Les 15 films d'art les plus attendus au Festival de Cannes cette année

Le Festival de Cannes débute aujourd'hui. Au programme ? A24, Park Chan-Wook, et Paul Mescal.

par Douglas Greenwood et Jenna Mahale
|
17 Mai 2022, 2:22pm

Chaque mois de mai, le Festival de Cannes donne le ton pour les grands succès du cinéma d'art et d'essai de l'année à venir. L'année 2022 ne déroge pas à la règle : après une année sabbatique en 2020 et des reports en 2021, il semble que la 75e édition du festival offrira plus de stars, des cinéastes de prestige attendus depuis longtemps mais aussi plus de films avec des femmes aux commandes.

Alors, que nous réserve cette année ? Le programme complet du festival étant désormais connu, voici nos choix pour ce qui sera certainement les films d'art et d'essai les plus attendus de 2022.

1. Crimes of the Future (David Cronenberg)

Kristen Stewart et Léa Seydoux sont à la tête du casting du dernier film du réalisateur David Cronenberg, un film dont la rumeur dit déjà qu'il est si choquant qu'il pourrait provoquer des évanouissements, des crises de panique et des départs massifs. Situé dans un avenir pas si lointain, ce film d'horreur dystopique explore un monde dans lequel les humains apprennent à coexister avec leurs homologues synthétiques et robotiques. Mais il atteint un point où l'équilibre bascule, lorsque l'ADN des humains et des créatures synthétiques sensibles se combinent.

triangle of sadness

2. Triangle of Sadness (Ruben Östlund)

Le sens de l'humour pince-sans-rire de Ruben Östlund a fait des merveilles avec ses films Snow Therapy et The Square, qui ont tous deux fait leurs débuts à Cannes par le passé, le second remportant la Palme d'or tant convoitée. Son prochain film est une dissection de la vanité de classe, qui suit un couple de mannequins à la retraite qui se retrouve à lutter pour sa survie après que leur bateau de croisière rencontre des eaux agitées. Woody Harrelson, Harris Dickinson et Charlbi Dean en sont les vedettes.

3. Broker (Hirokazu Kore-eda)

In 2018, Kore-eda took home the Palme d’Or for Shoplifters, a meticulously-crafted drama about a Tokyo family that contains perhaps the most wrenching shot of a bag of oranges in cinematic history. He makes his return to the festival with Broker, featuring an all-star cast that includes Parasite’s Song Kang-ho, Bae Doona (The Host), Kang Dong-won (Peninsula). Shot in South Korea, the film is a story about baby boxes, defined as a small space where parents can leave behind babies they find themselves unable to care for.

“This film, like my latest film, will be one where I am apart from my home country and native language,” said the director in a recent statement. “What will I be able to express and share as we overcome barriers of language and culture? What does it mean to be a director? I hope to explore those questions through this project.” We want the answers too, king!

4. Elvis (Baz Luhrmann)

Bon, d'accord, ce n'est pas vraiment un film d'art et d'essai mais c'est tout de même du grand spectacle. Le premier film de Baz Luhrmann depuis The Great Gatsby est un biopic d'Elvis Presley qui sera présenté en première mondiale au festival. Austin Butler occupe le rôle-titre, accompagné de Kodi Smit-McPhee et Alton Mason.

lukas dhont's movie close 2022

5. Close (Lukas Dhont)

Le premier long métrage de Lukas Dhont, Girl, sur une adolescente transgenre qui cherche désespérément à devenir danseuse de ballet, a conquis les critiques lors de sa première au festival. Il semble qu'il revienne au genre du coming-of-age queer en 2022 avec Close : un film sur deux garçons de treize ans qui, lorsque leur amitié est remise en question par leurs camarades de classe, s'éloignent l'un de l'autre. Cherchant désespérément à comprendre ce qui a mal tourné, l'un d'eux se rapproche de la mère de son ami distant, en quête de réponses et de réconciliation. Préparez-vous à avoir le cœur brisé.

6. Decision to Leave (Park Chan-Wook)

Cela fait six ans que Park Chan-Wook a jeté son sort au festival de Cannes avec le magistral thriller The Handmaiden, mais il est de retour avec une autre histoire sombre. Decision to Leave - dont les détails sont plutôt flous - suit apparemment un détective travaillant sur une affaire impliquant un homme qui a été assassiné à la montagne. Mais au cours de son enquête, il tombe sur la femme de la victime du meurtre, et l'intrigue se complique. Le collaborateur de longue date Park Hae-il et la légende de la K-Pop Lee Jung-hyun (également connue sous le nom d'Ava, ou reine de la techno) apparaissent.

