Anna Ewers: "Je laisse mes ex derrière moi, en 2019"

La mannequin allemande, qui fut un temps l’égérie d’Alexander Wang, raconte à Rihanna ses mésaventures de défilés, son ascension du Kilimanjaro et ses objectifs pour l’année 2020.

par i-D Staff
|
29 Janvier 2020, 3:09pm

Cet article a été initialement publié dans le numéro spécial d’i-D‘Rihannazine’ , no. 01, 2020. Pour ce projet unique, Rihanna s’entretient avec les femmes qui façonnent la culture d’aujourd’hui et les invite à partager leur vision pour 2020. Commandez votre copie ici.

Peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Anna Ewers, et je suis mannequin.

Où as tu grandi ?
À Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne. C’est une toute petite et très belle ville.

Quel a été ton plus grand succès cette année ?
L’ascension du Kilimandjaro, sans aucun doute ! C’était très difficile, et j’en suis très fière. Je ne me suis pas entraînée, je me suis lancée spontanément, j’ai foncé. Il a fallu sept jours pour en faire l’ascension et en redescendre. Après ça, le jogging c’est du gâteau ! Tu as tellement hâte d’arriver, et puis le dernier jour, à un pas du but, c’est incroyablement difficile car tu manques d’oxygène. Tu ne sais plus où sont le ciel ni la terre. Nous sommes re-descendus en un jour seulement, au lieu de deux—on était tellement heureux, on avait des ailes. On s’est dit : « dormir dans une tente : plus jamais ! » Après ça, je n’ai pas pu marcher pendant cinq jours.

anna ewers
Anna porte une robe Ludovic de Saint Sernin

Selon toi, quel a été ton plus grand échec ?
Alors, il y a eu quelques bourdes, mais je pense qu’il n’y en a qu’une dont je puisse parler. Je me suis perdue sur le podium plusieurs fois ! Les gens ont tendance à penser que ça ne peut pas être bien compliqué pour un mannequin de se souvenir de son parcours sur scène, mais quand tu as le trac, c’est une autre histoire ! Je me souviens d’un défilé où il y avait de nombreuses pièces, et il fallait retourner dans une précédemment parcourue. Après m’être emmêlée les pinceaux, je me suis retrouvée dans la mauvaise pièce. Il m’a fallu 15 secondes avant de retrouver mon chemin et ressortir. C’était plutôt gênant, mais le lendemain, il y avait une vidéo très drôle sur Instagram ! Je considère cela comme un échec, parce que en tant que mannequin, il n’y a pas grand-chose à mémoriser. Ça fait un peu genre, « allez Anna, tu pourrais au moins te souvenir de ton chemin ! »

Que prends-tu avec toi en 2020, et que laisses-tu derrière en 2019 ?
J’emporte toutes mes aventures et mes projets en 2020, et je laisse mes ex derrière moi.

Si tu pouvais poser une question à Rihanna, ce serait quoi ?
Je lui demanderais: « comment arrives-tu à garder ton calme en faisant tellement de choses ? » C’est dingue. Je flipperais. Elle a toujours l’air tellement cool !

Crédits


Photographie Mario Sorrenti
Styling Carlos Nazario

Coiffure AKKI chez Art Partner en utilisant Oribe
Maquillage Kanako Takase chez Streeters
Ongles Honey chez Exposure NY, en utilisant Tom Ford Beauty
Scénographie Jack Flanagan chez The Wall Group
Éclairage Lars Beaulieu
Assistants de photographie Kotaro Kawashima, Javier Villegas et Jared Zagha
Technicien numérique Johnny Vicari
Assistants au styling Raymond Gee, Erica Boisaubin et Christine Nicholson.
Tailor Thao Huynh
Assistants à la coiffure Rei Kawauchi, Takao Hayashi et Motome Yamashita
Assistants au maquillage Aimi Osada & Megumi Onishi
Assistants à la scénographie Akaylah Reed et Joe Arai
Production Katie Fash
Coordination de production Layla Némejanski
Assistant de production Fujio Emura
Direction de casting Samuel Ellis Scheinman pour DMCASTING
Assistant de casting Cicek Brown pour DMCASTING
Mannequin Anna Ewers chez Elie NYC

Image principale : Anna porte une robe Fenty

Tagged:
models
Rihanna
mountain climbing
Mario Sorrenti
anna ewers