Robe Mara Hoffman

bria vinaite n'a rien d'une princesse disney (et c'est tant mieux)

Elle a été castée sur Instagram pour faire ses débuts au cinéma dans le nouveau film de Sean Baker, The Florida Project, une histoire de pauvreté et de prostitution à l’ombre du parc Disney World.

par Hattie Collins
|
06 Novembre 2017, 11:49am

Robe Mara Hoffman

Cet article a initialement été publié dans The Sounding Off Issue, no. 350, Hiver 2017.

En avril 2016, Bria Vinaite embarque depuis Miami à bord d'un avion pour retrouver New York, sa ville natale. Elle est particulièrement soulagée de rentrer chez elle après avoir passé un an dans la ville de l'art déco et de l'Art Basel. « Je n'en pouvais plus. Je me suis dit que je ne passerai plus un putain de jour de ma vie en Floride. » Elle ignorait alors que moins de deux mois plus tard, elle y serait de retour.

À Miami, Bria s'est attelée à gérer son propre commerce de weed via Instagram (@chronicflowers pour être tout à fait exact) mais la plupart du temps, elle s'est beaucoup ennuyée. « Je n'avais pas vraiment d'amis ici, donc mon premier moyen de communication avec l'extérieur, c'était Instagram. Je vivais avec une fille et notre seule occupation de la journée consistait à fumer de la weed et à poster des vidéos de nous dansant en sous-vêtements. » Sans surprise, @chronicflowers s'est attiré des milliers de followers, dont le réalisateur Sean Baker, alors occupé par la suite de Tangerine, son film sorti en 2015 et unanimement acclamé par la critique.

Manteau et top Landlord

Après avoir repéré Bria, Sean Baker décide de construire le rôle principal de son nouveau film, The Florida Project, autour de cette jeune femme sauvage, étrange et magnifique. Il nomme le personnage Halley, auditionne un tas d'actrices pour le rôle mais aucune d'entre elles ne fait l'affaire. « Pourquoi tu ne demanderais pas à la fille dont tu t'es inspiré si elle ne veut pas le faire ? » suggère l'un des producteurs du film. En scrollant son Instagram, Bria y découvre un message de Sean Baker lui demandant si être actrice l'intéresserait. « Je suis suivie par des gens très bizarres donc j'ai tout de suite pensé que c'était un escroc ou un pauvre type qui faisait du porno ou des films douteux », raconte Bria en riant, au téléphone depuis son appartement new-yorkais. Après l'avoir googlisé pour s'assurer de son sérieux, et malgré son absence d'expérience, Bria finit par retourner en Floride pour l'audition. « J'ai passé deux jours là-bas à imaginer différents scénarios. Avant de partir, j'ai demandé à Sean, 'Quand est-ce que je saurai si j'ai le rôle ?' Il m'a répondu 'Tu as le rôle ! »

« Je ne veux pas me contenter de jouer, je veux être impliquée dans des films qui traitent de sujets et de portraits qui me passionnent. »

À l'instar de American Honey et Moonlight en 2016, The Florida Project a ses chances d'être le plus bel outsider de 2017. Un film tranchant, magnifiquement filmé à travers une série de vignettes qui créent un terrible crescendo et parviennent à en faire un œuvre à la fois profondément drôle et calmement provocante. Vu à travers la perspective de l'enfance, The Florida Project interroge à propos de la crise du logement de plus en plus critique aux Etats-Unis. « C'est un film traitant de la pauvreté quotidienne et de la façon dont, peu importe le milieu dans lequel ils grandissent, les enfants parviennent à tirer du positif de n'importe quelle situation, explique Bria. C'est un film basé sur des faits réels – il y a des gens dans des situations similaires qui ont besoin d'aide. » Le film se situe dans l'un des nombreux motels bon marché nichés derrière l'ombre menaçante du parc Disney World's Magic Kingdom d'Orlando, où des familles déplacées vivent dans une précarité extrême quand, de l'autre côté de la rue, des gens aisés déboursent des milliers pour serrer la main à Pluto.

