumes ensemble, avec Raf et son équipe, et voilà où mon expérience à été précieuse. On a aussi travaillé avec Charvet pour faire les chemises de l'acteur Ralph Fiennes. On a pu aller à Charvet à Paris, un endroit vraiment magique, pour observer de près les différents tissus. 

La garde-robe de Marianne, conçue par Raf Simons, est la source de grands moments du film. Pourquoi l'esthétique de Dior convenait si bien à ce film ?
Avec Dior, on voulait simplement conserver l'essence et l'ADN de la marque ; ce qu'elle signifie. On a essayé de capturer ce style iconique, d'une autre époque. Le tout était de changer les matières et rendre le tout plus méditerranéen, avec des rayures subtiles, du lin. Raf est très moderne et les tissus sont magnifiques, mais nous voulions que tout cela semble très naturel. 

En parlant de Marianne, dans une scène Penelope la décrit comme étant "très rangée pour une rock star", et ses vêtements n'entrent pas dans les stéréotypes habituels des rock stars. Quel était le raisonnement derrière cela ?
On voulait vraiment que Marianne Lane, le personnage de Tilda, soit un peu plus élégante que ceux qui l'entouraient. C'était important qu'elle ait une garde-robe qui soit un peu too-much. Et puis il était aussi important, dans le jeu d'acteur et le portrait de son personnage, qu'elle soit très nonchalante par rapport à cela. Sans efforts. C'est une star et elle ne le cache pas. Même quand elle sort sur la piazza, elle est un peu trop bien habillée, comme le serait une star du cinéma d'un autre temps. Il fallait qu'elle conserve ce glamour dans sa garde-robe. Le plus dur était de rendre ça authentique. Que ça ne passe pas pour un gimmick de mode. Je pense qu'on a fait du bon boulot, en trouvant l'équilibre entre glamour et nonchalance.

La sexualité est une part prégnante du film. Comment as-tu retranscrit ça dans les costumes ?
Le sexe ? Ça vient de Luca. On n'a pas essayé de rendre les vêtements particulièrement sexy. Ce côté est davantage ressorti grâce au jeu d'acteur. À part peut-être pour Penelope, avec ses sous-vêtements et ses chemises transparentes, aucune tenue n'était sensée être provocante. Et puis on a beaucoup travaillé avec Dakota pour être sûre qu'elle était satisfaite de ses tenues et qu'elles avaient un sens pour une fille de son âge. Pour chaque costume il y avait une discussion entre moi, Luca et l'acteur concerné. 

Les deux personnages masculins - Paul et Harry - ont des personnalités complètements opposées. Comment as-tu transmis cela ?
Le personnage de Matthias ne montre rien à travers sa garde-robe. Je le vois un peu comme Avedon : un photographe ou un réalisateur très technique qui se trouve un uniforme récurrent, comme ça il ne perd pas temps à choisir ses vêtements. Le vêtement est avant tout fonctionnel pour lui. C'était tout le contraire avec Ralph Fiennes. C'est un producteur de musique, il est plus fou et ses vêtements ne vont pas toujours ensemble. Si tu regardes les deux côte à côte, ils sont vraiment très différents.

Tu as une tenue ou une pièce préférée dans le film ?
Le look de Tilda à la fin de film, lorsqu'elle porte une grande jupe à carreaux avec un haut assorti. On s'est pointé chez Dior avec une photo d'Ingrid Bergman dans Voyage en Italie, sur laquelle elle porte un gros manteau à carreaux et une jupe en laine. On a modernisé le tout pour en faire une tenue d'été. Elle porte ça magnifiquement bien. 

Quelle est la suite pour toi ?
On travaille déjà sur le prochain film de Luca. D'ailleurs, il y a même deux films à venir. Celui sur lequel on bosse actuellement est une adaptation d'un livre, Call Me By Your Name. Il prend place dans les années 1980 et raconte le passage à l'âge adulte de deux garçons. On vient juste de commencer à travailler dessus et le tournage commence dans une semaine. Ensuite on va se lancer sur Suspiria en septembre. On va vraiment s'amuser là-dessus. On va faire tous les costumes en partant de rien. C'est marrant parce que ce n'est pas du tout une carrière dans laquelle je comptais m'engager mais j'adore bosser avec Luca, donc pourquoi pas ?

"A Bigger Splash" est toujours en salles.

Credits


Texte Larry Easley
Photos de A Bigger Splash courtesy Fox Searchlight

Tagged:
Culture
Dior
costumes
Mode
Raf Simons
A Bigger Splash
Luca Guadagnino
giulia persanti