cagole forever, le documentaire que les françaises attendaient

Diffusé sur CANAL + le 15 février, Cagole Forever s'amuse des clichés et déjoue les stéréotypes pour mieux célébrer les femmes. Un manifeste féministe.

par Micha Barban Dangerfield
|
08 Février 2017, 9:35am

Elle a des ongles longs - souvent très longs - couverts d'une couleur criarde, elle sent bon l'après-soleil et le chewing gum, ses talons mesurent entre 12 et 19 cm selon son humeur et la longueur de sa jupe varie de quelques millimètres au dessus de sa cuisse. C'est une femme-enfant dotée d'une immense gueule. On la dit souvent soumise aux codes de la féminité, érigés en lois par les hommes, mais il n'en est rien. La cagole est indomptable, elle déborde, elle s'esclaffe, elle s'amuse - d'elle et des autres. Qu'on le veuille ou non, la cagole est libre, si libre qu'elle se fout bien volontiers des préjugés qui lui collent à la peau.

C'est ce que montre Sébastien Haddouk dans son nouveau documentaire, Cagole Forever, produit par Lalala Productions et qui sera diffusé le 15 février à 22h50 en exclusivité sur Canal +. « Il n'y a pas une cagole, il y a des femmes. Avec ce documentaire, j'ai voulu casser les préjugés, défaire cet enfermement créé par le vêtement. Et puis montrer que les cagoles, parce qu'elles s'habillent de façon légère ne sont en rien des filles faciles ou des putes comme on tend à croire » explique Sébastien.

En parlant de la cagole, Sébastien Haddouk parle des femmes, de leurs marges de liberté et de leur autocensure aussi. La cagole dérange parce qu'en caricaturant les codes du sexy, du trop, de la féminité outrancière, elle s'en libère. Elles les fait siens. Pourtant, on l'envisage comme une « pute sur les bords » depuis très longtemps. Trop longtemps en fait. Dans le film, la linguiste Aurore Vicenti explique les racines étymologiques du terme cagole qui viendrait de « cagoulo », désignant le tablier de l'ouvrière du XIXème siècle, celle qui se prostituait le soir pour arrondir ses fins de mois.

C'est de ce lexique injurier que Sébastien Haddouk compte bien extirper la cagole pour la montrer forte, rassurante et surtout, respectable. Et puis, avec lui, il faudra bien accepter que la cagole inspire la mode depuis toujours, ce monde qui l'exclue pourtant souvent. Bref, Cagole Forever est un documentaire dont la bienveillance fait un bien fou. Parce qu'au fond, nous rêvons toutes un peu de s'assumer cagoles.

Tagged:
Culture
documentaire
Cagole
sébastien haddouk