Racisme et injustice, comment faire son auto-éducation sur Netflix

Ces shows et documentaires mettent en lumière le racisme systématique dont nos sociétés sont imprégnées.

par Rolien Zonneveld
|
09 Juin 2020, 12:38pm

Deux semaines après le meurtre de George Floyd et les manifestations qui ont suivi, une chose est certaine : nous devons tous nous éduquer sur les causes sous-jacentes qui nous ont menées jusqu’ici. Une manière de le faire est de lire des livres et des essais qui explorent les questions de racisme structurel et de la suprématie blanche, on peut aussi regarder une large sélection de films, documentaires ou séries éclairés. Si on commence par Netflix, on peut trouver des films qui prennent le sujet à bras le corps, que ce soit à travers ceux qui font le récit des vies d’activistes importants comme Malcolm X ou Marsha P Johnson, ou d’autres qui se penchent profondément sur le système judiciaire corrompu et dysfonctionnel qui se trouve au coeur de la société américaine. Nous avons compilé une liste de sept d’entre eux à ne pas manquer, alors réservez-leur quelques heures de votre week-end.

Angela Davis explaining
Angela Davis in 13th. Courtesy of Netflix

13th (2016)

Ce documentaire fait la chronique du développement d’un état carcéral à la suite de l’abolition de l’esclavage, mené par le pouvoir de l’argent. Ce film montre à quel point l’emploi de prisonniers extrêmement peu cher est intégré à l’économie américaine de telle manière qu’il peut rester inconnu pour le consommateur, et comment tout est fait dans le système pour incarcérer tôt et souvent les Afro-Américains. 13th démontre également comment certains efforts législatifs sont faits pour prendre au piège et priver de leurs droits les communautés afro-américaines : que ce soit à travers des politiques comme celle du three-strike rule ou du stop-and-frisk, ou comment la possession de crack cocaine est punie beaucoup plus sévèrement que sa version sous forme de poudre, plus couteuse, et généralement associée à des consommateurs de drogues blancs. Un film aussi dur que nécessaire.

LA 92 (2017)

En regardant ce documentaire, il est difficile de ne pas faire le lien entre les manifestations d’aujourd’hui et ce qui s’est passé à Los Angeles en 1992. À l’époque, les émeutes avaient été déclenchées par l’acquittement de quatre policiers blancs qui avaient violemment battus Rodney King, un automobiliste noir non armé, alors même que les évènements avaient été filmés par un témoin. En raison de l’inquiétude qu’un procès impartial ne pourrait avoir lieu à Los Angeles où les opinions s’étaient embrasées, celui-ci avait été déplacé dans une banlieue privilégiée et majoritairement blanche de la ville, le verdict était ainsi l’affaire d’un jury à majorité blanche - ce qui, sans surprise, a eu une influence sur l’issue du procès. Après l’acquittement a commencé une période intense de résistance et de manifestations qui ont causé beaucoup de casses. Si le documentaire ne fournit pas beaucoup de commentaires, LA 92 est un témoignage poignant qui démontre comment les choses s’accélèrent lorsque la justice ne fait pas son travail.

Trial By Media: 41 Shots (2020)

Cet épisode du nouveau show Netflix Trial by Media raconte l’histoire du meurtre violent d’Amadou Diallo, un émigré guinéen, par la police de New York en 1999. Malgré qu’on lui ait tiré dessus quarante et une fois alors qu’il rentrait chez lui, tous les policiers responsables ont finalement été acquittés. Diallo ne portait pas d’armes, et une vague de controverses s’est déroulée après les évènements, alors que les circonstances de la tuerie ont choquées à New York et bien au delà. Dans cet épisode, des figures centrales du mouvement des droits civiques, comme Al Sharpton par exemple, procurent une analyse de l’affaire, et nous donne des leçons qui résonnent encore aujourd’hui.

The Innocence Files (2020)

Ce show raconte en détail les histoires personnelles derrière huit affaires de condamnation à tort. Huit incarcérations non justifiées que des organisations comme The Innocence Project tentent de mettre à jour pour remettre en cause les jugements. La série brosse un portrait accablant du système corrompu de justice aux États-Unis qui ne pardonne pas et auquel on ne peut pas faire confiance, un système dans lequel les accusés sans défense en tant que telle risquent des peines longues et dures, y compris la peine de mort. La série met en lumière certaines des techniques d’incrimination douteuse utilisées dans les années 1980 et 1990, incriminations qui ont menées à l’incarcération de beaucoup d’innocents. Si les huit épisodes ne concernent pas tous des affaires d’Afro-Américains accusés à tort, la série rappelle que parmi les 367 personnes qui ont été innocentées grâce à une preuve ADN, 61% était afro-américain.

When They See Us (2019)

Si vous n’avez toujours pas vu le drame émotionnel qui vous prend aux tripes When They See Us, réservez quelques heures d’ici les prochains jours pour le faire. L’histoire vraie de cinq adolescents d’Harlem qui se sont retrouvés pris au piège dans un cauchemar judiciaire lorsqu’ils ont été accusés, à tort, d’une attaque violente à Central Park en 1989. La série dépeint la dure réalité de la facilité avec laquelle la présomption d’innocence est parfois violée, et la manière dont les adultes blancs concernés se mettent tacitement d’accord pour dire que ces garçons sont forcément coupables, simplement parce qu’ils correspondent à leur idée d’un suspect. Une examination forte et sans appel de l’injustice, pas seulement en ce qui concerne les effets du racisme systématique, mais les effets de toute sorte de privatisation de droits que les adolescents de couleurs expérimentent aux États-Unis.

Who Killed Malcolm X? (2020)

Dans cette série de six épisodes, on suit l’activiste Abdur-Rahman Muhammad qui commence son enquête des détails déroutants qui entourent l’assassinat du leader des droits civiques Malcolm X. Après son assassinat, trois hommes ont été emprisonnés : Talmadge Hayer, Norman 3X Butler et Thomas 15X Johnson. Si Hayer a reconnu son implication, les deux autres accusés ont toujours défendus leur innocence. Butler et Johnson ont été libérés depuis mais la question demeure : qui a tué Malcolm X ? The Innocence Project est également impliqué en ce qu’il enquête sur les faux pas de la justice. Tout cela a mené à ce que, cinquante-cinq ans après l’assassinat de Malcolm X, le district attorney de Manhattan prenne en considération une nouvelle enquête, ce qui pourra éventuellement enfin permettre à la justice d’être rendue.

1591704363074-marsha-p-johnson
Courtesy of Netflix

The Death and Life of Marsha P. Johnson (2017)

On ne peut pas parler de manifester contre le racisme sans mentionner Marsha P. Johnson, une activiste transgenre noire au coeur du mouvement de libération gay à New York, qui est notamment connue pour avoir jeté la première pierre (ou en l’occurence verre à shot) vers la police qui était descendue sur le Stonewall Inn. En 1992, son corps était retrouvé dans la Hudson River, et les circonstances qui entourent sa mort restent très floues. La police a classé l’affaire comme un suicide, mais aucune réelle enquête n’a jamais été menée. Dans le documentaire, Victoria Cruz du New York City Anti-Violence Project se plonge dans l’affaire, et essaie de retracer tout le cheminement avant et après la mort de Marsha. À regarder absolument pour comprendre comment sont imbriqués crime, discrimination et apathie policière.

Cet article a été initialement publié par i-D UK.

Tagged:
Netflix
injustice
Black Lives Matter
documentaire
Racisme