Billie Eilish en conversation avec Stormzy

Les deux artistes phares de l'excellence pop, se retrouvent pour parler de l'échec, du rejet de l'étiquette et du morceau de Billie préféré de Stormzy.

par Douglas Greenwood
|
07 Septembre 2021, 4:00pm

Dans les semaines qui ont précédé la sortie de Happier Than Ever, le deuxième album très attendu de Billie Eilish, l'artiste pop subversive a discuté avec un autre artiste qui change la donne lui aussi : Stormzy. Le duo, séparé par l'Atlantique, peut apparaitre comme mal assorti pour ceux qui les connaissent mal, mais ils s'admirent mutuellement et s’apprécient déjà depuis un certain temps.

Sur internet, on peut trouver un clip des Brit Awards datant de février 2020, dans lequel Stormzy s'immisce dans une interview de Billie sur le tapis rouge, avec beaucoup d’amour et de politesse. Il est abasourdi, et excité de la voir : "Tu es la plus grande, putain !" dit-il, vêtu d'un col roulé blanc, un verre à la main. "Chaque fois que j'écoute une de tes nouvelles chansons, je vais sur A-Z Lyrics et je lis les paroles. Super style ! T’es brillante avec ton stylo !" Ils se serrent dans les bras, Billie mesurant 1m60, écrasée par lui qui mesure 1m80, et alors qu'il s'enfuit en s'excusant, Billie elle aussi semble toute secouée.

Il y a indéniablement une ligne directrice ici, et elle est en partie liée au désir créatif, agité, de Billie qui fait de la musique qui surprend toujours. C'est une adolescente de la génération Z, rongée par les mêmes angoisses que ses pairs, exacerbées chez elle car 88 millions de personnes la regardent vivre sur Instagram.

20210608_ID_BillieEilish_SHOT04_106_V2_CMYK_FINAL.jpg
Billie wears jacket vintage courtesy of IMPRÉVU STUDIO. T-shirt LOS ANGELES APPAREL. Jumpsuit HYEIN SEO. Shoes EYTYS.

Mais les jeunes femmes dans la musique étaient aussi celles bouffées par les maisons de disques, rendues malléables et sexuées sans limite, forcées de faire le genre de musique que les boss de labels (généralement des hommes) pensent désirable, au sacrifice de que ce qui intéressait l'artiste elle-même. Billie, cependant, a construit sa carrière depuis sa chambre, un plan qui a peut-être contribué à changer l'industrie pour le mieux. Grâce à elle, la machine à fabriquer des stars s'interroge enfin.

Deux ans et demi après la sortie de son premier album, When We All Fall Asleep, Where Do We Go ? sa notoriété est toujours aussi singulière et aussi stratosphérique. Elle a à son actif sept Grammy Awards, deux albums et deux tournées mondiales à guichets fermés en quelques secondes, bien que l'une d'elles ait été interrompue par une pandémie.

20210608_ID_BillieEilish_SHOT05_333_V1_CMYK_FINAL.jpg
Coat RAF SIMONS. Trousers BURBERRY. Boots RAF SIMONS X STERLING RUBY AW14 courtesy of ARTIFACT NY.

La sortie de Happier Than Ever a été annoncée en mars dernier. Puis dix jours après avoir remporté ses deux derniers Grammys, elle a posté sur Instagram une photo de sa nouvelle coiffure : blonde peroxydée qui a fait choc, le genre de coiffure sur laquelle les magazines tabloïds torchons organisent de multiples réunions avant de pouvoir réagir.

Il est amusant de constater à quel point elle représente l'antithèse de la perception de la pop star traditionnelle : avoir un contrôle total sur l'image et le son, savoir qu'elle possède le pouvoir de faire basculer l’industrie dans son entièreté. Peut-être que c’est finalement cela une vraie star.

20210608_ID_BillieEilish_SHOT01_146_V4_CMYK_FINAL.jpg
Cape RICK OWENS. Hoodie RAF SIMONS AW03 courtesy of ARTIFACT NY. Cargo vest RAF SIMONS AW02 courtesy of ARTIFACT NY. T-shirt LOS ANGELES APPAREL. Trousers custom made courtesy of MARTIN KHEEN. Boots THE SOLOIST AW19 courtesy of ARTIFACT NY.

L’album qui est sorti - parlant de tout, de l'image corporelle à la pornographie en passant par la nature éprouvante de la célébrité et du maintien d'une relation - est aussi intime que son album précédent. C'est aussi cela qui lie Billie et Stormzy. Ils partagent cette quête sans fin de la franchise, ils sont assez puissants et talentueux pour faire tout ce qu'ils veulent.

