Yoon Ahn, l’art de l’embuscade

À la tête du label Ambush, la coréenne Yoon Ahn poursuit ses collaborations éclairées. Après Nike, Off-White ou Bulgari, la jeune prodige de la mode et des bijoux s’associe à Beats, la marque de Dr Dre.

par Claire Thomson-Jonville
|
18 Novembre 2020, 10:47am

Reconnue pour ses designs audacieux et modernistes, la créatrice Yoon Ahn continue d’élargir son champ d'expérimentation et de s’ouvrir à de nouvelles disciplines. Également à la tête des bijoux Dior Homme, la cofondatrice du label nippon AMBUSH® dévoile aujourd’hui une édition spéciale des Powerbeats, des écouteurs de haute technologie issue de sa première collaboration avec la marque d’appareil audio. Attachée au savoir-faire traditionnel nippon et à l’esthétique tokyoïte, Yoon Ahn s’est inspirée de l’étincelle créative de la ville et de sa légendaire vie nocturne pour concevoir un produit phosphorescent, le premier jamais créé par Beats. Depuis la création d’Ambush, la jeune designeuse ne cesse de fusionner les cultures et les influences, s’inspirant tout autant de l’univers streetwear et des sous-cultures locales que de ses voyages.

Rencontre entre Yoon, créatrice aux multiples casquettes et Claire Thomson-Jonville, directrice de la rédaction i-D France.

Claire Thomson-Jonville : Félicitations pour cette collaboration, j’adore l’idée. Peux-tu me décrire le processus de création ? Quel était le point de départ quand tu as commencé cette collaboration ?

Yoon : Moi et certains de mes amis, sommes amis avec Luke Woods, qui était le président de Beats, et on a toujours parlé de faire quelque chose ensemble : quand Amazon a organisé la Fashion Week de Tokyo il y a deux ans, ils nous avaient demandé de participer, et je pensais que c’était le bon moment pour faire des écouteurs spéciaux, comme un objet promotionnel, mais la couleur que nous voulions utiliser n’a pas été acceptée pour des raisons commerciales et de sécurité, ça ne s’est donc jamais fait. On a alors pris un peu plus de temps pour trouver une nouvelle version des écouteurs avec différents concepts, et ce que vous voyez en est la version définitive.

CTJ : Combien de temps prend une collaboration comme celle-ci ?

Yoon : D’habitude ça prend un an et demi. Celle-ci a mis un an simplement parce que l’entreprise est si grande qu’ils ont besoin de faire les choses à l’avance. Évidemment, ça aurait dû sortir plus tôt, mais avec le début de la pandémie, on a un peu repoussé le lancement.

CTJ : En règle générale, tu fonctionne plutôt à la vision, ou préférez-vous faire les choses petit à petit ? Avant de commencer une collaboration avec une marque, tu as déjà les choses en tête ou s’agit-il d’un processus plus organique ?

Yoon : Ça dépend avec qui je fais la collaboration, et s’ils ont eux-mêmes quelque chose en tête, je ne collabore qu’avec des gens pour qui j’ai un profond respect, les meilleurs dans l’industrie. Pour moi, Beats fait les meilleurs écouteurs, ça a un sens de travailler avec Beats et de créer notre version. Quand il est question de technologie comme celle-ci, ils ont quelque chose en tête, et quand ça a un sens pour nous et nos clients, on y va. Certains collaborateurs sont plus ouverts, ça dépend de qui, ce qu’ils ont en tête et je suis assez flexible même si je sais ce que je veux. Une fois qu’on commence à travailler, ça va assez vite.

Yoon Glow.PNG

CTJ : Pour cette collaboration, tu as été inspirée par la vie nocturne de Tokyo et la manière dont la musique rassemble. À quel point la musique est-elle importante dans ton processus créatif ?

Yoon : La musique me permet de fantasmer, tu sais si tu veux être dans un mood pour créer quelque chose, on écoute plutôt ce genre de musique, pour sentir mon niveau d’énergie grimper par exemple, c’est un processus super important donc mon espace mental entre dans  cette catégorie. Mais pour revenir sur Glow, on faisait des allers-retours avec Beats et j’étais genre : « Quelle histoire puis-je raconter avec des écouteurs ? », tellement d’écouteurs existent. Je vis au beau milieu de Shibuya, l’équivalent de Times Square à Tokyo, ça ne s’arrête jamais, les lumières sont allumées toute la nuit et parfois, je me promène dans le quartier avec ma musique, et on sait que Tokyo c’est la ville des néons. Je pensais que ce serait cool d’avoir des écouteurs qui luisent dans la ville. Ça change complètement la nuit quand les néons s’allument et tout se met à briller, tout se reflète, ça devient un monde complètement différent. Je trouvais juste que c’était fun et Beats ont été capable de représenter ça, et c’est la première fois que des écouteurs font une lueur.

CTJ : Peux-tu parler de Burna Boy, à quel moment est-il arrivé ? J’imagine plutôt vers la fin quand vous étiez en train de faire le casting, mais qu’est ce qui t’as mené à l’intégrer au projet ?

Yoon : Ils voulaient qu’une autre personne fasse partie de la campagne, et on s’est demandé, quel est le nouveau truc, pas tellement en terme artistique mais en termes d’impact culturel. Je crois vraiment que le futur se trouve en Afrique. Ces cultures sont si riches, si loin de là où je me trouve au Japon, donc je me suis dit que ce serait génial d’avoir quelqu’un comme lui dont l’intérêt dépasse la géographie. Sa musique touche tellement de gens.

CTJ : Est-ce que tu crées avec quelqu’un en tête ?

Yoon : Je n’ai jamais eu de muses comme beaucoup d’autres. J’imagine que ma muse est une personne abstraite, assez proche de moi. Ce n’est pas forcément mon goût. J’essaie d’apporter de la créativité mais je veux m’assurer que cela peut s’inscrire dans la réalité. Je ne veux pas être un designer qui crée un fantasme dans sa tête, je veux m’assurer que tout ce que je crée peut être porté. Comment j’utiliserai ce produit ? Où est-ce que je vais faire ça ? Ce n’est pas une question de personne, mais une question d'ancrage dans la réalité.

CTJ : As-tu un mantra ?

Yoon : Ça change beaucoup. Pour le moment, je dirais que c’est « go with the flow ». C’est une question d’instinct et de suivre le mouvement plutôt que de calculer les choses dans ma tête. Je pense que c’est positif d’avoir cette approche instinctive du design.

Tagged:
beats
ambush
Yoon