Courtesy of Elise Goldfarb et Julia Layani / Spotify France

Coming Out : le podcast qui célèbre les orientations et identités de tou.te.s 

Pour Pride Month, 13 invité.e.s racontent leur(s) coming out et mettent en lumière des parcours et des enjeux des plus divers.

par Alice Pfeiffer
|
10 Juillet 2020, 8:00am

Courtesy of Elise Goldfarb et Julia Layani / Spotify France

A l’occasion du mois des fiertés, Spotify vient de dévoiler le podcast Coming Out, imaginé par le duo bad ass d’entrepreneuses et porte-paroles Elise Goldfarb et Julia Layani.

Celui-ci recueille les témoignages de 13 personnes de la communauté LGBTQIA+ : des têtes d’affiches, comme les musicien.nes Kiddy Smile, Eddy De Pretto, Bilal Hassani ou encore Soko; le député Mounir Mahjoubi; mais aussi des profiles comme Clovis, trans noir excommunié de sa communauté, ou Nathan, issu d’une famille juive orthodoxe.

Des profiles qui rappellent qu’il n’y a pas un mais des coming out – d’orientation sexuelle, de genre, d’identité— et que l’experience de chacun.e est unique, affectée par une multitude de facteurs propres à chacun.

Last but not least, grâce à ce projet, ses fondatrices ont pu faire un don de 20 000 euros à l’association Le Refuge, dédié à la protection de jeunes LGBTQI+ précaires. i-D France les a rencontré pour discuter du symbôle, du rôle – et certainement pas de l’injonction – à faire son coming out.

1594288397424-Capture-decran-2020-07-09-a-105918
Courtesy of Elise Goldfarb et Julia Layani / Spotify France

D’où vous est venue l’idée?

Toutes les deux dans notre vie et notre carrière, nous avons eu l’occasion de voyager beaucoup et de rencontrer énormément de jeunes, de tous les milieux, tous les horizons. Un jour, on parlait avec un groupe d’ados gays et lesbiennes issus d’un milieu assez modeste, et ils nous ont expliqué à quel point ils avaient peur d’en parler à leurs parents, parce que l’homosexualité n’existait pas dans leur monde. Pour eux, l’enjeu c'était même pas d’en parler, c’était de ne pas se faire renier ou virer de chez eux. Ça nous a brisé le coeur.

On s’est dit que tout ça, c’était parce qu’il manquait cruellement de rôle models en France sur ces sujets, et parce que beaucoup de gens n’avaient pas accès à des exemples dans leur entourage proche. Au sein de certains foyers, la question LGBTQIA+ n’existe même pas.

On voulait répondre aux questions de ceux qui sont seuls, ceux qui tapent sur google « comment savoir si je suis gay/lesbienne » ou encore « comment dire à mes parents que je suis trans ».

Pour qu’on puisse ne plus avoir à faire son coming out, il faut déjà qu’on le banalise et qu’on en parle. Du coup, on s’est dit qu’on pourrait proposer à tous d’avoir accès à un recueil de témoignages intimes et sincères, pour s’inspirer, se rassurer, comprendre.

Dans la foulée, on a décidé d’aller le vendre à un groupe pour pouvoir faire un don au Refuge, qui recueille des jeunes qui se sont fait virer de chez eux après avoir fait leur coming out. Tout s’est accéléré avec le COVID: les associations LGBTQIA+ ont arrêté de recevoir des dons alors qu’ils en avaient plus besoin que jamais. On a contacté Spotify pour leur parler du projet, et ils l’ont acheté tout de suite. C’est les sangs de la veine.

Comment définissez-vous le coming out? Il n'y a pas un mais des coming out…

Des coming outs, on le voit dans le podcast, il y en a plein. Déjà, il y a celui qu’on se fait à soi meme. Ensuite, celui qu’on fait à ses proches. Et souvent, le pénible coming out qu’on doit (comme une injonction) faire quasi tous les jours, quand on doit expliquer à ses collègues, nouvelles rencontres, amis d’amis, employés de l'administration et autres, qui on est et surtout pourquoi (what the fuck ce fameux pourquoi!!). Pour nous, faire son coming out, c’est se libérer. Se libérer du poids que la société fait reposer sur les personnes qui ne se reconnaissent pas dans les schémas classiques que la société nous impose. Garder un tel secret résulte toujours sur des souffrances inouïes.

