Images courtesy of Dior, Y/Project and Louis Vuitton

Les sous-vêtements apparents, la tendance homme la plus caliente de cette saison

Plutôt slip ou caleçon ? De Dior à Y/Project en passant par MSGM et Louis Vuitton, les pantalons dévoilent leurs paysages intérieurs en cette saison.

par José Criales-Unzueta
|
24 Janvier 2022, 11:04am

Images courtesy of Dior, Y/Project and Louis Vuitton

Peut-on réellement considérer un homme comme « bien habillé » si son look est OK, mais que ses sous-vêtements ont probablement été achetés par sa mère il y a 10 ans et dévoilent de petits personnages de cartoon ? Il s’agit d’une question rhétorique, cher lecteur, car non, évidemment que non. Heureusement pour eux, les designers viennent en aide à ces fils à maman avec une horde de sous-vêtements prêts-à-défiler, tellement délicieux qu’ils se doivent d’être exposés aux yeux de tous. Qu’il s’agisse de slips, de boxers ou de caleçons, tous ont pointé leur nez hors des ceintures sur les podiums. Le sous-vêtement devient la pièce centrale d’un look en cette saison automne-hiver 2022, une tendance à ce point répandue qu’on a pu l’observer chez tous les designers, quelle que soit leur ligne esthétique. Rappelons les boxers visibles sous les pantalons de survêt’ en cachemire chez Dior, associés aux costumes et tailleurs chez Louis Vuitton et MSGM, et rehaussant les jeans et joggings chez Y/Project. Inutile de dire que cette liste va certainement s’allonger dans les prochains jours. La tendance est donc officielle. Mais pourquoi arrive-t-elle maintenant ?

En théorie, tout le monde porte des sous-vêtements (mais pas tout le temps, ce qui a énormément plu à Twitter). Et pourtant, malgré les nombreuses options disponibles — rappelez-vous ce slip kangourou pentagramme de Rick Owens et le boxer estampillé d’un logo Y/Project —, les sous-vêtements masculins restent largement invisibles (sauf sur Grindr, bien sûr).

1642689994237-y-project-f22-60.jpg
Image courtesy of Y/Project

Si on les a davantage vus au cours de ces deux dernières saisons, c’est peut-être parce que les pantalons sont passés du « confortablement ample » au « ridiculement grand », si l’on peut dire. Alimentés par l’obsession de la Gen Z pour le Y2K et par le besoin impérieux d’une coupe confortable et oversized, presque tous les créateurs ont élargi leurs entrejambes en réponse à la pandémie, avec pour conséquence des pantalons tellement larges qu’ils semblent toujours sur le point de tomber. Avec l’ampleur qu’ont gagnée les futes, on ne peut donc s’empêcher de se demander si le fait d’afficher ses sous-vêtements ne tiendrait pas plus d’une conséquence stylistique que d’un choix. Prenons des exemples concrets : Le boxer gris MSGM AW22 qui dépasse d’un pantalon en laine ample ; le pantalon à ceinture extra lose de Prada SS22 ; les jeans massifs Pre-Fall 22 de Balenciaga dont la ceinture était placée si bas qu’elle laissait apparaître un slip à logo ; le défilé Céline SS21 d’Hedi Slimane, « The Dancing Kid », où les élastiques à logo sont dévoilés par des jeans amples.

Mais aucune conversation sur les caleçons apparents ne pourrait avoir lieu sans mentionner son contexte ancré dans la culture hip-hop. Pensez aux boxers de la collection AW22 de Virgil Abloh pour Louis Vuitton, aux tristement célèbres joggings gris façon trompe-l’œil chez Balenciaga AW21, devenus viraux sur Twitter après avoir été décrits comme ayant « gentrifié le sagging », ou encore aux caleçons en satin de Willy Chavarria, stylisés sous des chinos cintrés aux proportions démesurées genre lowrider cholo des Chicanos de L. A. Tous affichent une inspiration claire et directe pompée sur les personnes de couleur et la mode hip-hop des années 90 (tiens tiens, l’une des décennies les plus adulées par la mode actuelle).

00017-MSGM-Mens-Fall-22-credit-brand.jpg
Image courtesy of MSGM

Il est vrai que dans les années 90, le sous-vêtement c’était vraiment quelque chose. Logique que ce petit bout de tissu fasse un retour en force dans le cadre d’un accord global avec le reste de notre obsession collective pour cette décennie, motivée par un puissant sentiment de nostalgie. Nous viennent en tête les images d’Aaliyah et de TLC portant des caleçons Tommy sous des jeans baggy, ainsi que l’irrévérencieux string à logo de Tom Ford pour Gucci au printemps 1997, et peut-être même cette vidéo terriblement hot de Marky Mark lors du défilé Calvin Klein de 1993, où son pantalon excessivement grand exposait un peu plus son boxer à chaque pas. Ces images sont gravées pour toujours dans la tête des 90’s kids, ceux-là mêmes qui sont maintenant devenus adultes et décident de ce que le reste du monde va porter.  Rien de tel qu’un come-back drivé par la nostalgie, sans oublier que la mode féminine s’est déjà emparée de la lingerie depuis un petit bout de temps. Il suffit de jeter un œil au défilé un brin dévergondé de Miu Miu pour le printemps-été 2022, avec ses jupes minuscules et ses petits pulls croppés exposant soutiens-gorge et autres slips à logo, pour savoir qu’il ne s’agit pas d’une passade.

Ces marques et leurs créateurs sont incontestablement cool, et confèrent donc un sex-appeal indélébile à celles et ceux qui les portent. Et même placé sous la ceinture, le bon goût suscitera toujours une forme de sensualité indéniable, pas vrai ? Soyez honnête : si vous apercevez furtivement le haut d’un caleçon Y/Project ou d’une culotte Miu Miu en plein rencard, vous aurez davantage envie de voir ce qui se cache là-dessous, non ?

Dior Men AW22
Image courtesy of Dior

D’ailleurs, pourquoi n’associons-nous pas toujours nos sous-vêtements à l’énergie globale de notre outfit ? Et si c’est le cas, pourquoi l’effort et le résultat devraient-ils rester dans l’ombre ? Pour sa collection automne-hiver 2022 chez Dior Men, Kim Jones a dévoilé des boxers en coton sous les pantalons de survêts en cachemire gris. « Ce n’est pas seulement pour le show, ce sont des sous-vêtements réels parce que c’est ce que veulent les gens », nous a-t-il confié lors d’une avant-première, ajoutant que c’était une demande de la clientèle Dior. « Les gens aiment porter du Dior de la tête aux pieds, jusqu’aux chaussettes et aux sous-vêtements », a-t-il ajouté. Dior de la tête aux pieds ; très Gesamtkunstwerk-core.

En fin de compte, le fait d’accorder autant d’attention à nos sous-vêtements procure un sentiment d’accomplissement et de solidité. Et franchement, quand on prend la peine de s’offrir de magnifiques slips ou culottes, qui pourrait bien nous reprocher de vouloir les montrer ? Qu’il s’agisse du slip pentagrammé de Rick ou d’un boxer en coton Dior, rien n’est plus sexy que d’avoir ses parties intimes enveloppées dans une pièce créée pour les podiums. Un peu comme Andy Warhol qui portait des diamants sous ses cols roulés pour se sentir beau à l’intérieur. Dans le cas des élastiques apparents de cette saison automne-hiver 2022, on sublime cet intérieur et on le place bien en évidence à l’extérieur.

Tagged:
Louis Vuitton
Dior
homme
y/project
AW22