yohji yamamoto est le septuagénaire le plus moderne de la mode

Entre deux bouffées de cigarettes, le créateur japonais se livre dans une vidéo intime, raconte l'aventure Y-3, sa soif d'innovation, son amour d'un sportsweat élégant et d'une mode toujours plus moderne et non-conventionnelle.

par Antoine Mbemba
|
30 Août 2016, 2:40pm

Qu'on se le dise, Yohji Yamamoto ne fait rien comme personne. Ou il fait tout avant tout le monde, ça dépend par quel bout on le prend. Ce petit bonhomme japonais à la tignasse filant sous le Fedora rayonne de modernité depuis son QG de Tokyo. Et ça ne date pas d'hier. Il y a 15 ans, lassé de l'approche conventionnelle du design de mode, le "maître" lançait avec Adidas la marque Y-3 et inaugurait le principe de grande collaboration entre luxe et géant du sport. Au final : des lignes noires, épurées, un design de l'espace pour sportifs acharnés comme élégants.

Une mission que s'est donné le créateur de 72 ans : rendre ses lettres de noblesse au sportswear, sortir des caricatures criardes et saturées de logos. Pour i-D en juin dernier, à l'occasion de la sortie de la première collection Y-3 SPORT, capsule encore plus résolument et radicalement sport, Yamamoto déclarait : "Quand je marche dans les grandes villes comme Paris, New York, Pékin ou Shanghai, je remarque que les gens portent souvent des vêtements de sport très moches. Il faut éradiquer tout ça ! Mon rêve c'est de rendre le sportswear élégant, chic." Son objectif, c'est le futur, de l'étoffe pour voyageur spatial. Un seul hic : "Je fume énormément, et j'ai un peu peur de ne pas pouvoir fumer dans l'espace." 

Dans une vidéo réalisée en janvier 2016 par Phil Sansom pendant les préparatifs du défilé Y-3 automne/hiver 2016, le créateur japonais revient sur son expérience, son approche novatrice des lignes sport, de l'ergonomie, et sur l'obscurité d'où il créé. On vous laisse vous perdre dans les brillantes pensées et les savoureux souvenirs enfumés du septuagénaire le plus moderne du monde. 

Même période, même défilé, et point de vue différent mais complémentaire : celui de Lawrence Midwood, directeur artistique de Y-3 qui raconte ici sa collaboration avec Yohji Yamamoto, les vertus de la couleur noire, protectrice, élégante et discrète. C'est aussi peut-être grâce à la patte de Midwood que Yamamoto conserve un pied (les deux ?) dans le réel, le contemporain, dans la jeunesse et l'habit du futur qui se questionne et fait sa révolution constante dans un silence assourdissant. Toujours sobre. Toujours plus classe. 

Tagged:
Mode
Yohji Yamamoto
Y-3
lawrence midwood
y-3 automne/hiver 2016