Ils possèdent toutes les deux à la fois une immense célébrité et un génie artistique, deux choses qui ne vont pas toujours de paire. Dans un paysage culturel qui sépare habituellement les deux, leur permettant rarement de se croiser ou de coexister, ils sont des anomalies : des artistes réalisant la plus grande œuvre de leur carrière à ce jour…

- le genre de personnes dont nous nous souviendrons encore dans les années à venir - qui doivent également faire face à la folie des tabloïds. Hélas, ils en sont à un stade où l'omniprésence n'est pas tout. Le fait que leurs noms soient partout témoigne simplement du dur labeur qu'ils ont déjà accompli.

Et donc, quel meilleur compagnon pour décortiquer le nouvel album de Billie que Stormzy qui comme elle,  connait son art, cette industrie et les haters sur le bout des doigts ? Voilà ce qui s'est passé lorsque Billie Eilish a rencontré Stormzy.

Stormzy : Hey Billie ! Tu peux m'entendre ?

Billie : Je t'entends.

Stormzy : Comment ça va ?

Billie : Je vais bien.

Stormzy : C’était quoi notre première rencontre ? Je pense que c'était aux Brit Awards 2019…

Billie : C'était en 2020, mec.

Stormzy : C'est vrai ? Oh oui. Tu venais tout juste de finir de jouer « No Time To Die ». C'était la première fois que vous l'interprétiez. T’attendais près de la scène pour donner à Dave son prix du meilleur album. Tu étais entouré par des agents de sécurité. J'avais probablement bu quelques verres et j'étais un peu trop confiant. J'ai demandé à prendre une photo avec toi et tu as eu la gentillesse de me laisser faire. Puis je t’ai vu dans les coulisses après, et je t’ai redit bonjour. Il y a une vidéo de ça et je l'ai regardée l'autre jour, je devais être bouleversé.

Billie : C'était très mignon ! Tu as couru vers moi et tu as commencé à me chanter ma chanson. C'était un beau moment. En fait, c'était vraiment spécial parce que tu es venu et tu voulais vraiment parler de la musique, tu as disséqué le truc. Tu connaissais les paroles, les mélodies, c'était tellement spécifique, tu t'es concentré sur mes chansons. Ce n'était pas accablant, c'était incroyable. J'ai eu l'impression que tu t'intéressais à moi et que tu ne te moquais pas de moi. Je me suis senti bien ! C'était une très bonne surprise.

20210608_ID_BillieEilish_SHOT01_247_V4_CMYK_FINAL.jpg
Cape RICK OWENS. Hoodie RAF SIMONS AW03 courtesy of ARTIFACT NY. Cargo vest RAF SIMONS AW02 courtesy of ARTIFACT NY. T-shirt LOS ANGELES APPAREL. Trousers custom made courtesy of MARTIN KHEEN. Boots THE SOLOIST AW19 courtesy of ARTIFACT NY.

Stormzy : Je suis comme ça. Il y a un certain nombre de musiciens et d'artistes avec lesquels je ne peux pas faire semblant. Toi, Frank Ocean, Jay-Z, Beyoncé… Si je les vois, je dois profiter de ce moment ! J'ai l'impression, sans vouloir m'étendre, qu'en tant qu'artistes, ce que nous faisons est si… les gens le digèrent si vite, il y a toujours un nouveau chanteur et de nouvelles musiques qui sortent et le public n'a pas toujours le temps de comprendre à quel point quelque chose est génial. Chaque fois que je ressens cela pour un artiste, j'ai l'impression que si je le vois, je dois le lui faire savoir. Je suis heureux que tu l’aies perçu.

Billie : Merci ! Il y a des gens qui ne veulent pas de compliments et je ne comprends pas vraiment. Je veux savoir ce que les gens pensent de ma musique et comment elle les a touchés. C'est très désintéressé et très cru de faire ça parce que les gens ont une drôle de fierté à dire ce qu'ils ont ressenti en écoutant une œuvre d'art parce qu'ils pensent que ça les rend vulnérables. J'aime que tu ne te soucies pas de ça, que tu puisses être un fan, parce que nous sommes tous des fans. Je suis une grande fan de tellement d'artistes.

Stormzy : J'ai une question à te poser, Billie, parce que j'ai vu comment tu travailles. Est-ce que le Covid a été une situation idéale pour vous parce que c'est toi et Finneas à la maison qui faites votre musique ? Ou est-ce que le fait d'être obligé de rester à la maison a changé les choses ?

Billie : Nous avons fait mon premier album dans nos chambres d'enfants. La chambre de mon frère est minuscule, il n'y a pas beaucoup d'équipement et nous n'avions pas de cabine vocale ou d'insonorisation, et c'est ainsi que nous avons tout fait jusqu'à l'enregistrement de Happier Than Ever. Pour ce disque, mon frère a construit un home studio dans le sous-sol de la maison, et c'est là que nous avons enregistré. C'est une avancée parce que c'est vraiment un studio, même si c'est aussi à la maison. Mais le problème était toujours que c'était à la maison. C'était difficile de passer de la maison et de la paresse au travail et à la créativité. Mais je déteste aussi les vrais studios d'enregistrement. Ils sont sombres et tristes et les jours passent et le temps s'écoule. Les studios me dépriment. Je voudrais savoir comment tu te sens par rapport au retour des concerts, le retour des tournées et de jouer à nouveau devant des foules et tout le reste ?

