Couple, Los Angeles, 1970

los angeles 1969, l'émergence de communautés queer

Le photographe Anthony Friedkin a commencé sa série de portraits, The Gay Essay, en 1969 alors qu’il n’était qu’un ado à Los Angeles. Ce projet capture quatre ans de lutte, de résistance, de révolution et d’amour. Il est exposé en ce moment à New York.

par Emily Manning
|
20 Janvier 2017, 12:10pm

Couple, Los Angeles, 1970

À quoi est-ce que vous pensez lorsqu'on vous dit LGBTQ ? À Nan Goldin et ses clichés ténébreux des travestis de Boston, Berlin et New-York ? Aux portraits néoclassiques des gangsters de la Nouvelle Orléans pris par George Dureau ? Ou encore aux photos de Robert Mapplethorpe, Catherine Opie, Peter Hujar, Rotimi Fani-Kayode, Wolfgang Tillmans ou Collier Schorr ? Mais ces photos documentent-elles vraiment la vie de la communauté ? Capturent-elles les chimères du SIDA - les manifestations et les funérailles engendrées par le fléau - ou les visages enjoués de Fire Island au milieu des années 1970 ?

Hustlers, Selma Avenue, Hollywood, 1971

À New York, l'exposition The Gay Essay présente une série de photos prises par Anthony Friedkin au tout début de sa carrière. Cet essai de photographie documentaire a démarré en 1969. La même année, les émeutes de Stonewall et l'injustice sociale poussaient la communauté LGBTQ+ à manifester dans les rues de New York. Le photographe de Los Angeles n'avait alors que 19 ans (il avait quand même déjà travaillé pour Magnum) et s'est décidé à créer des archives photo de l'émergence des queer en tant que communauté le long de la côte ouest des États-Unis. Prises entre 1969 et 1973, les photos de cette sélection témoignent d'un moment crucial de l'histoire de l'histoire du mouvement queer, sa révélation au grand public.

Bobbie and Linda, Venice, 1970

« Au début, j'appréhendais l'idée de me retrouver confronté à une culture que je ne comprenais pas, écrivait Friedkin à l'époque. Mais j'ai appris que la plupart des préjugés que j'avais sur les homosexuels étaient faux, ils ont été l'un des groupes les plus opprimés, les plus dénigrés, les plus incompris de l'histoire de notre civilisation. » 

The Reverend Troy Perry, Gay Activist, In His Burnt Down Church, Los Angeles, 1973

Les photos prises par Friedkin à Los Angeles et San Francisco sont autant de preuves de ces abus. L'une des photos les plus poignantes de l'exposition montre Troy Perry, révérend et activiste queer, debout au milieu des décombres de son église calcinée. Friedkin a photographier tous les visages et espaces qui faisaient la diversité et la singularité de la Californie de l'époque : drag-queen, machos bodybuildés, toilettes publiques, clubs, cinémas underground et des icônes comme Divine ou Jean Harlow. Mais The Gay Essay met aussi en avant des personnes cis découvrant l'érotisme et la tendresse. L'exposition immortalise donc le courage de personnes ayant décidé de s'exprimer telles qu'elles sont.

« The Gay Essay » est visitable à la galerie Daniel Cooley Fine Art de New York jusqu'au 4 mars 2017. Plus d'informations ici.

Couple Kissing, Restroom, Trouper's Hall, Hollywood, 1970

Couple Grinding, Hollywood Boulevard, Los Angeles, 1970

Divine, The Palace Theater, San Francisco, 1972

Restroom, Trouper's Hall, Hollywood, 1970

Drag Queens at the Mirror, Long Beach, 1971

Gay Liberation Parade, Hollywood, 1972

Michelle, "C'est La Vie" Club, North Hollywood, 1972

Jim, East Los Angeles, 1972

Credits


Texte Emily Manning
Photographie Anthony Friedkin

Tagged:
queer
LGBTQI
Photographie
Californie
anthony friedkin
the gay essay