10 façons de soutenir le mouvement black lives matter

Parce que trop souvent, le silence est une violence.

par Perwana Nazif
|
02 Août 2016, 11:05am

​Photography Christelle de Castro

"À quoi ressemblerait l'Amérique si on y aimait les noirs autant que la culture noire ?" Un questionnement soulevé par l'actrice Amandla Stenberg dans sa vidéo Don't Cash Crop On My Cornrows, assez largement partagée. Si les Américains acceptaient la famille noire qui habite au coin de leur rue aussi facilement que les Jackson Five, la culture noire serait à la fois accréditée et respectée, et on ne se posera pas la question de savoir si les vies noires importent. Mais, au vu de la triste augmentation des fusillades policières visant la communauté afro-américaine (#AltonSterling, #PhilandoCastile et, malheureusement, bien plus), on nous rappelle régulièrement que l'Amérique (et pas qu'elle) est loin de ce cas de figure idéal. Le mouvement Black Lives Matter (BLM) est de nouveau dans la lumière médiatique - mais pourquoi devrait-on avoir besoin de violences à l'encontre de la communauté noire pour affirmer que la vie des noirs compte ? Comment pouvons-nous, noirs ou non, afficher une solidarité concrète, effective et proactive à ce mouvement ? On vous a compilé une liste de 10 façons de soutenir le mouvement Black Lives Matter.

1. Cultivez-vous.
Ce n'est pas le boulot d'une personne de couleur de vous en apprendre sur son oppression. Faites vos propres recherches sur le racisme sociétal et institutionnalisé (en commençant par  et ), sur le mouvement Black Lives Matter, sur les privilèges blancs (lisez ceci, et ceci), et essayez de manière générale de sortir de votre simple fil Twitter. Il existe énormément de livres, d'articles et d'essais pour s'en passer - et même de films, comme Fruitvale Station ou Do The Right Thing. Soyez toujours critiques face aux médias de masse et faites vos propres recherches, recoupez les sources. Soyez intelligents et lucides par rapport à vos lectures, vos écoutes, et ce que vous voyez.

2. Prenez conscience de vos privilèges.
Il faut partir du principe selon lequel même avec toutes vos recherches et vos lectures, si vous n'êtes pas noir, vous ne pourrez jamais totalement saisir ce qu'être noir signifie. Vous n'expérimenterez probablement jamais cette perspective des choses et du monde. Reconnaissez ce privilège et utilisez-le pour défier et remettre constamment en cause les injustices à l'encontre de la communauté noire. Par exemple, exprimez-vous si vous constatez une représentation limitée de noirs au sein du corps enseignant de votre école ou sur votre lieu de travail. Indignez-vous également si le vendeur d'une boutique garde un œil un peu trop méfiant sur la famille noire qui vient d'y entrer.

3. Confirmez l'existence du racisme.
Non seulement nous devons affirmer avec force que les vies noires sont primordiales, particulièrement en tant que non-noirs, mais il faut aussi reconnaître et pointer du doigt le racisme anti-noir au sein de nos propres communautés - un racisme à la fois quotidien (des clients de couleur qui se font refuser d'un resto, d'une boîte de nuit) et structurel (voir le peu d'étudiants de couleur dans de hautes études). C'est très important d'affirmer que la communauté noire doit faire face à ce racisme à deux niveaux. Commencer par votre famille est un bon moyen de combattre ce racisme. En ce moment il existe un Google Doc communautaire (particulièrement à l'attention des Asiatiques), "Resources for non-Black Asians on Anti-Blackness", qui circule sur internet et fournit de précieux outils pour expliquer l'importance du mouvement BLM aux parents immigrés qui ne la saisissent pas forcément.

4. Dites les noms des victimes de ce racisme.
Haut et fort, soyez sûrs qu'ils seront entendus. Utilisez les réseaux sociaux, partagez des articles, des vidéos*, et tout lien pertinent dans cet effort pour éveiller les consciences et réaffirmer l'importance cruciale du mouvement BLM. Rendre votre support visible et entendu dans vos communautés respectives est primordial.