Stormzy : Jouer en live me manque vraiment. Je vais d'abord remonter sur scène parce que ça va être quelque chose qu'aucun artiste avant nous n'a jamais vécu. Des gens qui sont enfermés pendant un an et demi et qui retrouvent enfin la musique en live. Je ne sais pas comment c'est en Amérique, mais ici en Europe, je ne pense pas que ce sera cette année. Chaque fois que je suis excité à l'idée de jouer, j'ai l'impression que le covid revient et fait éclater la bulle, alors j'essaie de contenir un peu mon excitation. Mais tu as une tournée mondiale de prévue ! Comment tu te sens ?

20210608_ID_BillieEilish_SHOT09_971_DSC0540_V4_CMYK_FINAL.jpg
Coat RAF SIMONS. Hoodie and trousers MELITTA BAUMEISTER. Boots RAF SIMONS AW14 X STERLING RUBY courtesy of ARTIFACT NY.

Billie : Je suis vraiment excitée, mais toute l'année dernière, j'ai eu l'impression que nous attendions de revenir à la normale. Je garde l'excitation autant que je peux jusqu'à ce que ça se produise à 100%. Je croise les doigts. Ce premier grand concert, être de retour sur scène, ça va être incroyable. Je vais exploser sur scène.

Stormzy : Je me sens très honoré d'avoir reçu le disque et de l'avoir écouté. Et pour tous ceux qui lisent ceci, un album de quelqu'un comme Billie Eilish n'est pas envoyé à n’importe qui avant sa sortie ! J'ai donc eu le privilège de l'écouter. C'est toujours très intéressant d'écouter un album quand on est soi-même artiste, parce qu'il y a ce que l'on comprend et il y a aussi la vérité et la perspective de l'artiste. Je déteste faire ça parce que je déteste qu'on me pose cette question, et un album est tellement de choses différentes, tellement de couches différentes, qu'essayer de le résumer est une injustice, mais si tu pouvais essayer : qu'espères-tu que cet album dise aux gens ?

Billie : Happier Than Ever, c'est un peu beaucoup de choses. La chanson titre était à l'origine une chanson appelée « Away From Me ». C'est la première chose que nous avons faite. Nous avons écrit l'album à partir de l'été 2019 et c'est la seule chose sur laquelle nous avons travaillé qui a collé. Sur le premier album, toutes ces chansons avaient trois ou quatre ans au moment où elles ont été enregistrées, mais ce sont toutes de nouvelles chansons. « Happier Than Ever », la chanson, est la plus ancienne. Elle a d'abord été écrite à l'été 2019, puis terminée l'été suivant. Et je savais dès le début que c'était une chanson très importante pour moi. Quand vous faites un album, il y a toujours un moment où ça clique dans votre tête et vous réalisez où il est censé aller, ce qu'il est censé ressentir, ce qu'il va dire. Vous avez toutes ces chansons et vous essayez d'en déterminer l'ordre et de voir comment elles fonctionnent ensemble et comment elles peuvent coexister. Et « Happier Than Ever » était une parfaite synthèse des dernières années de ma vie. Ça a tellement de significations, c'est un peu sarcastique mais c'est aussi la vérité, et ça ne veut pas dire plus heureux que tu ne le seras jamais, ou plus heureux que quiconque, ça veut juste dire plus heureux qu'avant. Ça veut dire faire mieux. Et je pense que c'est ma vie ces dernières années. Je grandis, je change, je m'améliore en tant que personne, je m'améliore mentalement et créativement. Ça semblait parfait.

Stormzy : J'ai ressenti le sarcasme de la chanson, mais aussi quand je l'entends, je crois que tu es plus heureuse que jamais, donc il y a aussi une douce ironie. Cela se ressent.

Billie : Comment se passe pour toi la réalisation d'un album ?

Stormzy : Je pense que c'est assez similaire. Ce moment où vous savez exactement ce que vous voulez dire et comment vous allez le dire. Avec ce titre - pour reparler rapidement des concerts - ça sonne comme le grand moment de l'album.

20210608_ID_BillieEilish_SHOT04_121_V3_CMYK_FINAL.jpg
Jacket vintage courtesy of IMPRÉVU STUDIO. T-Shirt LOS ANGELES APPAREL. Jumpsuit HYEIN SEO.

Billie : Est-ce que tu penses à la façon dont ta musique va sonner en live quand tu la fais ?