7. Hunt (Lee Jung-jae)

Lee Jung-jae (Squid Game) fera ses débuts de réalisateur au festival cette année : un thriller d'espionnage se déroulant dans la Corée des années 1980, dans lequel il joue également (aux côtés de l'acteur vétéran Jung Woo-Sung). L'acteur a également réécrit le scénario de Hunt après avoir acheté les droits du film. Un vrai homme de la renaissance. Le protagoniste est un agent d'élite travaillant pour l'Agence de planification de la sécurité nationale. Sur la piste d'un espion nord-coréen, il prend de plus en plus conscience des sombres vérités de son propre pays. Le film (également appelé Namsun) sera projeté dans le cadre de la section Midnight Screening du festival.

8. War Pony (Riley Keough and Gina Gammell)

Les détails autour du premier film de Riley Keough (en collaboration avec la réalisatrice Gina Gammell) sont certes rares, mais nous sommes intrigués de voir ce que ça donne. Selon certaines sources, le film est un micro-projet indépendant du Dakota du Sud qui suit les histoires emmêlées de trois hommes. L'intrigue est apparemment fondée sur des événements réels, et une grande partie du casting est composée d’acteurs non professionnels. Attendez-vous, disent-ils, à « une expérience communautaire immersive ».

9. Stars at Noon (Claire Denis)

Le dernier long métrage en langue anglaise de Claire Denis, son premier depuis High Life, avec R-Patz, est un grand drame romantique avec Margaret Qualley et Joe Alwyn. Adapté du livre éponyme de Denis Johnson et distribué par A24, le film raconte l'histoire d'une journaliste américaine et d'un homme d'affaires britannique qui, lorsqu'ils se rencontrent au Nicaragua, entament une liaison. Mais l'arrivée de la révolution les oblige à fuir.

10. Showing Up (Kelly Reichardt)

Showing Up marque la quatrième fois que Michelle Williams et Kelly Reichardt unissent leurs forces, et la deuxième fois qu'A24 distribuera un film de la réalisatrice. Avec Andre 3000 dans le rôle principal, le film est décrit comme "le portrait vibrant et très drôle d'un artiste à la veille d'une exposition qui va changer sa carrière". Il s'agit du premier long métrage de la cinéaste minimaliste après First Cow (sorti en 2019), et nous attendons autant, sinon plus, de réalisme social poignant. Peut-être moins de vache cependant.

11. Men (Alex Garland)

Alex Garland, le réalisateur d'Ex Machina et d'Annihilation, revient en Angleterre pour son prochain film. Cette fois, le projet produit par A24 a une portée plus discrète, centrée sur une femme en deuil (jouée par Jessie Buckley, nomée aux Oscars) qui s'échappe à la campagne dans le but de se remettre de la mort de son mari. Mais une fois sur place, elle découvre qu'elle est harcelée par une série d'hommes qui se ressemblent tous de manière étrange.

12. God’s Creatures (Anna Rose Holmer and Saela Davis)

Ceux qui ont bien été marqués par Paul Mescal durant l'été 2020 seront heureux d'apprendre que son prochain film n'est pas loin. Il apparaît dans ce drame psychologique au décor irlandais, un autre projet d'A24, dans lequel le mensonge d'une mère raconté pour protéger son fils devient incontrôlable.

13. Enys Men (Mark Jenkin)

Bait, le premier film de Mark Jenkin en 2019, lui a valu un BAFTA du meilleur espoir britannique, loué pour son style cinématographique unique et intensément old school. On s'attend à ce qu'il y revienne pour Enys Men, un film d'horreur mystérieux qui se déroule dans les années 1970, dans une ville balnéaire britannique qui s'embourgeoise rapidement.

14. One Fine Morning (Mia Hansen-Løve)

Après avoir plongé dans les profondeurs du Paris des années 1990, où la musique danse est omniprésente, dans la crise d'un professeur de philosophie vieillissant et dans l'ivresse d’artistes dans la maison d'Ingmar Bergman, la réalisatrice française Mia Hansen-Løve a réalisé un film qui, selon la rumeur, s'inspire en partie de sa propre vie. Avec Léa Seydoux, One Fine Morning suit une jeune mère qui s'engage dans une relation amoureuse avec un homme en couple, tout en devant faire face à la santé débilitante de son père.

15. Aftersun (Charlotte Wells)

Pour ses débuts en tant que réalisatrice de long métrage dans le cadre de la Semaine de la critique, la réalisatrice originaire d'Édimbourg Charlotte Wells a réussi un véritable exploit : réaliser son film sans la moindre présence sur les réseaux sociaux, avec l'un des acteurs les plus en vogue du moment dans un rôle clé. Avec Paul Mescal dans un rôle non divulgué, Aftersun suit une femme qui, alors qu'elle passe quelques derniers jours avec son père, se remémore des séquences de sa vie 20 ans plus tôt, se rappelant comment les choses étaient autrefois.

Suivez i-D sur Instagram et TikTok pour plus d’articles cinéma.

Tagged:
Film
2022
festival cannes