*Avant de partager des vidéos violentes, soyez conscients qu'elles peuvent désensibiliser les gens à ces morts tragiques, ou à l'inverse causer extrêmement de souffrance à la communauté noire.

5. Participez IRL.
Partagez vos indignations sur les réseaux sociaux, c'est un bon début, mais vous devez impérativement vous déplacer, participer physiquement au mouvement, rejoindre des manifestations et des événements BLM. Récemment, l'Underground Museum de Los Angeles a organisé un événement, Holding Court : Black Lives Matter, qui poussait à la pensée critique et l'organisation communautaire, en présence de la cofondatrice de BLM, Patrisse Cullors et la directrice du Black Lives Matter Network Art +, Tanya Lucia. Plus il y aura monde, plus le monde changera !

6. Soutenez les entreprises et organisations noires.
Le changement passe aussi par l'économie. Le 15 juillet, le collectif d'artistes de la diaspora africaine NON Worldwide organisait une journée consacrée à ses entreprises dirigées par des noirs. La conscience s'élève également en supportant ces initiatives et ces business (comme l'ultra-cool Union LA) et en faisant des donations aux organisations alignées sur le mouvement Black Lives Matter.

7. Sachez vous mettre en retrait, et écouter.
Il est primordial de laisser s'exprimer la communauté noire et de l'écouter. Respectez ses espaces d'expression et soyez sûrs, en tant que non-noir, de ne pas voler l'attention. Rappelez-vous que vous êtes là en soutien, et que ce mouvement ne vous est pas directement destiné. L'alliée de BLM, oratrice du TEDxTeen et activiste Rebecca Dharmapalan (qui a travaillé avec de nombreux artistes et activistes noirs pour générer un mouvement de solidarité et d'émancipation à l'égard des femmes de couleur) souligne un autre aspect important de cela : "Une des étapes les plus importantes dans le soutien de nos frères et sœurs noirs, c'est l'écoute. Écouter n'est pas une tâche compliquée, elle ne nécessite aucun effort ou participation particulière, aucun besoin et aucun combat direct. L'écoute nécessite de l'empathie, de l'humanité et de l'altruisme."

8. Créez des espaces où les noirs sont représentés.
Créez des plateformes où accueillir les voix des noirs quand ils ne sont pas présents. Plutôt que de parler à leur place, il faut partager leur message dans des espaces où ils ne pourront pas se déplacer physiquement. Quand vous constatez un manque de représentation noire au sein du programme littéraire de votre classe, proposez les travaux d'auteurs noirs et appliquez cette logique à d'autres situations similaires.

9. Soyez conscients de la différence entre être solidaire et être allié - et soyez les deux.
Le réalisateur Summer Mason, qui s'attèle à monter des plateformes d'expression pour les noirs, décrit l'importance d'être à la fois solidaire et allié du mouvement BLM : "S'allier à quelqu'un, c'est le soutenir quand il dit quelque chose. C'est à la fois une manière performative et très active de participer. La solidarité, c'est appliquer ce qui est dit au quotidien, c'est aider à construire des espaces sains pour la communauté noire. C'est aussi important de casser le statu quo que de bâtir le futur."

10. Célébrer l'excellence.
Les vies noires n'importent pas seulement quand elles sont perdues. Comme le dit Mason, nous devons "pleurer les tragédies, mais aussi applaudir l'excellence noire !" Ne partagez pas que des articles sur Jesse Williams déplorant l'exploitation des noirs par Hollywood, mais aussi des articles comme ça !

Credits


Texte Perwana Nazif
Photographie Christelle de Castro

Tagged:
Black Lives Matter
opinions
Alton Sterling
Racisme
amérique
Amandla stenberg
philando castle