Après plusieurs standing ovations à Cannes et une déclaration d'amour Instagram de Drake (« le meilleur film que vous verrez cette année » a-t-il décrété), The Florida Project est sur le point de rendre célèbre un casting de parfaits inconnus, comme American Honey l'avait fait pour Sasha Lane et Moonlight pour Ashton Sanders. Bria est brillante tout au long du film : elle incarne complètement Halley, une ancienne strip-teaseuse maman d'une espiègle petite fille de six ans. « Elle pourrait peut-être être une meilleure mère si elle ne fumait pas de la weed toute la journée devant sa gamine, mais elle fait de son mieux, dit Bria à propos de son personnage. À la fin de sa journée, elle parvient quand même à payer le loyer, à faire en sorte que sa fille ait de quoi manger, elle fait ce qu'elle a à faire pour survivre. »

Robe libertine, top Paco Rabanne, chaussures Golden Goose

Brooklynn Prince joue Moonee, la petite fille en question, et se révèle tout aussi bluffante dans son rôle de gamine particulièrement intelligente. « Oh my god ! s'exclame Bria avec son fort accent new-yorkais. Brooklynn est une actrice tellement talentueuse. Parfois j'en venais à oublier qu'elle était une enfant. » Les deux comédiennes, ainsi que Valeria Cotto qui incarne Jancey, la meilleure copine de Mooney, ont passé beaucoup de temps ensemble. Le dernier jour de tournage a été incroyablement émouvant pour elles trois, se souvient Bria. « Lorsqu'ils ont hurlé 'cut ', je peux vous dire que les filles ont commencé à fondre en larmes de manière hystérique. Elles criaient de toutes leurs forces 'je ne veux pas rentrer à la maison' , et je ne pouvais pas m'empêcher de pleurer moi aussi parce que je n'avais pas non plus envie de rentrer chez moi ! Nous avions tissé des liens, une relation vraiment spéciale. J'ai pleuré pendant tout le vol retour. » Cette complicité hors champ se traduit à l'écran. Malgré le fait que la plupart des acteurs n'avaient jamais joué avant – Bria s'est envolée deux semaines avant le tournage pour prendre des cours de théâtre – ils ont eu la chance d'avoir Willem Dafoe, nominé deux fois aux Oscars, sous la main en cas de besoin. « J'étais très intimidée à l'idée de le rencontrer, mais il est super, très humble et il m'a beaucoup aidée à prendre confiance dans le rôle que je jouais. »

« Parfois je me sens un peu à côté de la plaque parce que je suis un peu différente des filles qu'on a l'habitude de voir évoluer dans cette industrie. J'espère vraiment que je pourrais trouver un endroit où je me sens bien. »

Bria est actuellement au milieu d'un tourbillon de shootings et d'interviews qu'elle décrit elle-même comme « surréaliste ». Comment cette nouvelle-venue née en Lituanie et élevée à Brooklyn pense t-elle gérer la célébrité ? « C'est dingue. Parfois je me sens un peu à côté de la plaque parce que je suis un peu différente des filles qu'on a l'habitude de voir évoluer dans cette industrie. J'espère vraiment que je pourrais trouver un endroit où je me sens bien. »

Alors qu'elle attend que les rôles s'offrent à elle, Bria commence à écrire ses propres scripts avec Ashley Benson, sa nouvelle copine de Pretty Little Liars « au sujet de ce que traversent les femmes au quotidien dans cette ville. » The Florida Project est peut-être son premier film, mais Bria est déjà au clair quant au type de travail qu'elle veut – et ne veut pas – se voir confier. « J'ai beaucoup de chance que mon premier projet ait eu autant de sens pour moi, maintenant je veux retrouver cette connexion sur chaque projet dans lequel je m'engage, dit-elle. Je ne veux pas me contenter de jouer, je veux être impliquée dans des films qui traitent de sujets et de portraits qui me passionnent. »

Veste et top (portés à l'envers) Song Seoyoon.
Robe Libertine, soutien-gorge Deborah Marquit

Crédits


Photographie Chad Moore
Stylisme John Colver
Coiffure Blake Erik chez Statement Artists avec Bumble and Bumble
Maquillage Asami chez Frank Reps avec Glossier
Assistance Stylisme Stella Evans