El deseo amenaza, 2020. Oil on

canvas. Courtesy of the artist and LatchKey Gallery.

Les tableaux érotiques de Wynnie Mynerva, un fantasme de revanche cathartique

« Sweet Castrator », la nouvelle exposition de l’artiste péruvien.n.e, fait face aux traumas sexuels et permet de s’en guérir en plaçant les corps féminins et trans en position de pouvoir.

par Emma Russell
|
31 Mai 2021, 11:51am

El deseo amenaza, 2020. Oil on

canvas. Courtesy of the artist and LatchKey Gallery.

Wynnie Minerva a grandit dans le quartier urbain de Villa el Salvador sur la côte dans la banlieue de Lima, au Pérou. Ielle raconte comment ielle a grandit avec meurtres, prostitution et drogues au pas de sa porte. Certains de ses voisins vendaient leurs filles, ielle entendait leurs cris pendant la nuit, et le bruit de la police qui défonce les porte, résonnant dans l’obscurité. Aujourd’hui, la violence contre les femmes reste la première forme de violence au Pérou, où une femme sur trois risque d’être victime de violences physiques et/ou morales de la part de son conjoint au cours de sa vie. Pendant la pandémie, les appels vers le numéro d’urgence contre les violences domestiques ont plus que doublé, tout comme les réponses en urgence pour les victimes de viols. Dans un pays où la misogynie est partout, « on doit s’entrainer pour ne pas attirer l’attention, ne pas demander, ne pas regarder, ne pas parler, se concentrer sur sa vie » explique Wynnie.

C’est seulement à travers l’art que Wynnie, qui est non-binaire et utilise le pronom ielle, a été capable de créer un espace pour soi et aborder les questions de traumas sexuels qui existent dans le monde quand on est une personne identifiable comme femme. « Je n’ai jamais pu explorer ma sexualité à l’adolescence car j’avais peur. C’est dans ma pratique  artistique que j’ai commencé à m’exprimer sexuellement. La première chose que je voulais explorer, c’était mes désirs, et une fois que cette porte était ouverte, beaucoup d’autres se sont ouvertes. Pas seulement sexuellement, mais au sujet de mes doutes, de mes traumas aussi. Quand je créais, j’inventais des scènes, des moments, qui provenaient d’expériences passées. C’est ainsi que j’ai gagné en force, pas seulement pour moi-même, mais pour mon corps, pour mon identité ».

wynnie mynerva dulces painting
Dulces, 2020. Oil on canvas. 140.5 x 141 cm. Courtesy of the artist and LatchKey Gallery.

Le nouveau show de l’artiste, « Sweet Castrator », est exposé à la LatchKey Gallery de New York depuis le 7 mai, et c’est un témoignage du processus de guérison pour Wynnie. Au centre de l’exposition, qui raconte son parcours vers l’acceptation de soi malgré des traumas sexuels, l’artiste était couchée dans un lit de sang pour représenter la vengeance qu’ielle souhaitait exercer sur les hommes qui ont violé des femmes. Wynnie explique qu’ielle n’aurait jamais pu s’exposer ainsi dans sa ville natale de Lima, où ielle est régulièrement agressé.e par ceux qui jugent son art et sa personne comme immoraux, et où son exposition aurait été saccagée par des manifestants.

Si le travail de Wynnie évoque un romantisme soft, avec des couleurs pastels ou naturelles, ses tableaux balancent leur féminité avec de violentes métaphores empruntées à l’histoire de l’art qu’ielle se ré-approprie pour dépasser la binarité des genres. « La figure du male hétérosexuel cis a toujours représenté une menace pour moi. Je ne me sens jamais en sécurité. Dans cette exposition, je cherche à exposer cela et à exprimer mon désir de revanche. La victime devient bourreau, c’est une manière de guérir pour moi en faisant du mal ».

wynnie mynerva a la cocina painting
A la cocina, 2020. Oil on canvas. 154.3 x 170 cm. Courtesy of the artist and LatchKey Gallery.

Wynnie a reçu une éducation classique à l’université San Marcos en Beaux Arts à Lima et fait souvent référence aux travaux centrés sur les hommes de la peinture classique, ou de l’iconographie catholique. C’est sa manière de casser avec cette narration hégémonique. En racontant des histoires qui ne sont pas nécessairement masculines, Wynnie intègre des corps féminins et trans en position de pouvoir et de contrôle. « Il y a tellement de pouvoir et de signification dans une image, elles sont les dépositaires de moments et de besoins historiques. On a besoin d’espaces visuels où d’autres identités peuvent renforcer leur confiance à travers l’acceptation de qui elles sont. Mon travail cherche à faire des femmes les propriétaires de leurs images.

