12 artistes qui font bouger miami (et art basel)

Il n'y pas que la plage, les marécages et la musique de Pitbull à Miami. Il a aussi des artistes, des designers de mode, des musiciens et des curateurs. Ensemble, ils font toute la splendeur de la ville et animent sa scène artistique.

|
déc. 5 2016, 3:25pm

Nom : POORgrrrl
Âge : Indisponible. 
Tu fais quoi dans la vie ? De la musique.
Elle t'inspire quoi, cette ville ? J'ai l'impression qu'ici, la place est laissée au progrès, à l'intellect. Il y a beaucoup d'espace pour créer.
Qu'est-ce qui fait la spécificité de la scène de Miami ? Elle est jeune. Personne ne nous prend au sérieux pour l'instant, donc on a pas encore de règles tacites à la con comme dans d'autres scènes plus solidifiées. Et on ne trouve pas 20 personnes qui font la même chose. 
Comment tu vois le futur de Miami ? Si la ville ne finit pas sous l'eau, elle va devenir vraiment mortelle ; la scène d'une émulation new age/renaissance.
Tu as fais quoi pour Art Basel ? Malheureusement, j'ai dû bosser. Je suis ruinée de chez ruinée.

Nom : Twelve'Len
Âge : 24 ans, dans cette vie. 
Tu fais quoi dans la vie ? Je créé de la musique.
Elle t'inspire quoi, cette ville ? Cette ville ne cesse de m'inspirer. Elle peut être à la fois très dure, elle s'enfonce sous ma peau avec toutes ses imperfections et sans aucune empathie... Mais en même temps elle m'élève, m'aime et me montre de la compassion, de l'affection. Les cultures multiples qui l'habitent créent des perspectives diverses et influencent les artistes comme moi qui cherchent à produire un art sensé. Je suis fier de venir d'ici. Et tout le monde m'inspire à Miami. 
C'est quoi ta bande-son parfaite pour une sortie nocturne à Miami ? Quand je veux ressentir le vrai Miami, quand je veux une vibe cool et nocturne, je me mets Shone de BallGreezy. 
Tu as fait quoi pour Art Basel ? J'ai joué à The Ritual et à Swerve Basel, je me suis imprégné des oeuvres d'art qui sont exposée, j'ai rencontré des gens... 

Nom : Virgo
Âge : Indisponible.
Tu fais quoi dans la vie ? De la musique et des jeux-vidéos.
C'est quoi ta bande-son ultime pour errer à Miami ? Revolver 3 de M7, Blursome de Night, SE MK II de Aoud et Solera de Jorge Andre.
Ta vision de Miami a changé depuis que tu y vis ? Avant d'atterrir ici, je n'avais jamais pensé que j'aimerais y vivre. Maintenant, c'est devenu mon paradis. Un paradis un peu bizarre où je passe mon temps à arranger des mélodies, explorer la réalité virtuelle et me perdre dans l'océan. 
Comment tu vois le futur de Miami ? Des segways volants au-dessus d'un horizon aquatique. 
Tu as fait quoi pour Art Basel ? J'ai joué dans quelques galeries d'art et j'ai pu présenter la version réalité virtuelle de mon nouveau jeu-vidéo, qui n'est pas encore sorti, Water Planet

Nom : Denzel Curry
Âge : 21 ans. 
Tu fais quoi dans la vie ? Je suis rappeur et chanteur.
En quoi Miami inspire ta musique ? Être en Floride m'a donné envie de parler de plein de choses. Le fait de vivre et de grandir dans le ghetto, puis d'intégrer une école d'art et d'évoluer dans des zones très artistiques. Ça m'a donné envie de combiner ces deux univers. 
À quoi ressemblera Miami dans le futur ? Je ne peux pas vraiment te dire. Mais je pense qu'il y aura beaucoup plus de monde. Des gens qui vont sortir de je ne sais quel quartier de Miami et qui seront probablement trois fois meilleurs que tout ce qu'on aura entendu avant. 

