10 bonnes raisons de regarder la saison 5 de girls

La première étant que c'est sans doute la meilleure.

par Colin Crummy
|
30 Mars 2016, 10:20am

Lorsque Lena Dunham a annoncé que la prochaine saison de GIRLS serait aussi la dernière, on s'est sentis un peu tristes. GIRLS, c'est le genre de série dont on ne se lasse pas et qu'on peut même snober un mois ou deux pour y revenir après, sans que rien n'ait changé : Hannah restera Hannah, Marnie continuera de jouer les control freaks, Shosh sera toujours à la recherche de l'ultime scénario de sa vie et Jessa restera cette éternelle meuf avec qui les gens sont amis uniquement parce qu'ils croient qu'elle est "trop downtown". 

Ceux qui regardent en ce moment la saison 5 savent qu'elle a été ponctuée de tremblements non négligeables comme des mariages (celui de Marnie et Desi), d'ébauches d'histoires (Jessa et Adam), et d'un tout nouveau départ dans la vie (Shosh au Japon). Mais en ce qui concerne l'intrigue principale de la saison, personne ne va nulle part, en réalité - surtout pas Hannah.

Pour l'instant au point mort, les prémisses de cette cinquième saison annoncent pourtant le meilleur à venir. On vous explique pourquoi, en 10 petits points (attention, ça spoile) :

1. Hannah est toujours une poule mouillée
Après son master pour jeunes écrivains en devenir, Hannah finit par se rendre à l'évidence : le métier le plus masturbatoire du monde n'est pas fait pour elle. Elle devient donc prof. Un boulot respectable et stable. Et se dégote un copain, Fran, toujours aussi stable et respectable. Pourtant, sa frustration grandit : Marnie vient de se marier, son père est, quant à lui, sur Grindr. Beaucoup de choses se passent autour d'elle et elle, stagne et s'enlise dans sa petite routine. Bon, en termes de retournements de situation, c'est pas encore ça. Mais l'atmosphère de ces premiers épisodes dégage en filigrane quelque chose de forcément positif (Hannah ne peut décemment pas descendre plus bas). 

2. "Franchement, tu ressembles à un gobelet Starbucks."
Le Mood Board de Marnie pour son mariage (épisode 1) est un patchwork du futur qui réunit l'esthétique de Ralph Lauren et Joni Mitchell, la chanteuse folk canadienne. Jamais à court de remontrances spirituelles, la mère de Marnie remporte la palme du reproche le plus improbable fait à sa progéniture le jour J : "Tu ressembles à un gobelet Starbucks." Et sinon, félicitations ! 

3. La sonnerie du réveil de Shoshanna
Si vous avez besoin d'un bon shot de pop culture, GIRLS est là pour satisfaire vos désirs les plus inavouables. Il suffisait d'aller de l'autre côté du monde, côté Kawaï, pour combler son manque. Dans l'épisode 3, on se retrouve avec Shoshanna en plein Japon et un réveil parlant japonais qui vole la vedette aux héroïnes : Le ClockMan, petit objet ridicool aussi mignon qu'irritant, se trouve partout sur eBay. Bon, il ne répond qu'en Japonais et vous en aurez assez au bout d'une semaine. Mais c'est drôle.

4. Les titres d'ouverture de GIRLS
On ne se lasse pas des titres qui ouvrent chaque épisode de GIRLS depuis sa naissance à l'écran. Et la saison 5 nous donne l'occasion géniale de lire GIRLS en japonais (épisode 3). 

5. La scène de genre
Dans l'épisode 2, Ray se rend dans le nouveau coffee shop de son quartier, Helvetica, pour raconter au staff que les clients volent fréquemment ses couvercles de café qu'il va chercher chez eux - parce qu'il faut savoir qu'Helvetica est trop dans le coup pour accepter de couvrir ses allongés. Il y va un peu fort, s'adresse à deux membres du staff et se goure de sexe pour l'un. La scène est un peu gênante, vraiment. Les employés, offensés, s'en prennent à Ray, qu'ils traitent de vieux macho blanc hétérosexuel. La victime de ce quiproquo est jouée par la soeur jumelle de Lena, Grace, qui s'auto-proclame, dans la vraie vie, genderqueer. La scène se termine par la sortie précipitée (et un poil forcée) de Ray, que les employés insultent en criant. Quoiqu'on en retienne, cette scène aura eu le mérite de nous mettre mal à l'aise et de mettre des mots sur l'éternel tabou de la transsexualité, comme de la domination patriarcale. À méditer. 

6. L'épisode génial (et entier) passé au Japon
Fatiguée de l'esthétique hypsterisée de Brooklyn ? Les GIRLS aussi. Pourquoi ne pas s'installer au Japon le temps d'un épisode, histoire de se faire servir de la crème glacée et de la barbe à papa dans un sauna humide et convivial ? 

7. Le charme irrésistible de l'entre-deux
L'attente déchaine en nous, spectateurs, les sentiments les plus contradictoires : souvenez-vous de Harry Potter et les Reliques de la Mort, des deux heures interminablement frustrantes passées dans une tente, au milieu d'un brouillard existentiel, à espérer comme Harry, Ron et Hermione, que Voldemort se manifeste enfin. Cette ultime frustration est à GIRLS ce que la crème est au café - et elle n'a jamais été plus abondante que dans la saison 5. Non vraiment, si on est sincères, ça fait cinq saisons qu'on attend toutes que quelque chose se passe dans GIRLS. Et le rien nous comble toujours, au final. 

8. Christine and the Queens
L'épisode 4 se ferme sur Hannah et Fran, qui travaillent en silence, dos contre dos. On entend Christine and the Queens en fond sonore. 'IT', pour être précis. Le tout premier tube de Christine and the Queens. Celui que Christine définissait en ces termes : "IT était sur l'envie d'avoir un pénis, juste pour avoir une vie plus facile." L'état d'esprit n'aurait pas mieux collé à celui de ces deux protagonistes complètement pommés. La caméra, elle, navigue entre les scènes - on retrouve Elijah en caleçon après qu'il ait passé un doux moment avec son nouveau crush, et Jessa qui déprime après une séance de sexe (nul) avec Adam - ce va-et-vient entre les personnages vient renforcer le triste vague à l'âme dont Hannah est atteinte. Le mec qui choisit la musique pour GIRLS est calé sur le mood de la saison : mélancolique. 

9. Marnie est toujours aussi Marnie
Sur le jour de son mariage : "Je suis une meuf hyper relax, hyper relax, tu me connais, non ? Ah oui assurez-vous que tout passe par moi avant le jour J."

10. Hannah devient, tranquillement, la fille la plus étrange du monde
GIRLS devient vraiment cool lorsque Hannah commence à disjoncter. Toujours. Hannah pète ses cables, fréquemment. Un trait de caractère qui l'a conduit à l'hôpital pour cause de coton-tige coincé dans l'oreille (saison 2, épisode 9) ou qui la pousse à passer un week-end entier collée à un vieux type lambda (saison 2, épisode 5). Non, vraiment. L'étrangeté d'Hannah tient justement en ce que tout-pourrait-paraître-normal-mais-que-c'est-chelou-quand-même. Et heureusement, Hannah promet de nous trainer dans les endroits et les situations les plus grotesques du monde dans cette saison. 

Credits


Images : HBO

Tagged:
cinema
girls
lena dunham
Serie
Liste
saison 5