Stormzy : C'est une drôle de question, parce que je suis en train de faire mon troisième album depuis un an et demi, et j'ai eu une réunion avec mon équipe à propos d'un festival en août, et ils voulaient savoir quelle nouvelle musique je voulais jouer. J'ai réalisé que j'avais été éloigné de la scène pendant si longtemps que je n'y avais pas du tout pensé pendant que je faisais l'album. Il n'y a rien dans cet album où j'ai pensé ou me suis inquiété de le jouer en direct. J'y pensais avant ! Mais cette fois-ci, j'ai simplement voulu faire quelque chose de très honnête, qui représente toute ma vérité. Je pense que tout ce que nous pouvons faire en tant qu'artistes est de dire notre vérité. Tout ce qui peut être, c'est ce qu'il y a en moi. Je me suis libérée de la pression et je me suis autorisée à dire ce que je ressens.

Billie : Absolument ! Que signifient pour toi le succès et l'échec ?

Stormzy : La façon dont je définis le succès a changé. Quand vous êtes plus jeune, c'est plus facile. C'est les voitures, l'argent. Maintenant, c'est tellement différent. Mon idée du succès est d'avoir du temps. Tu vois ce que je veux dire ? Avoir du temps pour faire de la musique. Du temps à passer avec ma famille, à me détendre avec mes enfants. Du temps pour partir en vacances, voir de nouveaux endroits. Beaucoup de gens pensent que le succès est quelque chose pour lequel il faut sacrifier du temps, que le succès c'est être occupé et ne pas avoir le temps de voir quelqu'un ou de faire quelque chose, mais je veux passer du temps avec mes neveux, avec ma mère. Je veux avoir une semaine pour me détendre.

Billie : Le temps n'a pas de prix. Il est sous-estimé et sous-apprécié. Je pense que le succès, pour moi, c'est la joie. J'ai appris récemment que si vous faites ces choses parce que c'est une idée cool, qu'elles rapportent beaucoup d'argent, ou qu'elles vont vous permettre d'obtenir cette grande campagne, mais qu'elles vous rendent malheureux ? Ce n'est pas le succès. C'est différent si tu t'intéresses vraiment à quelque chose et que le processus est misérable mais qu'il te rend heureux après coup. Alors c'est valable, et ça en vaut la peine. Mais pourquoi se rendre malheureux ? Le succès est interne. Il n'a rien à voir avec quelqu'un d'autre que vous-même. Joie et amour pour vous-même.

Stormzy : Et l'échec ?

Billie : J’ai souvent eu l'impression d'être une ratée. Et c'est vraiment facile de se sentir comme une ratée quand tant de gens vous regardent et vous disent que vous en êtes une. Il peut être difficile de ne pas les croire. J'ai grandi avec internet. J'utilise les réseaux sociaux pour les mêmes raisons que tout le monde, et on tombe sur ces vidéos qui nous disent que nous sommes laids, que nous sommes nuls et que nous sommes terribles, et ça me donne l'impression d'être une ratée. Il y a d'autres choses aussi, des choses plus concrètes, comme lorsque je me déçois, lorsque je ne ressens pas ce que j'avais dit que j'allais ressentir, ou que je ne fais pas les choses que je m'étais dit que j'allais faire… mais l'échec est une chose intéressante parce que, comme le succès, il n'est vraiment que dans votre tête. Vous pouvez littéralement échouer physiquement à quelque chose mais cela peut quand même être un succès, et vice versa. Le succès et l'échec ne sont qu'une question de point de vue.

20210608_ID_BillieEilish_SHOT01_100_V3_CMYK_FINAL.jpg
Coat and hood GIVENCHY. Hoodie (worn underneath) HAMCUS.

Stormzy : Tu as mentionné la vie en ligne et le fait de grandir avec internet. Comment fais-tu face à cela ? Je crois fermement que les réseaux sociaux, surtout pour quelqu'un dans ta position, peuvent manipuler ta psyché et déformer ton esprit. Comment gères-tu le fait que les gens aient toujours une opinion sur toi ?

Billie : C'est difficile et je suis encore en train de le découvrir. J'aime internet. J'aime les memes et les trucs comme ça. Mais peu importe ce que je fais, je ne peux pas m'éviter. Je suis partout. J'ai de la peine pour tous les gens qui me détestent parce qu'ils ne peuvent pas m'éviter non plus. Mais je ne veux pas lire que Billie Eilish fait ceci ou cela par quelqu'un qui ne sait rien de moi. Genre, s'il vous plaît. Je veux faire de la musique. Ça m'ennuie. Mais c'est drôle. Pourquoi les gens ont-ils besoin d'avoir une opinion sur tout ce que je fais ou dis ou porte ou ressemble et ressens putain. Je veux juste faire de la musique. Je suis juste une fille ordinaire qui aime chanter. Ce n'est pas si profond. Ecoutez juste la musique et fermez votre gueule sur ma vie.

