Photo : Nick Quine

dans la rue, avec les collégiens qui manifestaient pour la première fois

Ce weekend, partout en France et dans le monde, la jeunesse a rejoint la marche mondiale pour le climat. i-D aussi.

par i-D France
|
24 Septembre 2019, 8:26am

Photo : Nick Quine

Vendredi dernier, ils étaient des centaines de milliers de jeunes à se rassembler partout dans le monde – de Tokyo à Kinshasa en passant par Dublin, Toulouse ou Paris. Munis de leurs pancartes faites maison, de la peinture de guerriers étalée sur le front, ils marchaient côte à côte dans l’espoir de faire trembler les grands de ce monde. Sur place, l’énergie était palpable, l’air presque solide, dans une ambiance joyeuse et désespérée. Elle était à l’image d’une jeunesse déterminée à prendre les rênes, d'une génération qui finira par exploser si on ne lui accorde par l’écoute qu’elle mérite.

En France, c’est même deux jours durant que cette jeunesse a poussé son cri de ralliement, vendredi à l’heure des cours mais aussi samedi partout dans les rues de France. Ce jour-là, nous les retrouvions à Paris derrière les murs de son de la rave organisée par le collectif G.A.F ou foulant le pavé main dans la main avec les Gilets Jaunes. Une convergence dont on rêvait depuis longtemps et qui n’a jamais semblé faire autant sens qu’aujourd’hui : des Gilets Jaunes aux lycéens qui sèchent les cours, en passant par les employés d’hôpitaux, les retraités et les Black Blocs, les manifestant ont accordé leurs voix dans une même révolte, déterminés à faire tomber un système condamné mais qui refuse de mourir.

Les a-t-on au moins écoutés ? Les gouvernements se contenteront-ils d’inviter Greta Thunberg pour une visite de courtoisie au Parlement avant de signer le CETA en toute discrétion ? Les bombes lacrymo, les balles de caoutchouc, les multiples tentatives d’empêchement, les images des violences policières qui tournent en boucle sur YouTube sont-elles les seuls éléments de réponse que le gouvernement français daignera accorder à cette jeunesse qui brûle ? En descendant dans la rue, ces milliers de lycéens ont fait l’expérience (parfois traumatique) de leur citoyenneté. Pour beaucoup d’entre eux, c’était la première fois. Un rite de passage déterminant que le photographe Nick Quine a immortalisé pour i-D.

1569248139575-NickQuineYouth014

« POLLUE, CONSOMME ET FERME TA GUEULE ! LE SEUL MESSAGE QU’ON DONNE AUX JEUNES !»

1569248158378-NickQuineYouth010
1569248166852-NickQuineYouth006

« On est là par ce que la planète va mourir et nous on veut pas mourrir » – Hazel, 14 ans.

1569248183410-NickQuineYouth012
1569248199318-NickQuineYouth005

« Je sais que dans quelques années ça sera beaucoup plus le bordel que maintenant » –Balthazar, 15 ans.

1569248210930-NickQuineYouth003
1569248222301-NickQuineYouth011

« Le kérosène c'est pas pour brûler les avions ! C'est pour brûler les idées de Macron ! »

1569248230794-NickQuineYouth015

Photographie : Nick Quine

Tagged:
Features
Feature
manifestations
climat
marche pour le climat
gilets jaunes
Manifestation des lycéens