le film de mode a lui aussi son festival

Présidée par Jean Paul Gaultier, la 8ème édition du festival ASVOFF débute aujourd'hui au centre Georges Pompidou à Paris.

|
02 décembre 2015, 3:35pm

En 2008, Diane Pernet célébrait pour la première fois l'amour entre mode et cinéma lors d'une nouvelle rencontre consacrée aux deux amants et scellait leur étreinte en donnant naissance au festival ASVOFF. Depuis, cette marraine de la mode - celle qui ne quitte jamais son long voile noir et ses immenses lunettes papillons - rassemble chaque année les plus grands réalisateurs et créateurs du monde entier le temps du Festival International du Film de Mode, A Shaded View On Fashion Film.

La 8ième édition du festival ouvre ses portes aujourd'hui au Centre Georges Pompidou et plus de 80 courts-métrages seront présentés jusqu'au 6 décembre. Une programmation en forme de panorama qui mêle à la fois jeunes talents émergents et grands noms de la création contemporaine. Et c'est un invité de choix qui préside cette année le jury du festival : "l'enfant terrible de la mode" j'ai nommé Jean Paul Gaultier, à qui sera consacrée la soirée du 5 décembre avec la projection du documentaire Jean Paul Gaultier Travaille, signé Loïc Prigent.

Et ce n'est pas tout. Le festival propose un grand nombre de rencontres inédites, de conférences et de performances live. Nicolas Godin et Nicolas Saada parleront de leur collaboration pour le film Taj Mahal dans une master class consacrée aux musiques de films. De son côté Mathias Kiss reviendra sur sa passion pour les arts décoratifs et Iris Van Harpen contera son amour pour la danse. Des étudiants du monde entier présenteront leurs créations dans une compétition parallèle au festival. Enfin, côté musique, on pourra retrouver FKA Twigs parmi les films hors compétition et assister à une performance du groupe électro-punk déluré et féminin Chicks on Speed.

Une programmation marathonienne donc, qui extrait le film de mode de sa dimension publicitaire pour le positionner en objet (digne) de contemplation. Et c'est beau !