6 new-yorkaises ont partagé avec i-D leur vision du féminisme

Le 8 mars dernier, le monde célébrait les femmes. i-D est parti rencontrer 6 new-yorkaises - toutes fortes, belles et optimistes. Chacune porte un message universel qui dépasse de loin leur genre : celui de l'amour, de l'égalité et de la tolérance.

par i-D Staff
|
15 Mars 2016, 8:50am

Sabrina Grace Fuentes, 16 ans

D'où viens-tu ?
New York City.

Que fais-tu ?
Je suis chanteuse et bassiste du groupe Pretty Sick.

Penses-tu que le fait d'être une femme a un impact sur ton activité ? 
Yes.

Comment ?
À tous les niveaux en fait. Les femmes sont souvent traitées comme des objets, particulièrement dans le monde de la musique. Il n'y a qu'à regarder le cas de Kesha et son procès contre Dr. Luke. Il est difficile de percer dans cette industrie, que l'on soit femme ou pas. Et le cas de Kesha prouve que le succès ne protège en rien de la misogynie. 

Qui sont tes modèles féminins ?

D'un point de vue politique Beyonce parvient à faire passer un message dans sa musique notamment avec son nouveau single, Formation. Je l'admire pour ça. J'aime beaucoup Bjork aussi. En dehors du monde de la musique, ce sont mes amis et ma famille qui m'inspirent continuellement. Ma grand-mère vient de fêter ses 100 ans. C'est génial ! 

Qu'est ce que le mot féminisme signifie pour toi ?
Le féminisme c'est simplement la croyance en l'égalité entre les sexes. 

Penses-tu que les hommes, eux aussi, peuvent être féministes ?
Oui je pense que les hommes peuvent porter soutient aux féministes et à leur cause.

Que changerais-tu dans le monde si tu le pouvais ?
Je ferais en sorte que la paix règne dans le monde, c'est pas mal non ?

C'est quoi le truc le plus cool dans le fait d'être une femme en 2016 ?
C'est une question difficile parce que, même si nous sommes en 2016, les femmes ne partagent pas toutes les mêmes droits. Nous ne vivons pas toutes dans les mêmes conditions de vie donc en répondant, j'exclurais forcément d'autres femmes. 

Quel conseil souhaiterais-tu donner aux générations à venir ?
Je ne suis pas sûre d'avoir l'âge pour ça ! Mais je leur dirais de se battre pour défendre leurs convictions. 

@sickysab

Anna Santangelo, 28 ans

D'où viens-tu ?
Je viens de plusieurs endroits à la fois. Je viens de Californie mais j'ai vécu à Sydney pendant 13 ans. Maintenant je vis à New York. 

Que fais-tu ? Est ce que le fait d'être une femme a un impact sur ton activité ?
Je suis styliste. Le fait d'être une femme a un impact dans tout ce que je fais. Dans le monde de la mode, être une femme implique souvent certaines exigences et imposent des stéréotypes. Par exemple, la plupart des grands photographes sont des hommes. La plupart des grands coiffeurs de mode aussi. Donc en tant que femme, si tu veux percer dans la mode il faut que tu prouves sans cesse que tu es à la hauteur et il te faut gagner le respect des autres. C'est une autre forme de compétition. 

Qui sont tes modèles féminins ?
Ma soeur et ma mère, sans aucune hésitation, pour leur force, leur détermination, leur intelligence et leur curiosité. Et puis il y a Emma Watson et Marina Abramovic.

Qu'est ce que le mot féminisme signifie pour toi ?
L'égalité des droits et des chances entre hommes et femmes. 

Penses-tu que les hommes, eux aussi, peuvent être féministes ?
Oui bien sur. Le féminisme n'a pas de genre. Les hommes, tout comme les femmes, peuvent eux aussi souffrir des stéréotypes genrés. Comme Emma Watson l'a mentionné dans son discours aux Nations Unies, "Si l'on attendait pas des hommes qu'il soient agressifs pour se faire accepter en tant qu'hommes, les femmes n'auraient pas à adopter une posture de soumission. Si les hommes n'avaient pas à être dominants, les femmes ne seraient pas dominées." 

Que changerais-tu dans le monde si tu le pouvais ?
Je ferais en sorte que les gens soient plus honnêtes et qu'ils mentent moins. 

