soyez prêts, koffee prend les commandes de la jamaïque (et du monde)

À seulement 19 ans, Koffee sort son EP « Rapture », dont l'énorme hit « Toast » est extrait. Sereinement, la jeune femme met tout le monde d'accord : ses pairs et aînés jamaïcains mais aussi l'Europe tout entière.

par Brice Miclet
|
03 Avril 2019, 8:51am

Située à une grosse demi-heure de la capitale jamaïcaine, Kingston, la ville de Spanish Town a vu naître plusieurs grands noms du pays. Grace Jones, tout d’abord, mais aussi Prince Far I et Chronixx. Et si elle continue, la jeune Koffee pourrait bien voir son nom trôner aux côtés de ses figures musicales. À 19 ans, elle est tranquillement en train de conquérir l’Europe grâce à son titre « Toast », qui résonne un peu partout, et à son EP Rapture, sorti il y a quelques jours : un mélange de vibes reggae et dancehall ancré dans la tradition, assez énervé et très produit, que les Parisiens pourront découvrir sur scène le 29 juin à la Maroquinerie.

Le calme de Spanish Town tranche avec cette énergie. Une ville résidentielle qui n’a peut-être pas transmis la rage à Koffee, mais dont l’influence est certainement plus profonde. « J’ai été élevée en allant très régulièrement à l’église, j’y vais tous les samedis depuis mon enfance, raconte-t-elle. C’est comme une tradition dans ma famille. J’ai joué dans la chorale de l’église, mais ce sont surtout les chansons que les fidèles reprennent en chœur qui m’ont marquée. Les mélodies, les harmonies… C’est à l’église que j’ai compris toutes ces notions musicales, que je les ai intégrées. »

On a l’habitude, avec les artistes jamaïcains qui s’exportent, de voir des personnalités très fortes, qu’elles soient fières ou spirituelles. Là, c’est différent. Posée, tout juste sortie de l’adolescence, sapée en survet et regard droit, bienveillant, Koffee ne cherche pas à en mettre plein la vue. De toute façon, sa musique le fait déjà très bien. Surtout, les choses vont très vite pour elle. Les allers-retours entre Spanish Town et Kingston, qui lui ont permis d’alterner entre l’effervescence de la capitale et la quiétude de sa ville natale, ont payé. En deux ans, la voilà qui enchaîne les vols pour l’Angleterre, Berlin, la Suède, Amsterdam, et Paris. Changement de décor, de dimension, de statut. Mais détrompez-vous, elle ne sort pas de nulle part. Enfin presque.


L’histoire de Koffee a démarré au lycée, lorsqu’elle a décidé de participer à un concours de chant organisé par le professeur de musique de l’établissement, un dénommé Khadija Palmer. « Il était aussi le leader du club de musique, auquel on allait après les cours, se rappelle-t-elle. Il y avait une chorale, des petits groupes etc. Après que j’aie remporté le concours, il est devenu mon manager. »

Elle décroche son diplôme en juin 2017, et commence à se plonger sérieusement dans la musique. Avec des petits enregistrements, d’abord, puis une vidéo qui lui fera changer de sphère très rapidement. Un hommage en chanson à Usain Bolt, plus grand athlète de l’histoire de l’île (et possiblement du monde), qu’elle postera sur Instagram et qui fera effet boule de neige. « Les héros de notre pays sont tous décédés. Ils ont été considérés comme tel une fois qu’ils étaient morts. Cette chanson, c’était une façon de montrer à Usain Bolt qu’il était déjà un héros pour son peuple, qu’il le sache et qu’il puisse vivre avec l’idée qu’il inspire beaucoup de gens. » Le coureur éclair reposte la vidéo sur ses réseaux, la rampe de lancement est installée et Koffee fonce dessus. « C’était totalement inattendu. Je voulais qu’il voie cette vidéo, mais qu’il la reposte si rapidement, c’était dingue. J’ai pu le rencontrer, c’est quelqu’un d’incroyable. Je l’ai vu une première fois fin 2017 lors de la cérémonie d’inauguration de sa statue à Kingston, où j’ai eu l’immense chance de chanter. »

Sur son hit « Toast », la jeune chanteuse le clame : « Gratitude is a must ! ». Toujours cette envie de rendre ce qu’on lui a donné, de remercier ceux qui l’ont aidée à percer, dont certains de ses modèles, notamment Walshy Fire du trio Major Mazer, qui produit le titre. Beaucoup de chanteurs majeurs de l’île l’invitent très vite à partager leurs scènes. Protoje, tout d’abord, puis Bounty Killer, et surtout Cocoa Tea, légende du pays curieusement moins connu en France que dans bien d’autres pays du monde. « Il m’a fait jouer au festival Reggae Salute, au National Stadium de Kingston. Ça a été une grande étape dans ma carrière. J’étais très nerveuse, c’est le plus grand événement reggae de Jamaïque. Je n’avais jamais vu une foule pareille auparavant. » Tout cela pour dire que Koffee est extrêmement bien entourée, et a la bénédiction de ses pairs et compatriotes.

Sur l’île, la musique est omniprésente et bien souvent synonyme d’engagement. Si l’on a pu lire ici et là qu’elle rechignait à prendre position sur des sujets de sociétés, difficile tout de même d’ignorer son morceau « Raggamuffin ». « J’y explique que le gouvernement ne fait pas assez de choses pour la jeunesse, n’essaie pas assez de combattre le crime. Ils veulent enlever les armes à feu des rues, mais la violence continue de grandir dans le pays. Dans mes textes, je parle de la situation jamaïcaine en général. C’est pour cela que j’ai besoin de bouger, de sortir de ma zone de confort. Ça me permet d’avoir du recul sur l’action de notre gouvernement. »

On entend bien souvent dire que la violence en Jamaïque est certes constante, mais qu’elle sévit par vagues. En ce moment même, c’est une très grande vague qui déferle sur le pays, ce qui a poussé le gouvernement à décréter l’état d’urgence il y a un an. « C’était assez effrayant pour être honnête, ça n’arrive que très rarement. Il fallait à tout prix contrôler ce pic de violence, et c’est la seule réponse que le gouvernement a su proposer. » Elle élude bien d’autres sujets, mais c’est son droit après tout. Pourquoi toujours vouloir voir au travers des artistes jamaïcains les combats de tout un peuple ? Koffee a déjà fort à faire, une musique à propager, et une stature à conforter. Nul doute qu’elle y parviendra.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram et Twitter.

Tagged:
jamaïque
Koffee
koffee rapture
koffee ragamuffin
koffee toast