Nom : Daniella Nicole
Âge : 26 ans. 
Tu fais quoi ? Je gère une publication qui s'appelle NAH / NO Magazine et je suis aussi DJ. J'organise une fête mensuelle, Club Paradise, avec ma pote Yesenia.
Qu'est-ce qui t'inspire à Miami ? J'adore ce mélange de sale et de clinquant, la forte influence caribéenne, les palmiers, nager dans l'océan quand le soleil se couche. J'adore les booty shorts et la musique qui va avec ; j'adore les trucs bizarres que tu vois à Biscayne et l'étincelle propre à la personnalité de tout natif de Miami. J'ai beaucoup voyagé et je ne l'ai retrouvé nulle part ailleurs. 
Tu as fait quoi pour Art Basel? J'y ai sorti le #3 de NAH / NO à Untitled Art Fair, avec une exposition photo de Dana Lauren Goldstein. J'ai mixé à quelques événements et plus généralement je me suis perdue dans la folie et la magie de Basel. 

Nom : D'ana
Âge : 26 ans.
Tu fais quoi ? Dans mon esprit, je fais juste des trucs pour gagner ma vie. Mais la terminologie la plus juste serait artiste numérique et directrice artistique. 
En quoi Miami est une ville unique ? Son incroyable diversité. Tu peux aller dans n'importe quel coin, manger de la bouffe de dingue, boire un café du tonnerre et tomber sur une culture complètement différente sans aller trop loin. 
Comment tu vois le futur de Miami ? J'espère vraiment que Miami saura s'émanciper de tous les préjugés qu'on lui appose. C'est une ville qui a du potentiel, qui pourrait être au devant de bon nombre d'industries. Mais ça commence avec l'ambition de ceux qui peuplent cette ville. Donc pour un futur radieux, j'espère que tous les gens de Miami feront l'effort de sortir de leur zone de confort. Je vois bien Miami devenir une plaque tournante innovante. 
Tu as fait quoi pour Art Basel? Comme chaque année, j'ai tranquillement suivi le mouvement pour me retrouver dans des fêtes dont je ne connaissais pas l'existence. 

Nom : Sebastian Ruiz
Âge : 20 ans. 
Qu'est-ce que tu fais dans la vie ? J'essaye de paver le futur en utilisant l'art. L'art nous apprend des choses vitales. Il m'a appris à faire des choses que j'essaye d'utiliser pour le bien plutôt que pour faire des objets inutiles. L'art me permet d'anticiper le destin funeste de l'humanité. 
Tu fais quoi pour Art Basel ? J'ai une expo : Ping Pong Miami. Je bosse là-dessus depuis l'année dernière, en réunissant des artistes de Miami, du Basel et de LA. Et puis je traîne avec mes potes. J'adore revenir chez moi, toute excuse est bonne pour revenir traîner à Miami. 
Au-delà du Art Basel, elle a quoi d'intéressant, la scène créative de Miami ? Il y a beaucoup d'anciens de cette scène qui partent à la recherche de jeunes talents. Et c'est spécial, parce qu'ailleurs, la plupart du temps, tout est très hiérarchisé. Ici, les gens s'ouvrent aux jeunes, parce qu'ils savent qu'ils apporteront énormément à la communauté artistique. C'est important de faire bouger la création pendant toute l'année, pas seulement pendant Art Basel. 

Nom : Marilyn Rondon
Âge : 29 ans. 
Que fais-tu ? Je suis artiste multidisciplinaire et je bosse dans un bar.  
Qu'aimerais-tu voir changer dans la scène artistique de Miami ? Ici la scène manque de discipline. Et il n'y a pas grand chose consacrée à la mode - j'aimerais que ça change. 
Quelle fausse idée se fait-on de Miami ? Honnêtement, je ne vois pas. J'ai l'impression que Miami fait honneur à sa réputation de ville de la fête. 
Qu'as-tu fais pendant Art Basel ? Entre autres choses : un tour à Untitled, Scope, Aqua et la foire NADA - j'ai posé nue au Standard. 