Stormzy : Je ne suis plus sur les réseaux sociaux. Je l'ai fait de manière non dramatique mais j'en suis sorti. J'ai senti qu'il était nécessaire d'en sortir. Et je pense que quoi qu'il arrive sur les réseaux sociaux, il ne faut jamais croire que c'est autre chose qu'une merde sur internet, une mauvaise énergie. Tu dois te rappeler que tu es cette putain de Billie Eilish, tu vois ce que je veux dire ? Tu es allumée. C'est la réalité d'être toi et tu dois croire en la réalité de qui tu es. Ce n'est pas facile de faire ça avec les réseaux sociaux. Lorsque j'étais encore sur les réseaux sociaux, je devais me rappeler que ce que je voyais n'était pas vrai.

Billie : T’as le sentiment que t’as une responsabilité envers tes fans de partager ? Je me sens en conflit à ce sujet. Je ne veux pas toujours raconter au monde des détails intimes sur ma vie, je ne veux pas vraiment que les gens sachent tout de moi, mais en même temps, je veux que les gens puissent se sentir vus et entendus s'ils ont vécu les mêmes choses que moi. Je veux être utile. Je veux que les gens réalisent que ce n'est pas grave, que tout le monde passe par là. Vous pouvez parler au nom des personnes qui n'ont pas de voix. Mais c'est aussi contradictoire, parce que parfois, on ne veut pas non plus pour en parler. C'est une responsabilité difficile parce que ce n'est pas non plus la mienne. Je ne dois rien à personne.

20210608_ID_BillieEilish_SHOT03_031_V3_CMYK_FINAL.jpg
Jacket BALENCIAGA. Hoodie and T-shirt ACNE STUDIOS. Trousers HAMCUS. Boots RAF SIMONS X STERLING RUBY AW14 courtesy of ARTIFACT NY.

Stormzy : Au début de ma carrière, j'ai eu toutes ces responsabilités que je n'avais jamais eues auparavant, et je me suis dit : " Très bien, je vais accepter, je peux être un modèle ". Puis, au fil du temps, je me suis rendu compte que c'était trop. C'était trop de pression et trop de responsabilités et il y a de bien meilleurs modèles que moi si vous avez besoin d'un modèle. Il y a des moments où je rejette vraiment le rôle de modèle. J'ai la rage au volant - c'est un bon exemple en fait. Quelqu'un peut me couper la route et je suis à moitié par la fenêtre de la voiture en train de crier sur un autre conducteur, et à ce moment-là, je ne suis pas un modèle. Mais je suis aussi prêt, toujours, à faire du bien à mon entourage. Je veux mettre des choses positives en avant. Il y a plein de choses que moi et mon équipe faisons pour aider les gens. Nous essayons d'être des piliers de la communauté, mais c'est difficile de s'y retrouver, car nous ne sommes que des êtres humains. En tant qu'artistes, nous sommes élevés à ces positions, mais tout le monde est humain. Tous ceux que vous admirez et tous ceux qui ont été admirés sont humains. Ils ont des défauts, ils font des erreurs, ils ont des mauvais jours. Je suis un homme et je fais de bonnes choses et je peux aussi être une merde. Et c'est la vérité. Alors si vous me voyez un jour sortir de ma voiture en criant à quelqu'un d'autre de sortir de sa voiture et de se battre contre moi, tenez-moi pour responsable !

Billie : Je pense que c'est ce que doit être un modèle. Il doit être réaliste. Le problème est que les gens ont des modèles inaccessibles, ou rêvent d'une vie inaccessible, ou d'un visage et d'un corps inaccessibles, et ce n'est pas sain, surtout pour les enfants. Nous sommes tous des personnes réelles. Je pense que lorsque les gens voient des célébrités sur Internet ou dans les réseaux sociaux, ils ne les considèrent pas comme des personnes réelles ou des êtres humains - et je me surprends à le faire aussi - ils les voient comme des personnages. Alors qu'en réalité, nous sommes tous des gens ordinaires dans nos voitures qui essaient de rester ensemble.

Stormzy : Je déteste même le terme "donner en retour", parce que j'ai l'impression que vous êtes sur un piédestal et que vous donnez en retour parce que vous êtes meilleur que les autres. Alors je dis que j'essaie juste de répandre l'amour et la positivité. Je ne veux même pas énumérer les bonnes choses que nous faisons… Nous avons une plateforme, nous avons des ressources, et de toutes les manières possibles, nous répandons cet amour et cette positivité. Je pense que la chose dont je suis le plus fier est Merky Books, et nous publions des personnes qui n'auraient peut-être pas été retenues par le courant littéraire dominant autrement… Mais c'est vraiment juste une extension de moi-même et de mon équipe et de notre amour. Je ne sais pas si c'est récent ou si ça a toujours été le cas, mais il y a vraiment une pression aujourd'hui pour que les artistes soient des militants. Mais les gens ne peuvent-ils pas simplement vouloir chanter, rapper, danser ou jouer au football s'ils en ont envie ? Pourquoi doivent-ils avoir la charge d'être aussi des militants ?

