Extrait du film Signes, de M. Night Shyamalan

et si on quittait tous facebook (pour toujours) ?

En plus d’être nocif pour notre santé mentale, Facebook aurait laissé filtrer les données de ses utilisateurs pour le bien de l’extrême droite. Le moment est peut-être venu de lui dire au revoir. Voici comment.

par Charlotte Gush
|
21 Mars 2018, 12:15pm

Extrait du film Signes, de M. Night Shyamalan

Tenez vous prêts : le chapeau en papier alu – celui que vous gardez près de vous depuis que la Secrétaire d’État américaine Amber Rudd a demandé à lire les messages WhatsApp de tout le monde – fait son grand retour. Depuis que l’Observer a publié un exposé historique portant sur Cambridge Analytica (une entreprise qui aurait exploité les données des utilisateurs de Facebook pour les encourager à voter en faveur de Trump et du Brexit) – et une enquête de Channel 4 montrant des cadres haut-placés expliquant le fonctionnement inquiétant de leurs ‘psyops’ (opérations psychologiques donc) – il y a de quoi être sceptique quant aux entreprises technologiques. Rien de vraiment étonnant à ce que le hashtag #DeleteFacebook soit en vogue sur Twitter depuis quelques jours. Aujourd’hui, même Brian Acton, le fondateur de WhatsApp, nous enjoint à quitter le navire.

S’il vous fallait un dernier argument, voilà comment les cadres de Cambridge Analytica filmés par Channel 4 parlent de notre facilité à être manipulés : « Quand il s’agit d’intégrer de l’information, les moteurs humains fondamentaux se résument à la peur et à l'espoir – même s'ils ne sont pas exprimés et qu'ils relèvent même parfois de l’inconscient. Tu ne peux pas savoir ce qu'est la peur jusqu’à ce que quelque chose l'ait déclenchée chez toi. Notre boulot, c’est d’aller puiser ces émotions encore plus loin que tout le monde, pour comprendre quels sont ces problèmes et quelles sont ces peurs si profondément enfouies. C’est une mauvaise idée de jouer une campagne électorale sur les faits quand on sait qu’en réalité, tout repose sur l’émotion. »

Supprimer Facebook est loin d’être évident. Comme l’affirme Sheera Frenkel, journaliste au New York Times spécialiste des questions de cybersécurité : « Pour beaucoup de monde, Facebook représente internet, il s’agit du seul moyen d’être en lien avec sa famille/ses amis/son travail. » Vivre en France ou au Royaume-Uni permet d’avoir accès à d’autres options de messagerie, de partage d’images, de plannification d’événements et autorise à dire « bonjour » à vos amis autrement que sur les réseaux sociaux. Supprimer son compte est donc un choix plus facile à assumer que dans d’autres parties du globe. Vous êtes prêts ? Voici comment s’y prendre pour y arriver (même si on vous l'accorde, c'est plus facile à lire qu’à faire).

Téléchargez toutes vos données Facebook
Si vous voulez conserver toutes les photos, vidéos, pensées, statuts et les messages que vous auriez mieux fait d’envoyer à jeun plutôt qu’en retour d’after, que vous avez partagé au fil des années, vous pouvez télécharger tout ce que Facebook a enregistré de vous, et c’est très simple. Vous n’avez qu’à cliquer sur la flèche en haut à droite sur Facebook (à côté de vos notifications et de l’icône « ? »), puis sur Paramètres. En bas de la page qui s’ouvre, vous pouvez cliquer sur « Télécharger une copie de vos données Facebook ». Vous aurez à entrer votre mot de passe pour lancer le processus et Facebook vous enverra un mail quand le fichier .zip sera prêt à être téléchargé. Une fois que vous l’avez téléchargé, vous avez accès à quelques informations fascinantes que Facebook détient sur vous, ce qui peut inclure entre autres : vos opinions politiques et religieuses, vos posts, vos posts sur les murs des autres, les posts des autres sur vos murs, votre adresse IP, des données de reconnaissance faciale, des infos sur votre famille, votre parcours éducatif, les détails de votre carte de crédit, des endroits où vous êtes allés, les applications que vous utilisez et les publicités sur lesquelles vous avez cliqué. Vous pouvez jeter un œil à la liste complète juste ici.