Nom : Jamilah Sabur
Âge : 29 ans. 
What do you do ? Je suis une artiste interdisciplinaire. Je travaille sur plusieurs médiums : la performance, la vidéo, l'installation. En ce moment, je travail le sur un documentaire expérimental. 
Que t'inspire Miami ? Il y a un côté sauvage dans cette ville, que je trouve très inspirant. Quand je parle de Miami, je parle de la Floride du sud dans son ensemble. On a la possibilité d'observer et de pénétrer plein de portails différents, créés par plein de gens venus du monde entier. C'est génial. J'entends tellement d'histoires que je peux traverser les souvenirs de plein de cultures différentes. Tu ajoutes ça aux marécages, aux champs de cannes à sucre, aux alligators et aux ouragans, et tu as un territoire assez riche pour une artiste comme moi.  
Quel est le message au coeur de ton travail en ce moment ? J'essaye d'explorer les systèmes qui continuent à favoriser la pauvreté de masse, les gouvernements défectueux, le manque d'opportunités, et le désespoir des migrants en quête d'une vie meilleure. Quand tu ajoutes ça à la réalité du changement climatique, tu vois bien que le futur est déjà là. Il est simplement mal réparti. J'essaye de montrer comment remédier à cette distribution inégale. On est arrivés à un point où il est impossible de l'ignorer. 
Que fais-tu pour Art Basel ? J'ai une pièce dans l'expo de groupe The Rest is History à Dimensions Variable, dans leurs nouveaux locaux sur le campus du Miami Dade College. Puis je serais à Tijuana pour bosser sur un projet et à Los Angeles pour une projection à REDCAT, durant laquelle deux de mes courts-métrages seront présentés. 

Nom : Julian Yuri Rodriguez
Âge : J'ai toujours été là, à voyager sous différentes formes physiques, donc c'est assez dur à jauger. 
Que fais-tu ? Je suis réalisateur, conférencier motivateur, enseignant, catholique et fils en or. 
Que t'inspire Miami ? C'est fou. Ce n'est pas le côté Miami Beach qui m'inspire, mais plutôt le côté sombre de la ville. La ville en elle-même m'inspire, toutes ses composantes. Mais je suis toujours attiré par les coins sombres des choses. Tu peux marcher le long de la plage, devant un super coin très arty, et si tu jettes un oeil dans la mauvaise allée tu tombes sur un mec entrain de fumer du crack. Les belles couleurs de Miami nous font zapper le côté sombre. 
À quel endroit tu préfères tourner à Miami ? Je suis ouvert à tout ce qui est gratuit. J'ai tourné mon dernier film et mon émission pour MTV dans la maison de ma mère. 
Tu fais quoi pour Art Basel ? Je suis allé à Sarasota pour éviter tout ce tintouin infernal. 

Nom : Jillian Mayer
Âge : 30 ans.
Que fais-tu ? Je suis artiste et réalisatrice, principalement. 
Ton travail est souvent lié à la technologie. Comment voudrais-tu que l'art et la technologie interagissent dans le futur ? Mon travail explore la manière qu'ont la technologie et internet d'affecter nos identités, nos vies et nos expériences. Je pense qu'on va vers des contenus de plus en plus riches. On ne nous donne pas souvent l'occasion de toucher l'art, et le toucher est l'un des sens les plus durs à reproduire via la technologie. Je suis curieuse de voir comment cela va évoluer.  
Qui sont les artistes de Miami qui t'inspirent ? Adler Guerrier, Lucas Leyva, Julian Yuri Rodriguez, POORgrrrl, Bernardo Britto.
Que fais-tu pour Art Basel ? J'ai une exposition solo au Pérez Museum featuring, avec six sculptures et deux vidéos. Je fais aussi partie du Art Basel Film Program, et dimanche, le Faena Dome présentait deux heures de vidéos que j'ai faites avec Lucas sur les jeux-vidéos en réalité virtuelle. 

Nom : Julian Consuegra
Âge : 28 ans. 
Que fais-tu ? Je suis le designer et fondateur de Stray Rats.
Quel est le sens de Stray Rats ? Stray Rats est littéral. J'ai grandi au sein de la scène Rock/hardcore et j'ai réalisé que les rats étaient souvent référencés dans la musique. "Rat Music for Rat People." Mes amis et moi, je nous vois comme des rats qui se déplacent dans la ville ou au sein d'une scène, et qui essaye d'obtenir ce qu'ils peuvent. Qui vivent sous terre, underground, mais qui vont choper leurs trucs à la surface.  
Quels endroits de la ville t'inspirent le plus ? Des endroits comme Carol City, Little Havana, Miami Beach. Partout, en fait. Miami ne cesse de me surprendre.

Credits


Texte Aliza Abarbanel
Photographie Joshua Aronson