C'est quoi le truc le plus cool dans le fait d'être une femme en 2016 ?
En Arabie Saoudite, une femme est censée avoir un 'mahram', un tuteur qui la suit à chaque fois qu'elle quitte le foyer. Il y a quelques temps, une femme s'est faite violée par plusieurs hommes. Elle a reçu plus de coups de fouets que ses agresseurs pour être sortie sans son tuteur. Moi je suis blanche et je vie dans un pays développé donc des droits me sont attribués dès la naissance, un accès à l'éducation, des possibilités de carrières, une liberté politique et maritale. Donc voilà, tout est relatif. 

Quel conseil souhaiterais-tu donner aux générations à venir ?
Bougez-vous ! Soyez humble, anticipez les conséquences de vos actions - vous faites partie intégrante de l'univers et de son bon fonctionnement. 

@annasantangelo

Alexandria Tarver, 26 ans

D'où viens-tu ?
Je suis née et j'ai grandi à Houston, dans le Texas mais je vis et travaille à New York depuis neuf ans maintenant. 

Que fais-tu ? Est ce que le fait d'être une femme a un impact sur ton activité ?
Je suis peintre. Et le fait d'être une femme influence beaucoup mon travail. Ma féminité implique un point de vue, une approche. Et tant que la société voit mon sexe et ma couleur de peau comme quelque chose de positif plutôt que des éléments de discrimination, il n'y a aucun problème à ce que je sois une femme et que je sois métisse. Le monde de l'art et de la culture est excluant mais les choses changent. 

Qui sont tes modèles féminins ?
Personne n'est parfait mais j'admire énormément des artistes comme Joan Mitchell, Toni Morrison, Agnes Martin, Vija Celmins, et Kara Walker. Dans une autre catégorie, Malala Yousafzai est une personne que j'admire et que je respecte au plus haut point. Je suis aussi très fière de ma mère qui a quitté le Mexique pour s'installer aux États-Unis, qui a travaillé dur et a surmonté les obstacles pour m'élever et assurer mon avenir.  

Qu'est ce que le mot féminisme signifie pour toi ?
Des salaires égaux pour les hommes et femmes. On y est pas encore. 

Penses-tu que les hommes, eux aussi, peuvent être féministes ?
Tant qu'ils croient et se battent pour l'égalité des salaires entre hommes et femmes, alors oui bien sûr. J'aime le fait que le féminisme peut s'adresser à n'importe quel sexe. Il y a beaucoup d'hommes dans le monde de l'art qui reconnaissent et condamnent les difficultés que les femmes ont à endurer pour s'imposer et faire valoir leur travail dans cette industrie. 

Que changerais-tu dans le monde si tu le pouvais ?
Je pense que si les femmes ainsi que toutes les autres minorités avaient les mêmes opportunités que les hommes, le monde se porterait beaucoup mieux. 

C'est quoi le truc le plus cool dans le fait d'être une femme en 2016 ?
Je suis toujours hallucinée par le développement des communications. Nous avons maintenant accès à un nombre infini de forum et d'espaces d'échange. Cet espace virtuel nous permet de partager des idées et des expériences, sans cesse. Je pense que que c'est un truc incroyable et que cela participe à améliorer le vie des gens, la société aussi. 

Quel conseil souhaiterais-tu donner aux générations à venir ?
Conservez votre humilité dans tout ce que vous entreprenez. N'oubliez jamais l'Histoire. 

@alexandriatarver

Madeline Madrigal, 25 ans 

D'où viens-tu ? 
Je viens de Kobe, au Japon. Je vis maintenant à Brooklyn, New York.

Que fais-tu ?  
Je travaille dans la production, dans l'art contemporain. Je travaille pour des foires d'art contemporain pour des grandes institutions culturelles comme le MoMa. 

Est ce que le fait d'être une femme a un impact sur ton activité ?
D'un premier abord, je dirais que non. Mais à y réfllechir, je suis une femme donc nécessairement, mon point de vue est celui d'une femme, dans le travail aussi. 

Qui sont tes modèles féminins ?
En ce moment, je dirais que c'est Chimamanda Ngozi Adichie. Ses textes sont magnifiques. 