Comment avez-vous sélectionné les personnes interviewées?

Notre constat est simple : beaucoup de jeunes dans le « placard » n’ont pas de modèle dans leur entourage pour leur montrer la voie, et beaucoup de gens qui ne se sentent pas concernés par cette cause (alors tout le monde devrait l’être) ne se posent pas vraiment la question de ce qu’il se passe dans la tête de quelqu’un qui doit passer par un coming out.

On s’est dit que le meilleur moyen pour avoir un impact global, c’était de faire appel à des personnalités connues et inspirantes, de tous les milieux et horizons. Pas question de ne choisir que des personnalités « hype » pour rester encore dans l’entre soi parisien déjà sensibilisé à la question. Pour être vraiment utiles, nous avons décidé de parler à tout le monde et donc de faire appel à tous les environnements : télé, musique, ciné, politique, Youtube, mainstream, moins mainstream.

Surtout, on en a marre qu’en France, les « stars » se taisent. Il faut qu’elles comprennent qu’en 2020, prendre la parole sur des sujets importants fait partie de leur métier. Leur influence leur donne une responsabilité considérable. Ils ont souvent peur de parler car ils sont habitués aux médias qui déforment leurs moindres phrases pour en faire des titres racoleurs. Mais nous avons une approche différente du journalisme, et ces artistes ont le pouvoir de changer les choses, donc on veut les encourager à le faire pour la bonne cause, dans la bienveillance la plus totale.

On a aussi sélectionné 3 personnes moins connues mais toutes aussi merveilleuses, dont les histoires nous ont particulièrement touchées.

1594288429425-Capture-decran-2020-07-09-a-105937
Courtesy of Elise Goldfarb et Julia Layani / Spotify France

Qu'avez-vous voulu mettre en valeur?

Plusieurs choses : Déjà, on a voulu encourager les gens à faire leur coming out. On sait comme ça peut être terrifiant pour certains, et il est important de dédramatiser cet acte pour le rendre banal et le faire, un jour peut être, disparaitre (le but est qu’un jour, plus personne n’aie besoin de le faire). Ensuite, on a voulu mettre en lumière la mascarade que la société impose à ceux qu’elle considère « différents ». On veut faire comprendre à ceux qui militent contre, ou tout simplement ceux qui ne comprennent pas cette cause que leur pression sociale rend les autres malheureux, et qu’avoir à passer par l’étape « coming out » peut être un truc hyper violent.

Quels facteurs avez-vous pris en compte lors du casting?

On voulait des gens qui venaient de partout, de toutes les couleurs, tous les milieux, toutes les religions, de tous les genres. On voulait que chaque personne qui écoute le podcast puisse s’identifier aux situations (bien que tous les épisodes permettent à tous, à un moment ou un autre, de s’identifier). Et ça va continuer dans les prochaines saisons.

Quels ont été les plus grands écarts de récits?

Pour cette saison, les plus grands écarts se font avec les témoignages des intervenants dont l’histoire implique leur appartenance religieuse. Que l’on soit chrétien, musulman, juif… Le sujet est encore très tabou dès lors qu’on vient d’une famille croyante et pratiquante. On espère que le podcast sera écouté par de nombreux curieux de ces différentes communautés, et que ça puisse aider à faire évoluer les mentalités. On a reçu pas mal de messages de parents qui nous ont remercié de leur avoir fait comprendre que le plus important était que leurs enfants soient heureux.

Qu'est ce que défend ce podcast?

Ce podcast défend la fin de l’injonction à faire son coming out ou à sans cesse devoir se justifier d’être qui on est.

Faire son/ses coming out: un geste de courage, une nécessité, ou pas obligatoire?

Si tu nous demande à nous : pas obligatoire. En vrai quand on est hétérosexuel, on raconte pas à nos parents avec qui on sort. Faites ce que vous voulez ! Ce n’est pas une nécessité. La nécessité est, pour ceux qui l’ont déjà fait, de transmettre à ceux qui en ont besoin. Mais en vrai, c’est un putain de geste de courage, un geste qu’un hétérosexuel n’aura jamais à endurer, un geste preuve d’une maturité et d’une force admirable.

Tagged:
coming out
Podcast
Spotify
LGBTQI
Elise Goldfarb
Julia Layani