Billie : Mais c'est contradictoire, parce que tu penses aux gens qui n'ont aucun moyen pour être entendus du tout, et vous pensez à eux, et vous pensez à cela de leur point de vue et ils voient des gens sous les feux de la rampe et vous pouvez imaginer à quel point ils se sentent nerveux par rapport aux autres qui ont cette opportunité. C'est difficile parce que c'est un peu injuste que tous ceux qui sont sous les feux de la rampe soient censés être des activistes et changer le monde, parce que nous ne le pouvons pas ! Nous pouvons dire des choses, les gens peuvent nous écouter et nous avons une plateforme, mais nous ne pouvons pas faire grand-chose. C'est contradictoire. J'ai de la peine pour les gens qui sont si déterminés à changer le monde mais qui n'ont pas les mêmes privilèges que moi. Mais bien sûr, les artistes devraient être autorisés à faire de l'art. Je ne veux pas être arrogante, mais… J'ai l'impression d'avoir fait, ou du moins d'avoir essayé, de répandre, comme tu le dis, de l'amour et de la positivité, et j'ai fait tout mon possible pour utiliser ma plateforme au mieux de mes capacités, et souvent je pense que tout le monde s'en fout. Vous essayez d'aider et de diffuser un message, mais quelqu'un va toujours vous traiter de grosse vache dans les commentaires. Peux-tu me rappeler ce qui t’a donné envie de devenir artiste ?

20210608_ID_BillieEilish_SHOT01_049_V4_CMYK_FINAL.jpg
Coat, hood and necklace GIVENCHY. Hoodie (worn underneath) HAMCUS. Trousers JUUN J. Boots THE SOLOIST AW19 courtesy of ARTIFACT NY.

Stormzy : J'ai toujours chanté, toujours MCé, toujours rappé. Je ne sais pas si j'ai le temps de t’expliquer tout cela en détails maintenant, mais je faisais ça depuis l'âge de 11 ans, et ensuite j'ai commencé à faire des chansons ou juste à rapper sur des beats - pas même des chansons. Si tu revenais en arrière et que tu me disais à 14 ans que tu vas devenir un musicien, je ne t'aurais pas cru. Je ne savais pas jouer, je n'avais aucune connaissance. Tout ce que j'avais, c'était l'amour de la musique. Et ça s'est développé à partir de mon amour de la musique. C'était lent et progressif. C'est différent pour toi, car tu es en studio depuis toujours.

Billie : J'aimais aussi chanter. Depuis que je suis toute petite, je chantais toute la journée. Mes parents me disaient : "Shuutttt uppppp !" Mais encore aujourd'hui, je ne me considère pas vraiment comme une chanteuse. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être que c'est le syndrome de l'imposteur ? Quand j'étais enfant, mon activité préférée était le chant, mais je ne te l'aurais jamais dit. Je voyais tous les autres enfants qui chantaient comme des chanteurs, mais jamais moi. J'étais juste genre, j'aime chanter ! Ce n'est pas genre un truc. C'est juste quelque chose que j'aime faire. Ma mère écrivait des chansons, et elle nous a appris, à mon frère et à moi, à écrire des chansons, et nous écrivions seuls, et puis un jour, nous avons commencé à écrire des chansons ensemble. C'était quand j'avais 13 ans, et c'est là qu'on a fait « Ocean Eyes ». On l'a mis sur SoundCloud. Je n'essayais pas d'être un artiste. C'était une chose amusante que moi et mon frère faisions, et ça a juste grandi, grandi, grandi… Et puis j'ai commencé, de plus en plus, à me sentir plus moi-même. Je me sens plus que je ne me suis jamais aimé avant. Je n'ai jamais pensé que quelqu'un en aurait quelque chose à foutre.

Stormzy : T’avais 13 ans quand tu as fait « Ocean Eyes » ?

Billie : Ouais.

Stormzy : C'est dingue.

Billie : C'est bizarre maintenant en y repensant. Ça me donne des frissons. Je me sentais si vieille, si adulte, quand on a fait « Ocean Eyes ». Et je ne l'étais pas. Oh mon dieu.

Stormzy : J'ai l'impression que ton écriture, même à l'époque, était si aguerrie. C'est vraiment époustouflant. On parle du nouvel album ? Il est génial. Je veux juste le dire. Le deuxième album est une tâche tellement difficile. On est partagé entre s'en tenir à ce que l'on connaît et s'aventurer, et on cherche à tout comprendre. Parce que si le monde vous aime pour le premier album, il est difficile de savoir comment aborder un deuxième album. Mais en écoutant cet album, je n'ai pas cette impression. Quand j'écoute mon deuxième album, je peux entendre les douleurs de croissance, je peux entendre les choses que j'essayais de comprendre et que je n'avais pas vraiment comprises. Mais ton album - au diable le syndrome du deuxième album difficile. Tu as tout écrasé. Cette question semble être un appât, mais en tant que fan, en tant que musicien, comment as-tu fait cet album ? Quels sont les détails ?