Les oeuvres de « Sweet Castrator » sont exposées pour raconter le passage de Wynnie de dominé.e vers dominant.e, de passif.v.e à actif.v.e, d’opprimé.e à exprimé.e. Le premier tableau, « Eat For Me » représente une poitrine sur une assiette et référence les portraits baroques de Sainte Agathe, une vierge martyre de la chrétienté qui a eu les seins coupés pour s’être refusée à un préfet romain. Les tableaux parlent d’une époque où Wynnie s’était abandonné.e aux hommes. « Le corps de la femme est un territoire de conflit et de résistance. Les femmes peuvent être objets de désir, mais si nous prenons contrôle de notre propre désir, nous risquons d’être violemment cancel ».

Wynnie Mynerva all my tears painting
All My Tears, 2021. Oil on canvas. 72 x 60 in. Courtesy of LatchKey Gallery.

L’oeuvre « All My Tears » représente le deuil que Wynnie a ressenti après avoir été abusé.e. Mais des larmes ont émergé de magnifiques poissons qui symbolisent l’arrivée de quelque chose de mieux, une métaphore pour une connaissance de soi plus profonde et puisque l’eau est source de vie, le tableau peut être considéré comme une renaissance. Une autre oeuvre montre une femme se détournant de mouches qui l’entourent. Wynnie faisait des rêves récurrents sur des mouches pendant la dépression qui a suivi son agression. Pour l’artiste, « L’histoire ne se résume pas à la violence. C’est aussi une question de guérison ».

Il est question d’exploration sexuelle, d’empowerment et aussi d’agression. L’exposition représente beaucoup de prédateurs dans le rôle de la proie. Dans « A Matter of Luck », un couteau tourmente une main surréaliste composée de penis représentant un jeu de roulette. Alors qu’un autre tableau représente un penis indolent sur lequel un pistolet a tiré. Mais c’est le triptyque, « Story of Revenge » qui incarne une réelle catharsis dans les tableaux grâce au style abouti de Wynnie. En référençant le tableau d’Artemisia Gentileschi Judith décapitant Holopherne, Wynnie décapite sans peur aucune son agresseur avec un couteau. Ielle manipule à la perfection ses coups de pinceaux entre figuration et abstraction, un style qu’ielle a développé en peignant deux personnes couchant ensemble devant ielle. À l’époque, ielle a du peindre de manière rapide, instantanée, pour créer une fluidité et une intimité qui détourne du brutalisme et du sadisme de son travail. Maintenant c’est clair et net. « Avec le temps, j’ai dépassé mes propres limites : peindre des personnes en train de coucher ensemble, se masturber devant un public, être nu.e dans mes expositions. Avec chaque projet, je gagne en force et sécurité. » 

Wynnie Mynerva story of revenge painting
Story of Revenge, 2021. Oil on canvas. 96 x 96 in. Courtesy of LatchKey Gallery.

Pour Amanda Uribe, l’une des personnes derrière LatchKey Gallery, « Wynnie trompe notre oeil. Si on regarde certains tableaux, la palette pourrait être celle de Monet, très calme et apaisant. Puis, on s’approche de son travail plus récent et on est immédiatement transporter dans un autre monde ».

Ce monde est rempli de désir et propose une exploration du sexe et de la sexualité qui est considérée trop tabou pour la société péruvienne machiste. « Mes projets cherchent à représenter les femmes dans l’art, étendre l’image de pouvoir et de liberté des corps féminins » nous explique Wynnie au sujet de l’importance de créer pour ses compatriotes. « C’est essentiel d’avoir d’autres images où on peut se réjouir, prendre notre libération sexuelle en main, parler de nos peurs, guérir nos souffrances, raconter nos propres histoires. »

Wynnie Mynerva a matter of luck painting
A Matter of Luck, 2021. Oil on canvas. 27 1/2 x 31 1/2 inCourtesy of LatchKey Gallery.
wynnie mynerva tus garras en mi painting
Tus garras en mí, 2020. Oil on canvas. Courtesy of the artist and LatchKey Gallery.
wynnie mynerva duelo painting
Duelo, 2020. Oil on canvas. 180 x 180 cm. Courtesy of the artist and LatchKey Gallery.

Cet article a été initialement publié par i-D UK.   

Tagged:
sexe
Pérou
peintures