le grime est le nouveau folklore anglais

Un nouveau court-métrage passe la culture contemporaine au crible et s'imagine le futur des traditions britanniques.

|
juin 27 2016, 9:20am

En 2014, le réalisateur Chris Read et son pote photographe James Pearson-Howes était chargés par le Tate de produire un film documentant le folklore contemporain anglais, pour l'édition 2014 de l'exposition British Folk Art. Le résultat : un court-métrage halluciné, fait d'images d'un peu partout en Grande-Bretagne. Preuve s'il en fallait que les pratiques folklores locales - des jeux de chasse processionnels à l'incendie d'effigies - étaient encore bien présentes. En bonne suite logique, leur dernier projet, Silence is Broken confond encore un peu plus le folklore moderne et des rituels futuristes imaginaires.

Silence is Broken s'ouvre et se ferme sur des plans d'une côte sauvage. Le vent se faufile dans l'herbe et la marée descend alors qu'une procession métissée de jeunes hommes aux visages et vêtements noirs, porte une structure en bois, se déplaçant au rythme des incantations hypnotique d'un outsider des plus respecté du grime : Trim. D'une colline verte à une grotte de bord de mer, une fois arrivée la structure est allumée en cérémonie, et jette flammes et ombres contre les murs. Les garçons marchent et se balancent sur la voix de Trim jusqu'à l'incandescente apothéose.

"Les événements folkloriques peuvent être vus comme des choses vieillottes, très loin de la jeunesse," explique James, qui a joué un rôle majeur dans le retour du folklore dans la lumière avec son livre British Folk Trilogy en 2014. Livre qui, en stimuli culturel qui se respecte, a eu un impact direct sur toute une cohorte de jeune créatifs. Dont Liam Hodges.

"C'est de la réappropriation, » continue Chris. « Des vêtements à la musique en passant par le design de l'effigie. Le principe, c'est de prendre des points de référence et d'offrir à l'équipe d'artistes avec qui l'on bosse l'espace nécessaire pour apporter quelque chose d'original à notre film."

Les éléments les plus communs aux festivals capturés pour le Tate étaient la procession, le récit lyrique et la musique. La musique est donc naturellement devenue le lien. Chris et James se sont demandé qui jouait aujourd'hui le rôle de musicien folklore dans la musique moderne… Ils ont contacté Trim.

Connu comme l'un des instigateurs du genre, Trim n'a que quelques années à son actif, mais déjà une capacité à fusionner des références éclectiques à la mythologie obscure. Et puis, quel style musical plus local que le grime, né dans une poignée de quartiers de l'Est London ? "J'ai pas mal photographié le milieu grime à mes débuts," indique James. "On connaissait Trim pour être lyriquement versatile et très intelligent. La personne parfaite pour développer ce concept." Sur une prod du musicien Bell Towers, les paroles de Trim explorent les thèmes de la solidarité, du pouvoir et de l'écoute : "They will think of us when only the smoke clears and the truth is spoken/ Because united we stand, divided we're hopeless. Another silence is broken."

Les conceptions faussées selon lesquelles l'histoire appartiendrait à quelqu'un en particulier et présenterait des pratiques immuables collent encore à la peau du folklore anglais. En même temps que la culture, les traditions évoluent. Certaines sont aujourd'hui un peu sinistres : se peindre le visage en noir, par exemple. Mais en tant que pratique artistique, la plupart de ces symbolismes viennent des rites de fertilité, du passage des saisons ou de croyances mystiques aujourd'hui sombres ou perdus.

Le folklore est en grande partie drapé dans des attitudes rebelles, anti-gouvernementales et anticapitalistes. À l'époque d'Henri VII, se peindre le visage à la campagne était considéré comme un délit. C'était en effet la première défense du braconnier contre l'identification des autorités.

La bizarrerie du folklore anglais du futur est là, à prendre, à développer et documenter. "Menacée par le changement, la société multifacette anglaise peut se sentir divisée. C'est pour ça qu'il est crucial que des gens aux origines toutes plus différentes s'unissent dans la création de nouveaux récits et nouvelles traditions," explique Chris.

La veille du référendum sur le Brexit qui donnera à décider aux britanniques si leurs îles restent dans l'UE ou non, plus que jamais les paroles de Trim résonnent : "United we stand, Divided we're hopeless."

chrisread.tv
jamespearsonhowes.com

Credits


Photographie James Pearson-Howes et Luke Farly