Billie : Tu es trop gentil ! Le processus était bon. Quand j'avais 15 et 16 ans et que j'écrivais le dernier album, j'étais folle. Je ne pense pas que c'était un âge très amusant. En fait, c'était un âge terrible. Et puis cet album est venu d'un endroit si parfait pour moi, émotionnellement et mentalement. Et physiquement aussi, en fait. C'était parfait. Nous avons commencé à faire cet album il y a longtemps, avant que quiconque du label n'y pense. Il n'y avait pas de pression, pas de gens qui nous disaient de faire ceci ou cela. Nous étions juste inspirés. Nous nous sommes réservé du temps pour faire de la musique et nous avons commencé à faire l'album et il s'est presque fait tout seul. Ce n'était pas facile, mais ça m'a semblé facile parce que j'adore l'album et toutes les chansons qu'il contient. C'est presque comme si je me fichais que les gens détestent ces chansons, parce que je les aime tellement. Alors que la sortie de l'album se rapproche de plus en plus, j'ai presque envie qu'il ne sorte pas. Je me sens triste parce que cet album est mon bébé et les gens ne le méritent presque pas, parce que je l'aime tellement. Je veux qu'il soit juste à moi. C'est comme mon secret.

J'essaie de laisser faire, de laisser les gens l'aimer ou ne pas l'aimer.

20210608_ID_BillieEilish_SHOT07_550_V3_CMYK_FINAL.jpg
Coat GIVENCHY. Hoodie and trousers MELITTA BAUMEISTER.

Stormzy : J'aimerais aussi savoir quelle est ta chanson préférée.

Billie : Je pense que ça change tout le temps. Pendant un moment, c'était « Lost Cause »… puis « Oxytocin »… puis « Male Fantasy »… J'adore « Getting Older »… J'adore « Your Power »… Je pourrais parler de chaque chanson en détail car elles sont toutes si importantes pour moi.

Stormzy : Je voulais parler de « Male Fantasy ». J'adore cette chanson. Pourrais-tu la décomposer pour moi ? Avant de te dire mon point de vue, je veux entendre le tien.

Billie : L'autre jour, je parlais de la stupidité et du manque de réalisme du porno. A quel point le monde du porno est irréaliste, misogyne et totalement ridicule. J'ai décidé que c'était en fait une très bonne idée pour une chanson de parler honnêtement de la pornographie parce que c'est une chose inconfortable à aborder. La pornographie peut vous faire vous sentir violé et bien en même temps et cette conversation est devenue la chanson. Elle a été difficile à écrire car nous voulions qu'elle soit aussi révélatrice que possible. C'est difficile d'être vulnérable, honnête et ouvert sur ma vie en ce moment. Je trouve beaucoup plus facile d'écrire sur mon passé et sur ce que je ressentais, de trouver une nouvelle perspective sur quelque chose qui m'est arrivé, de me sortir d'une situation. En général, je n'écris pas sur ce que je vis en ce moment, car il est difficile de le traiter. Il s'agissait donc aussi de dire ce que je ressentais. C'était difficile et satisfaisant, révélateur et exposant, mais aussi incroyablement cathartique.

Stormzy : C'est une chanson que j'ai beaucoup écoutée. Quand j'écoute de la musique, j'ai besoin d'avoir les paroles aussi, pour voir ce que tu dis. Tu dis toujours quelque chose d'important. Tu as une perspective vraiment intéressante sur des choses que je n'ai jamais considérées auparavant. Si je devais résumer l'album, je pense que ce que j'en retiendrais serait que tu as la capacité d'être classique et intemporel tout en étant incroyablement avant-gardiste.

Billie : C'est en fait quelque chose que je recherche, cette polyvalence. La plus grande insulte est de faire la même chanson encore et encore. J'essaie vraiment d'avoir un large éventail. Je veux être un artiste d'album, pas un artiste de singles. Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup d'artistes d'albums, mais j'aime les albums qui sonnent comme une œuvre complète. Un album est l'occasion pour un musicien de réaliser l'œuvre la plus vaste possible, et pas seulement une série de chansons dans une playlist.  Un album est une belle chose. Et les paroles en sont une partie importante. On a parfois l'impression qu'elles sont sous-estimées, ou que les gens ne font pas autant d'efforts. Quand une chanson a de bonnes paroles, je l'apprécie vraiment.

