bienvenue dans le tout premier skatepark éthiopien

À Addis Ababa, les skateurs locaux et le collectif MLSL se sont unis pour construire le premier spot de skate en Éthiopie. Une véritable scène skate émerge dans la capitale et rassemble de nouveaux adeptes chaque jour.

par Tessa Fox
|
04 Mai 2016, 9:45am

Le mois dernier, plus de 50 bénévoles originaires de 20 pays du monde se sont rassemblés aux côtés des skateurs locaux afin de construire ensemble le tout premier skatepark éthiopien dans la capitale, Addis Abeba. Avant sa construction, les skateurs arpentaient les rues et se faisaient régulièrement arrêter par les flics, pousser par les agents de sécurité ou voler leur planche. À Addis, les skateurs ont l'habitude de dealer avec les policiers en leur offrant un café pour obtenir un passe-droit et skater librement. Maintenant qu'ils ont leur propre spot, les choses vont sûrement devenir plus simples.

En moins d'un mois, le skatepark a rameuté toute la scène skate locale. Le collectif à l'origine de cette construction, Ethiopia Skate, imaginaient déjà ce projet il y a 5 ans, sur Facebook. Leur page a vite grossi et rassemblé plein de jeunes qui se sont mis en quête d'un spot à travers la ville - ils l'ont enfin trouvé. 

Le groupe a vite contacté l'organisation allemande Make Life Skate Life (MLSL). Accompagnés de bénévoles du monde entier, MLSL est déjà parvenu à construire un skateapark en Inde, en Bolivie, en Birmanie et Jordanie.

Alors que la construction vient de s'achever, le collectif reste hyper fier : "Je ne pensais pas que ce serait si grand, j'avais rêvé d'une version bien plus petite, c'est génial", confie Eyob Desta, un skateur de 13 ans. Le fondateur local du skatepark, Addisu Haile Michael, nous a confié à son tour : "Beaucoup de gamins m'ont texté, appelé, pour me dire que c'était le plus beau jour de leur vie… tout le monde est dingue de cet endroit. Ça fait tellement longtemps qu'on l'attend." 

Il y a dix ans, ce projet n'aurait jamais pu voir le jour. Quand Addisu a commencé à skater, des tonnes de locaux le questionnaient sur sa pratique. "À l'époque, les gens pensaient que c'était un jeu hyper dangereux, rien d'autre, se rappelle-t-il. Eyob, de son côté, raconte que ses parents ne sont pas fan de l'idée. Ma famille ne veut pas me voir skater. Les gens en Ethiopie voient le skate comme un truc de gangster."

Malgré les réticences, la perception de la pratique du skate est en train de changer, en Ethiopie. "Les gens changent ; vraiment, tempère Addisu. Aujourd'hui, les gens voient bien que ce spot ramène de plus en plus de monde chaque jour. Du coup, ils s'intéressent à la pratique."

Le collectif MLSL a également ramené des planches, des trucks, des roues, des fringues et des baskets pour les skateurs locaux. L'équipement disponible a fait monter le nombre de skateurs. On compte désormais plus de 150 membres et chaque semaine, plein de nouveaux membres se rendent au skatepark. Addisu est très excité par l'impact positif que peut générer un tel endroit. "Quand j'étais jeune, j'étais hyper timide. Le skate m'a permis de rencontrer plein de gens et de me faire des nouveaux amis. C'est ce que je souhaite aux gamins aujourd'hui. C'est vraiment important d'appartenir à une communauté à cet âge."

Micky Asfw, 18 ans, s'est familiarisé au skate grâce à une émission sur MTV sur laquelle il été tombé un peu par hasard. Depuis, il en fait tous les jours. "On est comme des frères, on s'aime tous, on prend soin des autres, tout le monde s'est trouvé une seconde famille ici."

Credits


Photographie : Tessa Fox

Tagged:
kids
Skate
Photographie
contre-culture
afrique
éthiopie
Addis Ababa
société
skateurs
tessa fox
mlsl