de bruxelles au pacifique, la pop rêvée de lomboy

Le groupe livre à i-D son nouveau clip en exclusivité. Une errance surf-rock douce et énigmatique.

par Malou Briand Rautenberg
|
18 Janvier 2017, 12:00pm

Lomboy, c'est l'histoire d'une génération qui rêve de beaux et luxurieux horizons, de calme et de volupté. Orchestrée par Tanja, jeune autrichienne à la voix aérienne, la pop de Lomboy sévit, depuis 2014, sous le soleil de Bruxelles. C'est là que les 5 membres du groupe se sont rencontrés : "Après plusieurs années passées à jouer pour Lonely Drifter Karen, mon ancien projet, j'ai ressenti le besoin de collaborer avec différents musiciens d'univers différents, tout en continuant mes projets à côté, rappelle Tanja. J'ai rencontré l'un des membres du groupe belge, Le Colisée, qui joue de la basse pour Lomboy. Sarah Louise, qui fait du marimba, est à l'origine du projet Musique Chienne. Tony, à la percussion, joue également dans le groupe Loto Retina. On a tous des projets en dehors de Lomboy."

La clause de non-exclusivité qu'ils ont signé n'empêche pas les membres de Lomboy, tout juste signés chez Cracki Records, de s'accorder sur scène ou devant la caméra. En témoigne leur clip et leur titre, In The Chamber of Vanu, qu'i-D vous offre en exclusivité aujourd'hui. Cet hymne pop et candide révèle son penchant pour les sonorités mandarines et pacifiques, en même temps qu'il opère un retour aux sources d'un surf rock très sixties. Une ballade cinématographique qui pousse à la rêverie et l'errance : "J'ai écrit cette chanson à mon retour d'un trip en Chine, raconte Tanja. Je me suis souvenue des nuits chaudes estivales, de la sensation de perdre pied et tout repère, de la sueur sur mon front, des couples dansant dans la rue. In The Chamber of Vanu m'évoque ces sensations fortes et intimes." Lomboy porte à la dérive et le voyage en vaut le détour.

Credits


Texte : Malou Briand Rautenberg

Tagged:
rock
Surf
exclusivité
in the chamber of vanu
lomboy