Stormzy : Tout cela se traduit dans ton art, crois-moi. Tout ce que tu viens de dire, je l'entends dans ta musique. Ton attention aux détails, tes paroles… Je dois le dire, mais dans le climat actuel, quand un artiste est populaire, cela ne signifie pas nécessairement qu'il est génial ou qu'il fait avancer les choses… mais on peut sentir ton dévouement à l'art dans cet album. Je trouve ça inspirant. J'essaie toujours de me consacrer davantage à mon travail artistique. Et je pense que quiconque veut devenir musicien devrait s'inspirer de toi. Tu n’as pas l'impression d'avoir sacrifié une partie de toi-même pour réussir. Tu l'as fait selon tes propres termes. Je te promets que j'ai écouté cet album et j'ai été époustouflé. Je m'attendais à ce que tu te défendes et que tu restes dans ta zone de confort, mais tu fais ce que tu veux. L'attention portée aux détails à travers l'album… Je suis excité pour toi ! C'est incroyable. Je sais comment ça se passe, tu fais de la musique, tu la sors et tu penses qu'il y a quelque chose qui manque à certaines personnes, ou que les gens ne captent pas la ligne ou la mélodie que tu aimes… Alors je voulais parler de la chanson « Everybody Dies », parce que je peux entendre chaque respiration entre les prises, et d'habitude l'ingénieur couperait les respirations mais tu les as laissées…

Billie : Oh mon dieu, je t'aime pour avoir remarqué ça ! C'est une chose classique d'enlever ça. Il y a tellement de choses qui sont standardisées dans la création musicale. Il y a la façon standard d'éditer les voix, le patch standard pour le synthé ou le piano, et mon frère, qui est producteur et travaille avec d'autres artistes maintenant, je lui dis : "Je sais que c'est la façon dont tu es censé le faire, mais peut-on laisser les sons naturels ? Les sons de mon chant, ou moi qui bouge quand je chante, ma respiration, laissons le son de la pièce là-dedans." Mon frère est un génie dans ce domaine. Il est comme moi. Je pense que tu n'es pas obligé de faire quelque chose comme ça a toujours été fait. On fait ce qu'on veut. On le fait comme on le sent.

Stormzy : Il y a tellement de variété dans la façon dont tu utilises votre voix dans l'album.

Billie : Je pense que c'est aussi en partie parce que ma voix a radicalement changé depuis que j'ai commencé à faire de la musique. J'ai juste plus d'amplitude maintenant. Pendant la puberté, on n'a pas beaucoup d'amplitude et j'étais en pleine puberté quand j'ai fait mon premier album. Ma voix n'avait pas encore atteint sa pleine maturité. J'écoute maintenant ma musique plus ancienne et ma voix est complètement différente sur ce disque de ce qu'elle était à l'époque. Je peux chanter d'une manière dont je n'étais pas capable avant ; je peux atteindre des notes que je ne pouvais pas atteindre avant, je peux chanter plus doucement maintenant, je peux chanter avec ma poitrine maintenant - j'ai ces options. Quand j'étais plus jeune et que je faisais de la musique, je ne le faisais pas. Ma voix était ma voix de bébé et je travaillais avec ce que j'avais, donc je voulais faire toutes les choses qu'il m'était possible de faire avec cet album.

Stormzy : Merci Billie. Et merci pour cette conversation. Merci de m'avoir laissé écouter l'album avant tout le monde. Je me sens honoré et privilégié, car je sais que c'est ton bébé. Honnêtement, en tant qu'artiste, je sais ce qu'il faut pour faire ce que nous faisons : les détails, les efforts, le courage, les décisions. Quand quelqu'un fait un album comme celui-ci, je suis en admiration totale. J'ai hâte de voir ce que tu feras avec ton troisième et quatrième album. Tu es la vraie définition d'une artiste. Tu dis ce que tu veux, tu fais ce que tu veux et tu t'exprimes comme tu veux. Tu m’inspires.

Billie : Tu es le meilleur, je t'aime tellement. Je vais t'envoyer des fleurs et un gâteau.

Stormzy : La prochaine fois que tu seras à Londres, on se verra.

Billie : Merci. Je suis emplie d’amour. C'est un rêve.

Crédits


Photographie Glen Luchford
Mode Alastair McKimm

Cheveux Benjamin Mohapi pour The Benjamin Salon.
Maquillage Rob Ramsey chez A Frame Agency utilise BITE BEAUTY.
Set design Gideon Pointe.
Directeur lumière Jack Webb.
Assitantes stylisme Madison Matusich et Milton Dixon III.
Coordinateur art Jenn Lee. Chef de file Brad Zoellick.
Producteur Gabe Hill. Manager production Suzy Kang.
Coordinateur production Dani Fernandez.
Assistants production Noah Ponte and Jake Torres.
Rermerciements à Amanda Merten.
Directeur de casting Samuel Ellis Scheinman pour DMCASTING.

Tagged:
Music