Qu'est ce que le mot féminisme signifie pour toi ?
Il reste beaucoup d'inégalités entre les sexes, entre les genres et le féminisme a pour mission d'unir les êtres humains, de changer la société et d'éradiquer les inégalités entre les hommes, les femmes et tous ceux et celles qui se définissent autrement. Le féminisme s'adresse à tout le monde. 

Penses-tu que les hommes, eux aussi, peuvent être féministes ?
Un ou une féministe est avant tout une personne qui croit en l'égalité des sexes. Tout le monde devrait être féministe.

Que changerais-tu dans le monde, si tu le pouvais ?
J'aimerais que chacun ait accès à une éducation décente, à une égalité des chances qui leur permette de s'initier à l'art, aux autres cultures, au monde qui les entoure.

C'est quoi le truc le plus cool dans le fait d'être une femme en 2016 ?
Il y a tellement plus de place pour nous, dans ce monde.

Quel conseil souhaiterais-tu donner aux générations à venir ?
Ne prends rien pour acquis. Les femmes qui se sont battues avant nous nous ont ouvert la voie. Il faut le garder dans un coin de sa tête.

Chloe Dewberry, 23 ans 

D'où viens-tu ?
De Detroit mais je me suis installée à New York.

Qu'est-ce que tu fais ? Est-ce que le fait d'être une femme a un impact sur ton activité ?
Je fais du digital marketing et jusqu'ici, le fait d'être une femme ne m'a jamais posé problème.

Quels sont tes modèles féminins ?
Ma mère, Assata Shakur, M.I.A, Grace Jones, Flo Kennedy, Jane Pratt et Madonna dans The Arsenio Hall Show.

Qu'est-ce que le mot ''féminisme'' signifie pour toi ?
Je pense qu'il y a une grosse incompréhension aujourd'hui, autour de ce terme. Pour moi le féminisme moderne ne se réduit pas au mouvement #FreeTheNipple ni à une paire de seins. Le féminisme, c'est un combat pour l'égalité dans la vie, quelque soit le domaine.

Penses-tu que les hommes, eux aussi, peuvent être féministes ?
Complètement. Tant qu'on est pour l'égalité et qu'on respecte les femmes.

Que changerais-tu dans le monde, si tu le pouvais ?
Il y a tellement d'inégalité dans le monde que ça me fait pleurer. J'aimerais que les générations futures arrêtent de se regarder le nombril et l'ouvrent encore plus pour défendre l'humanité.

C'est quoi le truc le plus cool dans le fait d'être une femme en 2016 ?
On cherche encore à atteindre l'égalité mais j'ai quand même l'impression que les mentalités évoluent et qu'on nous entend enfin. Notre rôle dans la société commence enfin à être reconsidéré. Tant mieux !

Quel conseil souhaiterais-tu donner aux générations à venir ?
Lâche ton téléphone et va parler aux gens.

@chlodoobz

Cherie Camacho, 25 ans

D'où viens-tu ?
Du Maryland.

Qu'est-ce que tu fais dans la vie ?
Je travaille pour Glossier, le magasin la journée, la nuit je suis dans la prod et j'organise des soirées.

Quels sont tes modèles féminins ?
J'ai mes amies ! Et puis je suis une grande fan de Miki Agrawal.

Qu'est-ce que le mot féminisme signifie pour toi ?
Je considère qu'il n'y a pas une bonne ou une mauvaise façon d'être féministe. Pour moi, le féminisme doit dépasser la seule question de l'égalité des sexes. Le féminisme, c'est une manière d'appréhender le monde, la société et d'aller contre toute forme d'ostracisme.

Selon toi les hommes peuvent-ils, eux aussi, être féministes ?
Bien sûr. Le pro-féminisme masculin existe.

Que changerais-tu dans le monde, si tu le pouvais ?
La soif de pouvoir, de richesse et la course à la consommation. C'est le plus grand mal moderne. Nous vivons dans une société qui en veut et en demande toujours plus. J'aimerais qu'on puisse apprendre à se satisfaire de ce qu'on a.

C'est quoi le truc le plus cool dans le fait d'être une femme en 2016 ?
On détruit les barrières du genre et on incite les femmes du monde entier à faire de même !

Quel conseil souhaiterais-tu donner aux générations à venir ?
Fais entendre ta voix ! Démène toi, prends des risques.

@cheriecamacho

Credits


Photographie Alex Lee

Tagged:
opinions
LGBTQI
Feminisme&
société
8 mars
journée des femmes