Courtesy of Julien Boudet

Victoire de Castellane, l’art des belles parures

À la tête des collections Dior Joaillerie depuis vingt ans, Victoire de Castellane anime la série de podcasts Dior Talks consacrée à la haute joaillerie en vue de démocratiser cet art d’initié. Rencontre avec la plus parisienne des créatrices de bijoux.

par Claire Thomson-Jonville
|
10 Novembre 2020, 2:12pm

Courtesy of Julien Boudet

Rencontre entre Victoire de Castellane, directrice artistique des collections Dior Joaillerie, et Claire Thomson-Jonville, directrice de la rédaction i-D France.

Claire Thomson-Jonville : Hello Victoire, je trouve que c’est une super idée d’avoir mis en place ces podcasts consacrés aux bijoux, tu as dû t'amuser. Quelles sont tes ambitions derrière cette nouvelle série Dior Talks ? 

Victoire de Castellane : Quand Dior m’a demandé de faire des podcasts comme Maria Grazia avait fait, je trouvais intéressant de parler autrement des bijoux afin de comprendre leur importance dans ma vie, en dépassant le côté précieux et esthétique. Comprendre pourquoi le bijou obsède tant les femmes et les hommes aujourd’hui puisque énormément d’hommes mettent des bijoux maintenant, comme les rappeurs. Je trouvais très intéressant de dépasser le côté juste esthétique, qui est souvent demandé dans les interviews. Je voulais entendre des spécialistes me parler de la parure et de sa symbolique : pourquoi on se pare, pourquoi on a besoin d’avoir des bijoux sur soi etc.

CTJ : La liste des invités de cette série de podcasts est assez éclectique et compte notamment l'historien de la mode Olivier Saillard, le critique d’art Donatien Grau ou encore l’ethnologue Patrizia Ciambelli. Pourquoi ces choix ?  

VDC : Je trouvais intéressant de savoir si, comme dans la mode, le bijou avait été démodé, à la mode ou pas du tout. C’est pour cela que j’ai pensé à Olivier Saillard qui est un ami et dont j’adore le travail. Je trouve que c’est quelqu’un qui a un talent fou, qui s’exprime très bien et qui a des pensées tout à fait intéressantes sur le vêtement et le costume. Je trouvais également intéressant d’échanger avec l’italienne Patrizia Ciambelli, une historienne ethnologue spécialisée dans le bijou, auteure du livre Bijoux et secrets. Fille de bijoutier à Naples, elle nous a parlé de la transmission du bijou et de toute l’histoire qui nous dépasse autour de cette parure. C'est-à-dire l’idée très archaïque de posséder quelque chose de précieux, de le transmettre et de se dire que ce bijou survivra après notre mort. J’ai également discuté avec une psychanalyste parce que j’avais envie de savoir si ce besoin de dire « Je me sens belle avec un bijou. » provenait d’un problème d’ego. Un historien passionnant nous a également parlé de la Renaissance et du fait qu’au Moyen-Âge, les hommes portaient des bijoux en guise de protection car quand le soleil tapait sur le bijou, le pectoral pouvait éblouir l’adversaire.

CTJ : Nous sommes dans une période très compliquée et beaucoup d’entre nous se tournent vers les podcasts, ce genre de format où l’on peut faire autre chose en même temps. Je trouve que c’est intéressant d’aborder le thème des bijoux notamment. Ce n'est pas le premier sujet qui me serait venu en tête mais c’est une thématique où il y a encore beaucoup d’idées à exploiter et à prendre. Toi qui crée des bijoux chez Dior depuis 20 ans maintenant, quelles évolutions as-tu constaté auprès de tes clients dans leur rapport aux bijoux ?

VDC : Les clients sont plutôt des collectionneurs chez nous. Ils reviennent chaque année acheter la suite des collections qui sont toutes différentes en fonction de la Haute Joaillerie et de ce que j’ai envie de faire. Il y a beaucoup de femmes bien sûr mais c’est drôle parce que je commence aussi à avoir des hommes. J'ai discuté avec un américain la semaine dernière qui a décidé de collectionner les bijoux comme de l’art. Il collectionne l’art contemporain et il trouve que lorsque sa femme porte des bijoux, c’est comme si elle portait de l’art. Il a donc acheté d’anciennes créations pour se constituer une vraie collection. Depuis une quinzaine d’années, les gens ont un côté plus décomplexé avec les bijoux. Les filles en portent beaucoup plus librement, elles s’amusent, elles font ça comme si elles se tatouaient. Je trouve qu’il y a un rapport beaucoup plus facile aux bijoux aujourd’hui.

CTJ : Je me rends compte aujourd’hui que je prends énormément de plaisir à porter des bijoux même si je suis habillée super confortablement en mode “working from home”. Au travail on a tous notre uniforme, je peux porter un jean et un tee-shirt vintage mais si je twiste ça avec de beaux bijoux, ça fait tout.  

VDC : C’est super intéressant ce que tu dis. Le mot bijou peut vous rendre à la mode si j’ose dire. C’est à dire qu’avec les nouveautés que les filles font, avec les boucles d’oreilles tribales par exemple, je décide si je veux mettre trois boucles d’oreilles à la même oreille ou non.

CTJ : C’est une période très intéressante pour les créatifs qui revoient leur façon de travailler et je pense qu’il y a pleins de choses à venir à propos des bijoux auxquels nous n’avons pas pensé. 

VDC : Exactement. Il y a aussi une façon aux gens d’interpréter le bijou. Des gens qui achètent des boucles d’oreilles ne vont pas forcément les porter ensemble, ils vont casser la symétrie. Je pense que c’est bien de se créer sa propre personnalité avec les bijoux qu’on achète. Je pense que le bijou peut vous rendre à la mode ou, au contraire, démodé.

CTJ : Nous sommes dans une période où on se questionne davantage sur nos rapports aux vêtements et à la consommation que l’on en fait. Il y a un côté timeless dans la joaillerie qui est plus pertinent que jamais. 

VDC : De nos jours, le bijou est l’accessoire le plus précieux. En cette période de crise et d’angoisses, c’est un objet où tu te réfugies. Là, je suis chez moi et je m’amuse à me mettre pleins de bijoux, pourquoi ? Parce que cela me rassure, c’est comme un trésor que j’ai sur moi. Surtout, je trouve que c’est un super maquillage, c’est quelque chose de très séduisant et il y a ce besoin d’être rassuré par des choses précieuses.

Retrouvez tous les podcasts Dior Talks ici.

Tagged:
Christian Dior
Podcast
Dior Talk