Arrêtez d’utiliser Facebook pour vous login sur d’autres applications
En allant dans Paramètres puis Applications, vous tombez sur toutes les applications que vous avez jumelées en vous y connectant avec votre compte Facebook. Si vous êtes comme moi, vous trouverez probablement d’autres réseaux sociaux comme Instagram (nous y reviendrons), des services comme Spotify, des sites d’achats de tickets de concert, de pétitions ou de journaux. Décidez lesquelles vous semblent indispensables et allez changer vos identifiants, ajoutez votre adresse mail à la place de l’auto-login Facebook. Vous pouvez trouver tout un tas de guides sur des sites spécialisés qui vous explique comment faire ça. En voilà un détaillant comment détacher vos comptes Facebook et Instagram.

Trouvez de nouveaux moyens d’envoyer des messages et d’organiser des événements
Vous voyez ces gens un peu chiants qui passent leur temps à nous expliquer qu’il y avait une vie avant Facebook ? Eh bien ils ont raison, et il est peut-être temps de prêter une attention accrue à ce qu’ils nous disent (mais sans leur dire, s’il vous plaît). La possibilité de se connecter à une communauté de gens en ligne que vous pourrez difficilement rencontrer dans la vraie vie – une communauté LGBTQ quand vous habitez dans un endroit très homophobe, par exemple – est indéniablement forte. Mais pour la plupart d’entre nous, la connectivité de Facebook se résume à tout un tas de personne avec qui nous sommes allés à l’école il y a des années de ça, dont on ne se rappelle que vaguement et avec qui on n’interagit jamais (en ligne comme IRL). Nous sommes connectés, mais pas d’une manière qui nous rend heureux. Les études successives ont montré à quel point les réseaux sociaux peuvent être néfastes pour la santé, particulièrement quand on est une femme. Passer des heures à faire défiler un fil d’actu, en se disant que tout le monde est trop occupé pour traîner avec vous ne vous rendra jamais plus heureux que d’être aux côtés d’un ami en chair et en os. Pourquoi ne pas appeler, envoyer un texto ou un mail à vos potes ? C’est une manière de se débarrasser du fardeau performatif et fouineur des réseaux. Ça fait du bien, c’est privé, c’est personnel, chaleureux et quand même plus excitant qu’être tagué sur une publication. Il est bon de noter que WhatsApp et Instagram appartiennent à Facebook. Faites de cette information ce que vous voulez.

Supprimez Facebook sans jamais vous retourner
Il n’y a pas de solution simple pour supprimer son compte Facebook en deux clics. L’option en question est noyée dans une page d’aide. Sur la page d’accueil, appuyer sur l’icône « ? » en haut à droite, puis sur « Pages d’aide » dans le menu qui défile. Sur votre téléphone, cliquez sur les trois barres horizontales en bas à droite, descendez dans les options proposées et cliquer en bas sur « Aide et assistance » puis « Pages d’aide ». Arrivée à ces Pages d’aide, j’ai recherché « supprimer mon compte », et j’ai trouvé un résultat correspondant dans les suggestions : « Comment supprimer définitivement mon compte ? » Une fois sur cette page précise, cliquez sur la partie du texte linkée, « faites-le-nous savoir » à la fin du premier paragraphe, ce qui vous amènera à la véritable page de suppression, où vous devez alors cliquer sur « Supprimer mon compte » et entrer votre mot de passe. Deux semaines plus tard, Facebook devrait commencer à supprimer vos données, et 90 jours plus tard, elles devraient toutes avoir disparu.

Comme l’indique un utilisateur de Twitter, « Si vous vous inquiétez des compagnies qui utilisent la data pour vous cibler, vous devez supprimer vos comptes Facebook et Twitter et Instagram et Snapchat et arrêter d’acheter des choses sur Amazon et arrêter de faire des recherches avec Google et effacer toutes vos empreintes de cartes de crédit et arrêter de donner à des œuvres de charité et annuler tous vos abonnements magazine. » Ce qui est vrai, même si rien de comparable au récent scandale Facebook-Cambridge Analytica n’a été imputé à tous ces autres exemples. Alors même si, oui, le chapeau en aluminium est de rigueur, c’est à vous d’évaluer à quel point vous êtres prêts à le porter.

Tagged:
guide
Instagram
Facebook
Internet
réseaux sociaux
Cambridge Analytica